Menu
A+ A A-

Le pétrole s'affiche en petite hausse après la baisse des stocks américains

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole rebondissaient légèrement mercredi en fin d'échanges européens, sans parvenir toutefois à profiter franchement de la baisse inattendue des stocks de pétrole aux États-Unis.
Vers 17H40 GMT (18H40 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril valait 31,46 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,14 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars gagnait 19 cents à 28,13 dollars.

"Les prix du pétrole se sont montrés typiquement volatils (mercredi) avec d'abord des rumeurs de réductions de production par l'Iran et une baisse surprise des stocks américains hebdomadaires (de brut) qui sont allés à contre-courant d'un sentiment vraiment pessimiste (des investisseurs)", notait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Le cours du Brent et du WTI, qui évoluaient dans le vert depuis le début des échanges, ont peu réagi aux dernières des statistiques du département américain de l'Énergie (DoE) qui ont fait état d'une baisse légère mais inattendue des stocks de brut aux États-Unis la semaine dernière.

Si les prix ont connu un bref sursaut immédiatement après la publication du rapport, grimpant à Londres jusqu'à près de 32 dollars et au-dessus de 29 dollars à New York, ce sursaut s'est rapidement tassé, le Brent retrouvant les niveaux précédemment observés dans la journée tandis que le WTI s'est montré plus indécis, oscillant autour de l'équilibre.

Le cours du pétrole échangé à New York est même tombé vers 14H40 GMT à 27,39 dollars, un minimum depuis le 20 janvier.

Lors de la semaine achevée le 5 février, les réserves commerciales de brut ont baissé de 800.000 barils pour atteindre 502 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg n'avaient tablé que sur une progression de 2,85 millions.

Les chiffres du DoE contredisent aussi la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui avait prédit la veille une augmentation de 2,4 millions de barils des stocks de brut.

Les stocks d'essence ont de leur côté avancé de 1,3 million de barils, dans la mesure de la hausse d'un million prévue par les experts de Bloomberg et de celle de 1,7 million annoncée par l'API.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), ont aussi augmenté de 1,3 million de barils. C'est inférieur à la progression de 3,1 millions qu'avait annoncé l'API, mais moins favorable que le déclin de 1,5 million sur lequel tablaient les experts de Bloomberg.

Le WTI a effacé une grosse partie de ses gains alors que les investisseurs ont analysé le détail du rapport et réalisé que les stocks de produits pétroliers avaient augmenté dans l'ensemble tandis que les réserves de brut à Cushing ont progressé pour la treizième semaine consécutive", relevait Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Suivies de près par les investisseurs, les réserves du terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud), qui servent de référence au pétrole échangé à New York et sont proches de leur niveau maximum de contenance, ont encore augmenté de 500.000 barils à 64,7 millions.

Dans ce contexte, le dernier rapport de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) n'a apporté que peu de soutien aux cours.

Dans son bulletin mensuel de février, le cartel a révisé à la baisse pour le troisième mois consécutif ses prévisions de production de pétrole hors cartel en 2016, dont elle attend une diminution de 700.000 barils par jour (b/j), contre 660.000 b/j dans ses dernières prévisions.

Mais dans le même temps, l'organisation, qui produit près du tiers de la production mondiale et qui regroupe 13 pays, a augmenté sa production en janvier de 130.000 b/j, soit un total de 32,33 millions de barils par jour (mbj), selon des "sources secondaires" citées par le bulletin.

En outre, "le président de Rosneft a reconnu qu'il ne voyait pas qui était en mesure de baisser sa production", soulignait Kyle Cooper de IAF Advisors.

Les propos d'Igor Setchine, à la tête du géant pétrolier russe, sont ainsi venus porter un nouveau coup aux spéculations déjà floues sur un possible accord entre Moscou et l'OPEP sur une baisse de l'offre.

M. Razaqzada jugeait toutefois que les espoirs d'un accord sur des réductions de production n'étaient pas encore totalement éteints après que "le ministre iranien du Pétrole a déclaré que son pays était prêt à négocier avec l'Arabie saoudite et l'OPEP dans un effort pour soutenir les prix".

(c) AFP

Commenter Le pétrole s'affiche en petite hausse après la baisse des stocks américains


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:32

    Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 12:26

    Niger: nouvelle découverte de pétrole à la frontière avec l…

    Niamey: Le Niger a confirmé jeudi soir la découverte par la société algérienne Sonatrach d'un nouveau bassin pétrolier à Kafra, à la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 10:26

    "Gilets jaunes": une "manifestation de solida…

    Paris: La députée Delphine Batho, nouvelle présidente de Génération écologie, a considéré vendredi que manifester avec les "gilets jaunes" contre les taxes...

    vendredi 16 novembre 2018 à 04:58

    GNL: Total espère finaliser en 2019 un accord sur un projet …

    Port moresby: Total espère finaliser au début 2019 un accord pour le développement d'un projet de gaz naturel liquéfié (GNL) en Papouasie-Nouvelle-Guinée...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite