Menu
A+ A A-

Le prix baisse nettement, annonce de l'AIE continue d'ébranler le marché

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole se repliaient fortement vendredi en fin d'échanges européens, dans un marché toujours ébranlé par la décision de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) de recourir à ses stocks stratégiques, et continuant d'évaluer les conséquences de cette décision.

Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la Mer du Nord pour livraison en août s'échangeait à 105,32 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, perdant 1,94 dollar par rapport à la clôture de jeudi.

Il est descendu vers 15H30 GMT jusqu'à 105,04 dollars, son plus bas niveau depuis le 21 février.

Sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en août, lâchait quant à lui 42 cents, à 90,60 dollars.

Après avoir hésité autour de l'équilibre jusqu'à l'ouverture du marché américain, les cours du baril baissaient résolument, plombés par la perspective de l'arrivée sur le marché d'un important volume de brut issu des réserves des pays industrialisés.

Les prix du pétrole avaient déjà dégringolé jeudi de près de 7 dollars à Londres et de plus de 4 dollars à New York, après l'annonce par l'AIE qu'elle allait mettre à disposition en l'espace d'un mois 60 millions de barils puisés dans les réserves stratégiques de ses Etats membres.

Estimant ce volume "suffisant pour provoquer une baisse significative des cours", les analystes de la banque américaine JP Morgan ont abaissé leur prévision de cours de 130 à 100 dollars le baril pour le troisième trimestre, revenant à leur estimation d'avant le conflit libyen.

Dans ce contexte, les opérateurs ont relégué au second plan plusieurs indicateurs favorables publiés aux Etats-Unis, dont une augmentation meilleure qu'attendu des commandes de biens durables en mai et une révision en légère hausse de la croissance économique au premier trimestre.

La spectaculaire réaction des marchés jeudi après l'annonce de l'AIE "était exagérée, et il faut s'attendre à voir les cours rebondir aujourd'hui, à mesure que les opérateurs digèrent le fait que l'impact à plus long terme sera limité", tempérait de son côté Andrew Matharu, analyste de Westhouse Securities.

Selon lui, "la délicate mission d'assurer l'équilibre entre offre et demande sur le marché" devra in fine revenir aux pays producteurs.

"La balle est désormais dans le camp de l'Arabie Saoudite", premier exportateur mondial de brut et principal pays producteur à posséder d'importantes capacités de production excédentaires, confirmait Andrey Kryuchenkov, de VTB Capital.

Toutefois, "l'AIE va mettre sur le marché du brut léger et pauvre en soufre", d'une qualité comparable à celle de la production libyenne manquante et très appréciée des raffineurs, "et comme l'Arabie saoudite produit surtout un brut beaucoup plus lourd, les implications à long terme restent donc incertaines", ajoutait-il.

Par ailleurs, "à moyen terme, la décision de l'AIE pourrait être à double tranchant, et entraîner une remise en question par l'Arabie saoudite de sa promesse d'accroître rapidement sa production" de façon très significative, relevaient les analystes de Commerzbank.



Commenter Le prix baisse nettement, annonce de l'AIE continue d'ébranler le marché


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    jeudi 21 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole s'éloigne un peu de ses récents sommets

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi mais sont restés proches de leurs plus hauts en quatre mois, au...

    jeudi 21 mars 2019 à 12:20

    Le pétrole recule un peu mais s'accroche à ses récents somme…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens mais restaient proches de leurs plus hauts en quatre mois atteints...

    mercredi 20 mars 2019 à 19:49

    Le pétrole termine en hausse après une chute brutale des sto…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont nettement avancé mercredi après la dégringolade des stocks de brut américain, le cours du...

    mercredi 20 mars 2019 à 17:53

    Le prix du pétrole dépasse 60 dollars à New York, une premiè…

    New York: Le prix du baril de pétrole coté à New York a dépassé mercredi la barre des 60 dollars en séance...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite