Menu
A+ A A-

Léger rebond du brut à New York grâce aux indicateurs aux Etats-Unis

prix-du-petrole reprise de vendredi soir</pNew York - Les prix du pétrole ont très légèrement rebondi vendredi à New York, grâce à des indicateurs économiques positifs aux Etats-Unis, tandis que le recours aux réserves stratégiques des pays industrialisés a continué de peser.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en août a terminé à 91,16 dollars, en hausse de 14 cents par rapport à la veille.

Les cours, qui avaient chuté de plus de quatre dollars jeudi, ont connu une séance très volatile, oscillant autour de l'équilibre jusqu'aux dernières minutes d'échanges. Ils affichent une chute de 8% sur les deux dernières semaines, et même d'environ 20% par rapport à leurs sommets de début mai.

Le marché new-yorkais "a été soutenu par les indicateurs économiques" publiés aux Etats-Unis, a expliqué Matt Smith, de Summit Energy.

Les commandes de biens durables y ont augmenté plus que prévu en mai (+1,9%) et la croissance économique des Etats-Unis au premier trimestre a été légèrement révisée à la hausse, à 1,9% en rythme annuel contre une estimation précédente de 1,8%.

A l'inverse, à Londres, le Brent "est fortement affecté par la décision" de l'Agence internationale de l'Energie (AIE) de puiser dans ses stocks stratégiques pour alimenter le marché, a-t-il poursuivi.

Le baril de Brent de la mer du Nord à échéance août a lâché 2,13 dollars à 105,12 dollars sur l'IntercontinentalExchange, après un plongeon de presque sept dollars jeudi.

L'AIE, qui représente les pays industrialisés, va mettre sur le marché en l'espace d'un mois 60 millions de barils puisés dans les réserves stratégiques de ses Etats membres. L'objectif est de compenser l'arrêt des exportations libyennes, dont dépend surtout le marché européen, d'où la réaction plus marquée des cours à Londres.

"Je pense que c'était une bonne décision. Le marché appelait à l'aide, l'écart record entre les cours à New York et Londres n'était pas normal, à cause de l'absence de pétrole libyen et de problèmes de production en mer du Nord", a commenté Phil Flynn, de PFG Best.

L'AIE a dit vouloir éviter une "pénurie" à l'approche de l'été, marqué en général par une augmentation de la consommation de carburants.

"Si elle est menée de manière rigoureuse, (cette vente) constitue un volume suffisant pour provoquer une baisse substantielle des cours", ont estimé les analystes de JPMorgan.

"Les pays consommateurs sont clairement prêts à combler le déséquilibre entre offre et demande attendu au troisième trimestre", ont-ils ajouté.

Ces analystes ont par conséquent abaissé leur prévision de cours de 130 à 100 dollars pour le troisième trimestre, revenant à leur estimation d'avant le conflit libyen.

A plus long terme, de nombreux analystes s'inquiètent d'une possible pression sur les prix de cette décision, qui met en relief la difficulté pour le marché pétrolier à combler l'absence du pétrole libyen.

La décision de l'AIE "menace de dégrader la relation entre pays consommateurs et pays producteurs et de mettre la pression sur les prix d'ici à la fin de l'année", ont ainsi relevé les analystes de Barclays Capital.

 



Commenter Léger rebond du brut à New York grâce aux indicateurs aux Etats-Unis


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 mars 2019 à 12:23

    Le pétrole recule avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens alors que le marché peine à prendre de l'élan, à quelques...

    mercredi 20 mars 2019 à 05:14

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, mercredi en Asie, en raison des incertitudes qui se prolongent quant à...

    mardi 19 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole finit sans direction, les réductions de l'Opep en…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé sans direction mardi alors que les investisseurs ont continué à évaluer les conséquences...

    mardi 19 mars 2019 à 16:14

    Le pétrole recule mais reste proche de ses plus hauts en qua…

    Londres: Les cours du pétrole perdaient un peu de terrain mardi en cours d'échanges européens après avoir atteint leurs plus hauts en...

    mardi 19 mars 2019 à 12:39

    Le pétrole monte, profitant des promesses de l'Opep

    Londres: Les prix du pétrole montaient mardi en cours d'échanges européens, continuant de profiter d'une réunion de suivi de l'accord qui unit...

    mardi 19 mars 2019 à 05:35

    Le pétrole étale en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient plutôt stables en Asie mardi, les marchés marquant une pause après des pics récents pour peser...

    lundi 18 mars 2019 à 20:19

    Le pétrole monte, l'Arabie saoudite promet de surveiller les…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont progressé lundi alors que le ministre saoudien de l'Energie a promis que l'Opep continuerait...

    lundi 18 mars 2019 à 16:30

    Le pétrole monte, l'Arabie saoudite promet de surveiller les…

    Londres: Les cours du pétrole montaient lundi en cours d'échanges européens alors que le ministre saoudien de l'Energie a promis que l'Opep...

    lundi 18 mars 2019 à 15:48

    Frets maritimes: les frets secs émergent, les pétroliers div…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière après avoir atteint des niveaux bas, tandis que...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 18 mars 2019 En février 2019, la production de pétrole en Russie a augmenté de 3,5% et celle de gaz naturel de 4.7% sur un an.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite