Menu
A+ A A-

Le pétrole dégringole sur fond d'incertitudes macroéconomiques accrues

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'affichaient en forte baisse mardi en fin d'échanges européens, creusant nettement leurs pertes sur fond de regain d'aversion pour le risque des investisseurs à la suite du référendum britannique et d'appréciation du dollar.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 48,07 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en repli de 2,03 dollars par rapport à la clôture de lundi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en août perdait 2,14 dollars à 46,85 dollars par rapport à la clôture de vendredi, le marché américain étant resté fermé lundi en raison d'un jour férié aux États-Unis.

Les cours du Brent et du WTI, caractérisés par une forte volatilité depuis le début de la semaine, ont plongé mardi dès le début des échanges asiatiques, un mouvement qui ne s'est pas démenti lorsque les investisseurs américains ont fait leur retour sur le marché après un long week-end en raison de la fête nationale du 4 juillet.

Selon Fawad Razaqzada, analyste chez City Index, un ensemble de facteurs expliquent cette chute des prix: "le renforcement du dollar, la hausse de l'aversion au risque en raison de la saga Brexit qui se poursuit et pour couronner le tout, il y a aussi les aspects fondamentaux relatifs à l'offre et à la demande à considérer".

L'analyste précisait ainsi que selon le cabinet privé Genscape, les réserves au terminal de Cushing (Oklahoma, centre-sud), qui servent de référence au prix du pétrole échangé à New York, devraient augmenter de 230.000 barils cette semaine.

"Avec les attentes de voir une offre qui reste élevée ainsi que des inquiétudes concernant des perspectives de croissance qui restent incertaines, un léger mouvement baissier vers les plus bas de juin ne serait pas surprenant", estimait pour sa part Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Les marchés s'inquiètent en effet de la vigueur de la reprise économique au Royaume-Uni depuis la décision des Britanniques de sortir de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin.

Ces inquiétudes étaient exacerbées mardi par le fort ralentissement de l'indice PMI d'activité dans le secteur des services du pays en juin et par des annonces de la Banque d'Angleterre (BoE) visant à inciter les banques à ouvrir les vannes du crédit.

Dans le sillage de ces annonces, le dollar s'est renforcé face à l'euro et à la livre britannique, ce qui a également pesé sur les achats d'or noir, libellés en billets verts et donc rendus plus onéreux pour les investisseurs munis d'autres devises.

Par ailleurs, M. Razaqzada soulignait le rôle joué par les investisseurs spéculatifs, qui ont massivement abandonné leurs positions longues nettes (c'est-à-dire des positions acheteuses) la semaine dernière, suite au vote en faveur du Brexit.

En outre, "un rapport (du cabinet norvégien Rystad Energy, NDLR) a révélé que les réserves courantes de pétrole brut exploitable aux États-Unis sont estimées à 264 milliards de barils - plus que celles de l'Arabie saoudite et de la Russie, qui devraient s'établir à 212 milliards et 256 milliards de dollars respectivement", ont souligné les analystes de PVM.

(c) AFP

Commenter Le pétrole dégringole sur fond d'incertitudes macroéconomiques accrues


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    mercredi 20 février 2019 à 12:24

    Le pétrole recule, le risque d'une demande affaiblie persist…

    Londres: Les prix du pétrole reculaient mercredi en cours d'échanges européens mais restaient à des niveaux élevés alors que l'affaiblissement de l'économie...

    mercredi 20 février 2019 à 04:38

    Le pétrole en légère hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère hausse, mercredi en Asie, mais les gains étaient limités par les inquiétudes persistantes...

    mardi 19 février 2019 à 21:50

    Le pétrole finit en ordre dispersé, entre baisse de l'offre …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont divergé mardi à la réouverture du marché américain après un week-end prolongé, tout en...

    mardi 19 février 2019 à 15:41

    Les prix des carburants au plus haut depuis deux mois en Fra…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter dans leur ensemble la semaine dernière, dans le sillage des...

    mardi 19 février 2019 à 12:12

    Le pétrole diverge après des plus hauts en trois mois

    Londres: Les prix du pétrole divergeaient mardi en cours d'échanges européens, mais restaient proches de leurs plus hauts depuis trois mois atteints...

    mardi 19 février 2019 à 04:28

    Le pétrole en ordre dispersé en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole divergeaient mardi en Asie alors que les investisseurs marquent une pause après les récentes hausse et un...

    lundi 18 février 2019 à 17:22

    Frets maritimes: les frets secs rebondissent, les pétroliers…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches ont remonté la semaine dernière, tandis que les taux des pétroliers de produits...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite