Menu
A+ A A-

Le pétrole s'affiche en hausse, rassuré par une hausse limitée des stocks US

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole poursuivaient leur progression mercredi en fin d'échanges européens, dans le sillage des derniers chiffres sur les stocks américains de brut, dont la hausse a été plus modérée que ce qu'anticipaient les analystes.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 39,57 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 43 cents par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance gagnait 32 cents à 38,60 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, déjà orientés à la hausse depuis le début de la séance, ont brièvement accéléré la cadence après la publication des statistiques hebdomadaires du département américain de l'Énergie (DoE), qui ont révélé une progression moins forte que prévu des réserves américaines de brut la semaine dernière.

Lors de la semaine achevée le 25 mars, les réserves commerciales de brut ont progressé de 2,3 millions de barils pour atteindre 534,8 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur une progression de 3,1 millions de barils.

La hausse annoncée par le DoE est, de plus, légèrement moins marquée que ce qu'avait anticipé la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API), qui avait dit mardi soir tabler sur une progression de 2,6 millions de barils.

De leur côté, les stocks d'essence ont baissé de 2,5 millions de barils, comme prévu par les experts de Bloomberg. L'API s'était montrée un peu plus timide en n'annonçant qu'un déclin de 1,9 million.

Les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont, elles, nettement plus reculé que prévu, puisqu'elles ont baissé de 1,1 million de barils, alors que les experts de Bloomberg ne comptaient que sur un déclin de 300.000 barils tandis que l'API prévoyait un minime reflux de 100.000 barils.

Pour Abhishek Deshpande, analyste chez Natixis, les cours du brut semblent être surtout soutenus par la baisse de 200.000 barils des réserves du terminal pétrolier de Cushing (Oklahoma, centre-sud), qui servent de référence au pétrole échangé à New York, ainsi que par le déclin de la production américaine, en repli de 16.000 barils par jour.

L'analyste considérait toutefois qu'en dépit de ces facteurs, le pétrole devrait rester sous pression dans la mesure où la baisse enregistrée à Cushing n'avait rien d'extraordinaire ni d'inattendu et que la demande de pétrole est ressortie en petite baisse sur un an.

"Le pétrole a montré une réaction modérée à (ces) données car les chiffres officiels n'étaient pas tellement différents de ceux publiés par l'API (mardi). Comme les prix du pétrole étaient déjà en hausse avant la publication de ces données, il y a un risque que nous puissions assister maintenant à des prises de bénéfices", tempérait également Fawad Razaqzada, analyste chez City Index.

Mais selon l'analyste, la tendance générale demeure toutefois haussière pour le pétrole, dont les pertes potentielles devraient être limitées dans la mesure où les investisseurs tentent d'acheter lorsque les prix sont bas.

De son côté, Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, estimait que les cours profitaient aussi du fait que l'Iran ait confirmé sa présence à la réunion entre grands producteurs prévue le 17 avril à Doha, même si le pays a fait savoir à plusieurs reprises qu'il refusait de prendre part à un gel de la production.

"La participation de l'Iran a (un impact) positif net pour les prix du pétrole. La mise en place d'un gel de la production peut prendre plus de temps mais a plus de chances d'obtenir le soutien de tous les principaux producteurs nationaux quand il se produira. Si l'Iran prend part aux discussions de Doha, il y a une chance qu'il surprenne avec un accord pour geler sa production à un niveau plus élevé et plus proche de sa norme historique", expliquait M. Lawler.

(c) AFP

Commenter Le pétrole s'affiche en hausse, rassuré par une hausse limitée des stocks US


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 26 mars 2019 à 06:02

    Les cours du pétrole orienté à la hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, mardi en Asie, mais les inquiétudes demeuraient quant au ralentissement économique mondial...

    lundi 25 mars 2019 à 21:13

    Les cours du pétrole restent prudents face au ralentissement…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont clôturé en ordre dispersé lundi après une baisse marquée en fin de semaine dernière...

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 25 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 66,84 dollars à Londres, en baisse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance cédait 44 cents à 58,60 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite