Menu
A+ A A-

Le pétrole finit au plus haut depuis trois mois

prix du petrole New YorkNew York: Les cours du pétrole ont fini en nette hausse mercredi à New York, effaçant largement leurs pertes de la veille grâce à des chiffres américains faisant état d'une nette baisse des stocks d'essence.
Le cours du baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril a gagné 1,79 dollar à 38,29 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), au plus haut depuis plus de trois mois.

A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a gagné 1,42 dollar à 41,07 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE).

"La chute des réserves d'essence (aux Etats-Unis) a été plus marquée que ne l'attendaient les investisseurs, cela a vraiment soutenu les choses", a commenté Oliver Sloup, chez iiTrader.

Lors de la semaine achevée le 4 mars, les stocks d'essence ont baissé de 4,5 millions de barils, largement plus que ne le prévoyaient les experts de Bloomberg (-1,5 million de barils) et la fédération du secteur API (-2,1 millions) tandis que les réserves de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.), ont baissé de 1,1 million de barils, soit nettement plus également que ne s'y attendait l'API (-128.000 barils) et les experts de Blooomberg, qui tablaient sur une progression de 900.000 barils.

Ces bons chiffres annoncés par le ministère américain de l'Energie (DoE) ont permis de minimiser la progression des stocks de brut, à hauteur de 3,9 millions de barils, ce qui dépasse les prévisions de Bloomberg (+3,5 millions) mais reste en deçà des attentes de l'API (+4,4 millions).

Dans la mesure où le chiffre du DoE sur le brut "était dans la fourchette attendue, les prix du pétrole ont rebondi par effet de soulagement", a noté pour sa part Fawad Razaqzada, analyste chez City Index, alors que la semaine précédente le marché avait douloureusement encaissé une progression bien plus forte de 10,4 millions de barils.

Parallèlement la production américaine semble en phase de stabilisation après six semaines consécutives de baisse. Elle a progressé de juste 1.000 barils par jour la semaine dernière, à 9,078 millions de barils par jour.

Ces chiffres sans mauvaise surprise ont permis au pétrole de reprendre sa tendance haussière, d'autant que, d'après M. Sloup, "il n'y a pas vraiment de seuil technique avant les 40 dollars" le baril.

Toutefois il a souligné qu'un éventuel effondrement de l'euro jeudi, au cas où la Banque centrale européenne se montrerait très volontariste, risquait de "poser un couvercle à court terme" sur les cours du brut.

"Si le pétrole parvient à conserver ses gains, alors cela suggèrerait des profits supplémentaires dans les jours à venir. Dans le cas contraire, un recul est probable, surtout étant donné qu'il n'y a eu aucun progrès concernant l'accord de gel de production entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et la Russie", a noté pour sa part M. Razaqzada.

Les cours du brut, qui ont perdu plus de 60% depuis juin 2014 en raison d'une offre largement excédentaire, ont amorcé une nette reprise depuis la mi-février et la proposition faite par l'Arabie saoudite et la Russie - les deux plus gros producteurs de brut au monde -, ainsi que le Qatar et le Venezuela, d'un accord pour geler leur production.

Depuis, d'autres spéculations ont émergé concernant la tenue d'une nouvelle réunion entre producteurs de l'Opep et hors du cartel. Selon des informations relayées par Phil Flynn, chez Price Futures Group, le vice-ministre irakien du Pétrole, Fayadh Nema, l'aurait annoncée pour le 20 mars à Moscou.

Si le ministre koweïtien du Pétrole a quelque peu douché les espoirs des investisseurs mardi en prévenant que son pays ne participerait à un accord de gel de la production que si tous les grands producteurs, dont l'Iran, font de même, ces déclarations ont été contrebalancées par des propos plutôt encourageants du ministre nigérian du Pétrole, Emmanuel Ibe Kachikwu.

Je ne m'inquiète pas trop si deux (le Koweït et l'Iran, ndlr) des quelques 40 producteurs, parmi lesquels des non-Opep, décident de ne pas se plier au gel, je pense qu'on peut quand même produire l'effet désiré, a-t-il dit.

(c) AFP

Commenter Le pétrole finit au plus haut depuis trois mois


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 19 novembre 2018 à 04:24

    Le pétrole en hausse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient en hausse lundi en Asie, portés par les espoirs que l'Opep et ses partenaires vont agir...

    dimanche 18 novembre 2018 à 17:54

    Bulgarie: blocage des routes contre la hausse du prix des ca…

    Sofia: Des milliers de Bulgares ont bloqué dimanche les principaux axes routiers et les postes-frontière entre la Bulgarie et la Turquie et...

    dimanche 18 novembre 2018 à 16:36

    Sulzer: le prix du pétrole n'inquiète pas le CEO, Vekselberg…

    Zurich: Le directeur général (CEO) de Sulzer, Greg Poux-Guillaume, affirme que malgré les récentes turbulences autour du prix du pétrole, son groupe...

    dimanche 18 novembre 2018 à 14:45

    Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal", mai…

    Paris: Le gouvernement entend le "ras-le-bol fiscal" mais son "devoir" est de transformer l'économie pour la rendre moins dépendante du pétrole, a...

    samedi 17 novembre 2018 à 19:40

    Burkina: appel à une grève générale contre la hausse de l'es…

    Ouagadougou: Des syndicats et organisations de la société civile burkinabè ont appelé samedi à une grève générale et une journée de protestation...

    vendredi 16 novembre 2018 à 21:52

    Le pétrole chute pour la sixième semaine de suite

    NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en ordre dispersé vendredi, n'empêchant toutefois pas une sixième chute hebdomadaire de suite...

    vendredi 16 novembre 2018 à 16:14

    Le pétrole monte sans effacer ses pertes sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole montaient vendredi en cours d'échanges européens pour leur troisième séance d'affilée mais restaient en baisse sur la...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:45

    Bagdad et les Kurdes vont reprendre l'exportation en Turquie…

    Kirkouk (irak): Le gouvernement fédéral et le Kurdistan irakiens se sont mis d'accord pour reprendre l'exportation vers la Turquie du pétrole de...

    vendredi 16 novembre 2018 à 14:37

    Allemagne : les interdictions de diesel relèvent de l'"…

    Berlin: Les interdictions de circulation en Allemagne de véhicules diesel trop polluants, en particulier sur l'autoroute, relèvent de "l'autodestruction" de la prospérité...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Carburants en France: des grognes récurrentes contre la hausse des prix

    Le jeudi 15 novembre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Paris: La grogne contre la hausse des prix à la pompe n'est pas un phénomène nouveau: ces 20 dernières années la France a vécu plusieurs vagues de protestations contre le pétrole cher.

    Lire la suite

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite