Menu
A+ A A-

Le brut toujours en petite baisse, sur un marché attentiste

prix-du-petroleLondres : Les prix du pétrole restaient en petite baisse vendredi en fin d'échanges européens, sur un marché volatil et attentiste, en manque d'élan malgré des tensions géopolitiques persistantes en Libye et dans le monde arabe.

Vers 17H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai s'échangeait à 115,10 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 22 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance, se repliait de 50 cents à 105,71 dollars.

Faute de rebondissements majeurs dans l'actualité, "le marché reste stable, et cela malgré la poursuite de la contestation au Yémen, en Algérie et en Syrie, et alors qu'il y a peu de signes d'un départ du colonel Kadhafi du pouvoir en Libye", observait David Hart, analyste de Westhouse Securities.

Plusieurs centaines de milliers de militants pro et anti-régime se faisaient face vendredi à Sanaa au Yémen, alors que la coalition internationale continuait à bombarder les forces du colonel Kadhafi en Libye et que de nouvelles manifestations avaient lieu en Syrie.

Si ces tensions géopolitiques, qui laissent redouter une perturbation prolongée de l'offre de brut, maintiennent les cours du baril à un niveau élevé, "le regain d'inquiétude sur les dettes souveraines européennes encouragent une pression à la baisse" sur le marché, expliquait M. Hart.

Les indicateurs américains mitigés publiés jeudi et vendredi entretenaient l'hésitation des investisseurs, entre recul inattendu des commandes de biens durables en février, baisse du nombre d'inscriptions hebdomadaires au chômage, et révision en hausse sensible du PIB aux Etats-Unis pour le 4e trimestre 2010.

Pour les analystes du cabinet JBC Energy, cependant, "les pertes de la production pétrolière libyenne et la situation géopolitique en général dans la région devraient être largement suffisantes pour compenser les craintes sur la crise des dettes européennes".

Alors que la production libyenne est déjà quasiment arrêtée en raison des combats, l'Union européenne (UE) s'est dite prête jeudi soir à bloquer tous les revenus pétroliers et gaziers du régime de Mouammar Kadhafi.

Ainsi, "l'Europe va devoir se passer pendant une période prolongée de la plus grosse partie du 1,1 million de baril par jour qu'elle importait de Libye l'an dernier: cela exacerbe considérablement les tensions du marché, d'autant que les exportations de brut de Russie (principal producteur mondial, ndlr) vers l'Europe se réduisent au profit de l'Asie", a averti JBC Energy.

Le marché continuait par ailleurs de surveiller la situation au Japon, où le Premier ministre Naoto Kan a reconnu que la situation restait "imprévisible" à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, où les travaux s'éternisaient.

Toutefois plusieurs raffineries du pays ont rouvert: "Une capacité de raffinage d'environ 700'000 barils par jour revient sur le marché (...). Une partie de cette source de demande en pétrole brut va commencer à revenir à un moment donné", a noté Tom Bentz, de BNP Paribas.

rp

(AWP/25 mars 2011 18h30)

Les dernières actualités des prix du pétrole

mardi 13 novembre 2018 à 16:22

Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

mardi 13 novembre 2018 à 14:12

Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

mardi 13 novembre 2018 à 12:23

L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

mardi 13 novembre 2018 à 12:20

Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

mardi 13 novembre 2018 à 12:02

Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

mardi 13 novembre 2018 à 09:24

Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

mardi 13 novembre 2018 à 07:27

Les économies du Golfe se redressent mais restent sujettes à…

Dubaï: La croissance dans le Golfe se redressera en 2018 après une contraction l'an dernier, mais restera vulnérable en raison de la...

mardi 13 novembre 2018 à 04:11

Le pétrole chute en Asie

Singapour: Les cours du pétrole dégringolaient mardi en Asie après des déclarations du président Donald Trump réclamant des cours plus bas au...

lundi 12 novembre 2018 à 22:55

Le pétrole en petite baisse, partagé entre Ryad et Washingto…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en petite baisse lundi, applaudissant d'abord la volonté saoudienne de réduire sa production...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

Lire la suite

Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

Lire la suite

Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

Lire la suite