Menu
A+ A A-

En petite hausse, le marché s'inquiète toujours de l'offre

prix-du-petroleLondres : Les cours du pétrole évoluaient en petite hausse lundi en cours d'échanges européens, sur un marché volatil suspendu à l'insurrection en Libye et aux tensions grandissantes au Moyen-Orient, s'inquiétant toujours des perturbations dans les approvisionnements de brut.

Vers 11H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en avril s'échangeait à 112,33 dollars sur l'InterContinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 19 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Il réduisait ses gains après avoir grimpé de près de 2 dollars dans les échanges asiatiques.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI) pour livraison en avril gagnait 13 cents, à 98,01 dollars.

"Les soulèvements en Afrique du Nord et dans le Moyen-Orient dominent le marché: après la poursuite des violences ce week-end en Libye et l'extension de la contestation dans la région, les prix (du pétrole) restent soutenus" sur un marché anxieux, commentait David Hart, de Westhouse Securities.

L'opposition libyenne, forte du contrôle de l'Est et de plusieurs villes de l'Ouest, se préparait lundi à marcher sur Tripoli où le colonel Mouammar Kadhafi continuait de minimiser l'insurrection qui ébranle son régime.

Selon un responsable de la compagnie libyenne Arabian Gulf Oil cité par le Wall Street Journal, les exportations de pétrole, interrompues depuis plusieurs jours, sont cependant sur le point de reprendre à Tobrouk, ville sous contrôle des insurgés.

"Même si Kadhafi est renversé, la Libye devrait voir sa production de brut continuer de dégringoler dans les prochaines semaines, alors que de nombreux travailleurs ont été évacués par les compagnies pétrolières", tempérait Jochen Hitzfield, de Crédit Suisse.

L'Agence internationale de l'Energie (AIE) avait estimé jeudi dernier que 500.000 à 750.000 barils par jour, soit moins de 1% de la consommation mondiale, avaient déjà été retirés du marché du fait de la crise libyenne.

"Cette perte de production peut être compensée par l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole, ndlr), mais le risque le plus redouté est une contagion des révoltes à d'autres gros pays producteurs, auquel cas le cartel ne sera plus en mesure de compenser l'impact" sur l'offre, ajoutait-il.

Signe des tensions croissantes dans la péninsule arabique, deux manifestants ont été tués dimanche par des tirs de la police dans le sultanat d'Oman, tandis que les manifestations se poursuivaient au Yémen et à Bahreïn.

Alors que l'Arabie saoudite, de loin le plus gros producteur de l'Opep, s'est engagée la semaine dernière à compenser toute carence apparaissant sur le marché, l'Iran a fait entendre dimanche une voix discordante, exacerbant la nervosité des opérateurs.

"Les membres de l'Opep n'ont pas besoin de prendre de décisions hâtives et unilatérales" d'augmentation de la production, a déclaré dimanche le ministre iranien du Pétrole, Massoud Mir Kazemi, dont le pays préside cette année le cartel, assurant qu'aucune réunion extraordinaire de l'Opep n'était prévue.

En revanche, la compagnie nationale du Koweït, KPC, a indiqué à l'agence Dow Jones Newswires, être prête à pomper plus de brut "pour aider à apaiser la volatilité des marchés" si nécessaire, précisant qu'elle suivrait l'Arabie saoudite.

L'AIE avait de son côté affirmé vendredi que les stocks des pays consommateurs restaient importants et qu'elle était prête "à réagir promptement si la situation s'aggravait".

jq

(AWP/28 février 2011 12h32)

Commenter En petite hausse, le marché s'inquiète toujours de l'offre


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 14 novembre 2018 à 12:26

    Le pétrole en légère hausse, la surabondance de l'offre inqu…

    Londres: Les prix du pétrole remontaient légèrement mercredi en cours d'échanges européens mais les investisseurs se focalisaient sur le déséquilibre du marché...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:42

    Pétrole: l'AIE voit la progression des stocks d'un bon oeil …

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a confirmé mercredi ses prévisions de croissance de la demande de pétrole et jugé favorablement la...

    mercredi 14 novembre 2018 à 11:30

    Prix des carburants: hausse de taxe maintenue, mais des mesu…

    Paris: Elargissement du chèque énergie, super prime à la conversion pour les ménages modestes, le Premier ministre Edouard Philippe a dévoilé mercredi...

    mercredi 14 novembre 2018 à 04:30

    Le pétrole poursuit sa chute en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de dégringoler en Asie mercredi du fait des inquiétudes sur un trop plein d'offre sur le...

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite