Menu
A+ A A-

Le pétrole en ordre dispersé, interrogations sur la production russe

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole ont stagné à Londres et avancé à New York lundi dans un marché focalisé sur la production venue de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie, à l'approche d'une réunion du cartel.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août a terminé à 76,46 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, inchangé par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le contrat de juillet a pris 36 cents à 66,10 dollars.

Moscou, qui mène avec l'Arabie saoudite un groupe de pays qui limitent volontairement leur production depuis début 2017, aurait modéré ses efforts en produisant 11,09 millions de barils par jour sur la première semaine de juin, a rapporté l'agence russe Interfax.

C'est au-dessus de l'objectif de production quotidienne pour la Russie, établi à 10,95 millions de barils par jour selon l'accord passé entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses partenaires, alors qu'une réunion sur le sujet aura lieu vendredi 22 juin à Vienne.

Après cette nouvelle, le ministre irakien du Pétrole Jabbar al-Louaïbi a déploré dans un communiqué que "des producteurs membres ou non de l'OPEP n'ont pas respecté les objectifs fixés (...) et le prix du pétrole n'a pas atteint le niveau souhaité".

"Nous restons optimistes à moyen terme", a cependant estimé Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB, qui juge que l'OPEP et ses partenaires ne pourront pas complètement compenser la baisse de l'offre sur le marché mondial causée par les problèmes de l'industrie vénézuélienne et par les sanctions américaines contre l'Iran.

"Pour combler l'écart d'approvisionnement croissant, nous pensons que la production devrait être augmentée de beaucoup plus que les 300.000 barils évoqués par l'Arabie saoudite", ont affirmé les analystes de Commerzbank.

Mais d'autres observateurs sont plus partagés.

"Entre les États-Unis qui ont augmenté leur activité à un niveau plus vu depuis trois ans et la Russie, l'effort de l'OPEP commence à ne plus peser dans la balance", a commenté Fiona Cincotta, analyste chez City Index.

Selon les chiffres publiés vendredi par la société américaine Baker Hughes, le nombre hebdomadaire de puits de pétrole actifs aux États-Unis, qui donne une indication de la production américaine de brut à venir, a augmenté à 862 unités, le plus haut niveau depuis 2015.

La production de brut dépasse chaque semaine des records, les États-Unis ayant extrait en moyenne 10,80 millions de barils par jour (mb/j), selon les dernières statistiques de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) publiées la semaine dernière.

La Russie et les États-Unis sont deux des trois plus grands producteurs mondiaux, avec l'Arabie saoudite.


(c) AFP

Commenter Le pétrole en ordre dispersé, interrogations sur la production russe


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 15 juillet 2019 à 21:47

    Le pétrole recule un peu alors que la tempête Barry s'éloign…

    New York:  Les prix du pétrole ont terminé en baisse lundi alors que la tempête tropicale Barry s'éloignait, sans avoir fait trop...

    lundi 15 juillet 2019 à 12:41

    Les prix des carburants repartent à la hausse

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont progressé dans leur ensemble la semaine dernière, avec une hausse plus marquée...

    lundi 15 juillet 2019 à 11:32

    Le pétrole monte dans un marché prudent

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu lundi, dans un marché prudent et qui restait inquiet face aux surplus attendus.

    samedi 13 juillet 2019 à 18:43

    Londres relâchera le pétrolier iranien s'il ne va pas en Syr…

    Londres: Le chef de la diplomatie britannique a informé samedi son homologue iranien que Londres laisserait repartir le pétrolier Grace 1 arraisonné...

    vendredi 12 juillet 2019 à 21:16

    Entre Iran et tempête tropicale, le pétrole termine la semai…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en petite hausse vendredi à la fin d'une semaine marquée par des tensions...

    vendredi 12 juillet 2019 à 13:41

    L'AIE maintient sa perspective d'un marché pétrolier excéden…

    Paris: La récente décision de l'Opep de prolonger l'accord de production "ne change pas la perspective" d'un marché pétrolier excédentaire, estime l'Agence...

    vendredi 12 juillet 2019 à 12:19

    Le pétrole remonte, aidé par des perturbations de l'offre

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi, aidés par une combinaison de facteurs qui pèsent sur l'offre dans un contexte où c'est...

    jeudi 11 juillet 2019 à 18:35

    L'Opep prévoit une demande en baisse pour son pétrole brut e…

    Paris: La demande mondiale pour le pétrole brut de l'Opep doit diminuer en 2020 tandis que la demande mondiale dépassera 100 millions...

    jeudi 11 juillet 2019 à 17:35

    Le pétrole se stabilise après un plus haut depuis la fin mai

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient jeudi en cours d'échanges européens, après avoir atteint plus tôt dans la journée un plus...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mercredi 10 juillet 2019 Lors de la semaine achevée le 5 juillet, les réserves commerciales de brut ont baissé de 9,5 millions de barils pour s'établir à 459,00 millions, là où les analystes interrogés par l'agence Bloomberg anticipaient un repli de 2,9 millions de barils.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite