Menu
A+ A A-

Le pétrole en petite baisse, lesté par le rebond du dollar

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole étaient sous pression vendredi en cours d'échanges européens, perdant un peu de terrain après avoir signé jeudi à New York de nouveaux plus hauts depuis début novembre, sous l'effet d'un renforcement du dollar.
Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 47,40 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 68 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en juin lâchait 75 cents à 45,95 dollars.

Les cours du pétrole, après avoir signé jeudi une troisième séance consécutive de hausse, sous l'effet conjugué d'un rapport encourageant de l'Agence internationale de l'Énergie (AIE) et de craintes pour l'offre suscitées par des interruptions de production, notamment au Nigeria, reprenaient quelque peu leur souffle vendredi sur fond d'appréciation du dollar.

"Le côté positif, c'est que les prix du pétrole deviennent de plus en plus résistants à tout ce que les marchés peuvent leur asséner alors qu'ils ont une nouvelle fois signé de nouveaux plus hauts annuels (jeudi) après que l'AIE a suggéré que le marché commençait à se rapprocher de l'équilibre", commentait Michael Hewson, analyste chez CMC Markets.

Le WTI a en effet grimpé jeudi jusqu'à 47,02 dollars le baril, un maximum depuis le 4 novembre 2015, tandis que le Brent s'est rapproché de ses plus hauts depuis début novembre atteints fin avril.

Bras énergétique de l'OCDE, l'AIE a estimé dans son dernier rapport mensuel publié jeudi que le marché pétrolier, plombé depuis près de deux ans par une surabondance générale, était résolument en voie de rééquilibrage, non seulement parce que l'agence laisse la porte ouverte à une accélération de la demande en 2016, mais aussi parce qu'elle prévoit une forte baisse de la production en dehors de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Or, ces chiffres sont venus conforter les conclusions plutôt encourageantes publiées en début de semaine par le département américain de l'Énergie (DoE) dans son propre rapport mensuel, tandis que les investisseurs attendaient encore ce vendredi une publication semblable de l'OPEP.

L'EIA (Energy Information Administration, une antenne du Département américain de l'Énergie) s'attend désormais à ce que la consommation mondiale de pétrole et d'autres combustibles liquides augmente de 1,4 million de barils en 2016 et de 1,5 millions de barils en 2017, une croissance qui en hausse de respectivement 300.000 barils par jour et 200.000 barils par jour par rapport aux prévisions faites en avril.

Mais les cours du pétrole profitaient également, selon les analystes de Commerzbank, "de nombreuses interruptions imprévues d'approvisionnement".

"Selon l'AIE, les interruptions de production en raison des incendies au Canada ce mois-ci ont atteint au total 600.000 barils par jour" tandis que "les pays membres de l'OPEP que sont le Nigeria, la Libye et le Venezuela produisent actuellement 450.000 barils de moins qu'il y a un an en raison de troubles (politiques) et de difficultés financières", relevaient les experts de Commerzbank.

Mais un rebond du dollar érodait légèrement les gains du pétrole ce vendredi, même si le Brent se maintenait au-dessus de 47 dollars le baril et que le WTI s'échangeait à près de 46 dollars le baril.

Le billet vert se reprenait en effet de nouveau, tirant parti de commentaires de responsables d'antennes régionales de la Réserve fédérale américaine (Fed) qui se sont montrés plus optimistes que le marché sur la possibilité d'une nouvelle hausse des taux d'intérêt de l'institution dans les mois à venir.

La force du dollar est défavorable au marché pétrolier car les échanges y sont libellés en monnaie américaine et deviennent donc plus coûteux.

(c) AFP

Commenter Le pétrole en petite baisse, lesté par le rebond du dollar


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 22 février 2019 à 22:06

    Les cours du pétrole touchent un pic de trois mois, le comme…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé vendredi dans le sillage d'espoirs d'amélioration des relations commerciales entre les Etats-Unis et...

    vendredi 22 février 2019 à 12:08

    Le pétrole rebondit, pris entre l'Opep et les Etats-Unis

    Londres: Les prix du pétrole remontaient vendredi en cours d'échanges européens alors que le marché peinait à trouver un équilibre entre une...

    vendredi 22 février 2019 à 04:38

    Le pétrole continue de reculer en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer vendredi en Asie, plombés par une hausse plus forte que prévue des réserves américaines...

    jeudi 21 février 2019 à 21:32

    Le pétrole recule légèrement, la production américaine à un …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont légèrement reculé jeudi, dans le sillage d'un rapport américain montrant que la production a...

    jeudi 21 février 2019 à 17:43

    USA: la production américaine de brut atteint un nouveau rec…

    New York: La production américaine de pétrole brut a atteint un nouveau record à 12 millions de barils par jour, et les...

    jeudi 21 février 2019 à 15:39

    OPEP+ respecte des coupes de production pétrolière à 83% en …

    OPEP: Un Comité technique qui surveille la mise en œuvre des coupes de production OPEP/non-OPEP a constaté que les alliés ont obtenu...

    jeudi 21 février 2019 à 12:31

    Le pétrole en légère hausse avant les stocks américains

    Londres: Les prix du pétrole montaient un peu jeudi en cours d'échanges européens avant la publication hebdomadaire des réserves américaines, dans un...

    mercredi 20 février 2019 à 21:40

    Le pétrole grimpe avec la perspective d'une baisse de l'offr…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont atteint un nouveau plus haut en trois mois mercredi au moment où l'offre mondiale...

    mercredi 20 février 2019 à 15:40

    TransCanada relance Keystone

    Oléoduc: TransCanada a redémarré une section de son oléoduc Keystone qui avait été fermée après une fuite d'environ 43 barils de brut...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 19 février 2019 Le prix du pétrole Brent devrait se négocier entre 50 et 70 dollars le baril d'ici 2024, avec des prix "ancrés" autour de 60 dollars, selon un nouveau rapport de la Banque américaine Merrill Lynch..

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite

    Prix journaliers du pétrole WTI et Brent en dollars - Année 2018

    Le mardi 29 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Calendrier des prix spots du pétrole Brent & WTI en 2018.

    Lire la suite

    En décembre 2018, le prix du pétrole chute de nouveau

    Le jeudi 24 janvier 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En décembre 2018, le prix du pétrole en euros chute de nouveau (−12,0 % après -19,3 % en novembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient (−2,3 % après +0,0 %), à l’instar de ceux des matières industrielles (−2,6 % après −0,5 %) et des matières alimentaires (−2,1 % après +0,6 %). Le prix du pétrole diminue En décembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros poursuit sa chute (−12,0 % après -19,3 %), à 50,1 € en moyenne par baril. La baisse est...

    Lire la suite