Menu
A+ A A-

Le pétrole s'enfonce dans le rouge, fragilisé par une offre excédentaire et un dollar vigoureux

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole repartaient à la baisse lundi en fin d'échanges européens, toujours sous la pression d'un excès d'offre et du renforcement du dollar.
Vers 17H20 GMT (18H20 à Paris), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre valait 47,20 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 22 cents par rapport à la clôture de vendredi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de light sweet crude (WTI) pour la même échéance perdait 47 cents à 43,82 dollars.

Avec des perspectives de demande ternes et les incertitudes entourant les politiques des banques centrales dans le monde, les investisseurs ont été réticents à s'engager dans toute position significative, relevait Kash Kamal, analyste chez Sucden Financial.

Selon ce dernier, alors que la Réserve fédérale américaine (Fed) a laissé entendre dernièrement qu'elle pourrait relever ses taux dès le mois de décembre, les investisseurs se sont tenus à l'écart des actifs risqués, d'autant que le renforcement du dollar, qui pénalise les échanges pétroliers libellés dans cette devise, a accentué la pression sur les prix du brut.

La perspective d'une hausse des taux par l'institution d'ici la fin de l'année a gagné du crédit en fin de semaine dernière après la publication d'un nombre bien supérieur aux attentes de créations d'emploi en octobre aux États-Unis, ce qui témoigne de la santé de l'économie américaine.

Or, un tel resserrement du crédit aurait notamment pour conséquence de rendre le billet vert plus rémunérateur, une perspective qui a porté la devise à son plus haut niveau en six mois vendredi.

Une Fed confiante sur la hausse des taux continuera probablement à nuire à toute tentative de reprise sur le marché mondial des matières premières, et même du pétrole, qui a accusé le coup vendredi après l'essor du dollar, notait pour sa part Brenda Kelly, analyste chez London Capital Group, face à une offre jugée excessive, que ce soit en provenance de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), de la Russie ou des États-Unis.

Le secrétaire général de l'Opep a de nouveau exprimé ses attentes de voir le marché pétrolier se resserrer l'an prochain avec des prix plus fermes résultant d'une diminution de l'offre hors-Opep et d'une croissance solide de la demande globale de pétrole, observaient les analystes de PVM.

Cela intervient alors qu'un haut responsable pétrolier saoudien a dénigré la perspective d'une nouvelle ère de prix déprimés après avoir affirmé que les réductions d'investissements pétroliers finiront par soutenir les cours alors que moins d'offre arrivera sur le marché, ajoutaient-ils.

L'Arabie saoudite, le plus important exportateur de pétrole au monde, a répété à plusieurs reprises qu'elle était déterminée à maintenir sa production telle quelle afin de conserver ses parts de marché.



(c) AFP


Commenter Le pétrole s'enfonce dans le rouge, fragilisé par une offre excédentaire et un dollar vigoureux



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 19 avril 2024 à 21:05

    Le pétrole en légère hausse, prudence avant un week-end ince…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse modérée, vendredi, les opérateurs prenant des précautions en prévision d'un week-end...

    vendredi 19 avril 2024 à 11:05

    Le pétrole se stabilise, espoirs de désescalade malgré les e…

    Londres: Les cours du pétrole montaient à peine vendredi en fin de matinée, après avoir pourtant bondi temporairment de plus de 4%...

    jeudi 18 avril 2024 à 22:00

    Quatrième séance de baisse d'affilée pour le pétrole Brent

    Cours de clôture: Le prix du baril de Brent de la mer du Nord a enchaîné jeudi une quatrième séance de baisse...

    jeudi 18 avril 2024 à 11:55

    Le pétrole en baisse, l'économie l'emporte sur la géopolitiq…

    Londres: Les prix du pétrole restaient dans le rouge jeudi, les investisseurs se concentrant sur les perspectives économiques américaines mitigées alors que...

    mercredi 17 avril 2024 à 21:05

    Le pétrole chute, plombé par la retenue israélienne et les s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mercredi, entraînés par des signes de retenue d'Israël dans sa...

    mercredi 17 avril 2024 à 18:45

    USA: Nouvelle hausse des stocks de pétrole brut après ajuste…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks de pétrole ont de nouveau enregistré une hausse hebdomadaire plus importante que prévu aux Etats-Unis...

    mercredi 17 avril 2024 à 11:25

    Le pétrole baisse, entre risque géopolitique et économie amé…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient encore mercredi, la réponse d'Israël à l'attaque iranienne se faisant toujours attendre, les investisseurs mettant en...

    mardi 16 avril 2024 à 21:30

    Le pétrole stagne en attendant une réponse d'Israël à l'atta…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont restés quasiment stables mardi, les traders restant dans l'expectative d'une réaction d'Israël à une...

    mardi 16 avril 2024 à 11:30

    Le pétrole patiente, le marché attend la réponse d'Israël à …

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient légèrement mardi, les investisseurs attendant la réaction d'Israël après une attaque de l'Iran sur son sol...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    🔥 Proche-Orient : choc pétrolier possible si la situation venait à se dégrader

    Le mardi 24 octobre 2023

    Paris: Un nouveau choc pétrolier pourrait se produire en cas de dégradation de la situation au Proche-Orient, d'où proviennent un tiers des exportations mondiales d'or noir, a souligné mardi le directeur de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), Fatih Birol.

    Lire la suite

    🇨🇳 Augmentation de la demande de pétrole chinoise et future hausse du prix du baril

    Le jeudi 23 mars 2023

    New York: Les analystes de Goldman Sachs ont prédit une augmentation des prix du pétrole dans les 12 prochains mois en raison de l'augmentation de la demande en Chine, qui devrait atteindre plus de 16 millions de barils par jour au cours de cette période.

    Lire la suite