Menu
RSS
A+ A A-

Le pétrole décroche après une hausse inattendue des stocks US

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole s'enfonçaient dans le rouge mercredi en fin d'échanges européens, ployant sous une hausse inattendue des stocks de pétrole brut la semaine dernière aux États-Unis qui les a propulsés à de nouveaux plus bas pluri-mensuels.
Vers 16H00 GMT (18H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre valait 43,80 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,07 dollar par rapport à la clôture de mardi.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour la même échéance lâchait 82 cents à 42,10 dollars.

Alors qu'ils hésitaient sur la marche à suivre avant la publication du rapport hebdomadaire du département américain de l'Énergie (DoE), et étaient même repassés brièvement dans le vert, les cours du Brent et du WTI ont plongé une fois les chiffres sur les stocks pétroliers aux États-Unis rendus publics.

"Les prix du pétrole ont effacé leurs précédents gains après une hausse surprise de 1,67 million de barils des réserves américaines de pétrole brut" alors que les analystes tablaient sur une baisse de 2 millions de barils, relevait Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets.

Dans le sillage de ces données, Brent et WTI sont même tombés vers 14H50 GMT à de nouveaux plus bas en respectivement deux mois et demi et plus de trois mois, à 43,62 dollars et 41,93 dollars, et ce en dépit d'un affaiblissement du dollar entraîné par des indicateurs économiques faibles, poursuivait M. Lawler.

Lors de la semaine achevée le 22 juillet, les réserves commerciales de brut aux États-Unis ont en effet avancé de 1,7 million de barils à 521,1 millions de barils, alors que les experts interrogés par l'agence Bloomberg tablaient sur un recul de deux millions de barils.

Dans un contexte d'inquiétudes sur le haut niveau des réserves, les chiffres du DoE sont également plus pessimistes que les estimations publiées la veille par la fédération American Petroleum Institute (API), qui avait fait part d'une baisse de 800.000 barils des stocks de brut.

Or les investisseurs n'ont guère pu trouver de réconfort du côté des stocks de produits pétroliers: les réserves d'essence, dont le gonflement préoccupe particulièrement les investisseurs, ont progressé de 500.000 barils, même si celles de produits distillés (gazole, fioul de chauffage, kérosène, etc.) ont reculé de 800.000 barils.

Pour Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, il est néanmoins évident que le panorama du marché pétrolier est actuellement bien meilleur qu'il y a six mois, le marché semblant avoir renoué avec un semblant de stabilité.

"Toutefois, sur le court terme, les craintes légitimes concernant un surplus d'offre semblent avoir ressurgi, avec en toile de fond les inquiétudes de nombreux investisseurs à propos d'un possible sursaut de la production américaine", expliquait l'analyste à l'AFP, estimant que ce dernier constituait "le principal risque baissier pour le marché".

De fait, la production américaine, qui montre des signes de rebond depuis plusieurs semaines après avoir fortement baissé lors du premier semestre, a encore progressé la semaine dernière de 21.000 barils par jour (b/j), quoique cette hausse soit uniquement liée à une forte progression en Alaska.

Ainsi Torbjorn Kjus, analyste chez DNB Markets, estimait-il qu'il serait surprenant que l'augmentation du nombre de puits de forage en activité aux États-Unis, constatée depuis plusieurs semaines également, se soit déjà répercutée sur la production américaine.

(c) AFP

Les dernières actualités des prix du pétrole

vendredi 17 août 2018 à 21:52

Le pétrole regagne du terrain mais finit la semaine en retra…

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole, aidés par deux dossiers commerciaux impliquant les Etats-Unis, la Chine et le Mexique, ont progressé...

vendredi 17 août 2018 à 16:19

Le pétrole regagne du terrain mais reste en repli hebdomadai…

Londres: Les cours du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 12:13

Le pétrole monte encore mais reste en baisse sur la semaine

Londres: Les prix du pétrole montaient encore vendredi en cours d'échanges européens sans parvenir à effacer les baisses marquées du début de...

vendredi 17 août 2018 à 07:57

Le pétrole à la baisse en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés en légère baisse, vendredi en Asie, les investisseurs demeurant prudents quant à la perspective de...

jeudi 16 août 2018 à 22:05

Le pétrole se remet modestement d'une lourde chute

NYC/Cours de clôture: Les cours du pétrole sont un peu remontés jeudi, dans un marché peinant à se ressaisir après des pertes...

jeudi 16 août 2018 à 16:08

Le pétrole efface une partie de ses pertes dues aux réserves…

Londres: Les cours du pétrole remontaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes marquées...

jeudi 16 août 2018 à 12:12

Le pétrole remonte, le marché digère la hausse des stocks am…

Londres: Les prix du pétrole rebondissaient légèrement jeudi en cours d'échanges européens dans un marché peinant à se ressaisir après les pertes...

jeudi 16 août 2018 à 11:59

Norvège: la production pétrolière augmente moins qu'attendu …

Oslo: La production pétrolière de la Norvège, plus gros producteur d'Europe de l'Ouest, a augmenté en juillet, sans toutefois combler les attentes...

jeudi 16 août 2018 à 06:25

Le pétrole remonte en Asie

Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la hausse, jeudi en Asie, après le plongeon enregistré la veille en raison du...

Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

En avril 2018, le prix du pétrole accélère vivement

Le jeudi 24 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En avril 2018, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+9,8 % après +1,4 % en mars). Les prix en euros des autres matières premières importées rebondissent légèrement (+0,3 % après −1,4 %). Le prix du pétrole accélère En avril 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros accélère fortement (+9,8 % après +1,4 % en février), à 59 € en moyenne par baril, sous l'effet d'une demande vigoureuse et de tensions géopolitiques. La hausse d'avril est un peu moins marquée en dollars (+9,0 % après +1,3...

Lire la suite

En mars 2018, le prix du pétrole augmente un peu

Le jeudi 10 mai 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

En mars 2018, le prix du pétrole en euros augmente modérément (+1,4 % après −6,6 % en février). Les prix en euros des autres matières premières importées se replient (−1,4 % après +0,3 %). Le prix du pétrole augmente modérément En mars 2018, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en euros augmente un peu (+1,4 % après −6,6 % en février), à 54 € en moyenne par baril. La hausse de mars est à peine moins marquée en dollars (+1,3 % après −5,4 %). Cours du pétrole mars 2018 (Brent)

Lire la suite

Perspectives du prix du pétrole

Le mardi 24 avril 2018 - Comprendre l'industrie pétrolière

Le graphique montre les prix du pétrole brut (Brent et WTI) auxquels les acheteurs et les vendeurs du New York Mercantile Exchange ont convenu d'acheter ou de vendre du pétrole à un moment donné dans le futur. Ce sont les soi-disant contrats à terme et reflètent les attentes des participants au marché.

Lire la suite