Menu
A+ A A-

🚢 Les pétroliers continuent de circuler en mer Rouge malgré les attaques des Houthis

Pétrole en Mer RougeMer Rouge: Le trafic des pétroliers et des navires-citernes en mer Rouge est resté stable en décembre, même si de nombreux porte-conteneurs se sont déroutés en raison des attaques des militants Houthis, alliés de l'Iran, selon une analyse des données de suivi des navires réalisée par Reuters.
Les attaques ont entraîné une forte hausse des coûts de transport et des primes d'assurance, mais ont eu moins d'impact que prévu sur les flux de pétrole, les chargeurs continuant à utiliser le passage clé est-ouest. Les Houthis, qui ont déclaré viser les navires à destination d'Israël, se sont surtout attaqués aux cargaisons de produits non pétroliers.

Jusqu'à présent, les coûts supplémentaires n'ont pas fait une grande différence pour la plupart des expéditeurs, car la mer Rouge reste beaucoup plus abordable que l'envoi de marchandises en Afrique. Mais la situation est à surveiller, car certaines compagnies pétrolières comme BP et Equinor détournent des cargaisons vers l'itinéraire le plus long. Par ailleurs, l'augmentation des coûts de transport est susceptible de stimuler les exportations de brut américain vers certains acheteurs européens, selon les experts.

"Nous n'avons pas vraiment constaté l'interruption du trafic de pétroliers à laquelle tout le monde s'attendait", a déclaré Michelle Wiese Bockmann, analyste maritime chez Lloyd's List.

En décembre, 76 pétroliers transportant du pétrole et du carburant ont navigué en moyenne chaque jour dans le sud de la mer Rouge et dans le golfe d'Aden, la zone proche du Yémen qui a été le théâtre d'attaques. C'est seulement deux de moins que la moyenne de novembre et seulement trois de moins que la moyenne des 11 premiers mois de 2023, selon les données du service de suivi des navires MariTrace.

Le service de suivi concurrent Kpler a recensé 236 navires en moyenne par jour dans l'ensemble de la mer Rouge et du golfe d'Aden en décembre, soit un peu plus que la moyenne de 230 navires par jour en novembre.

Le coût supplémentaire du passage par le cap de Bonne-Espérance, au large de l'Afrique, plutôt que par la mer Rouge, rendrait les voyages de livraison de pétrole moins rentables, a-t-elle ajouté.

"Vous allez donc essayer de passer par là", a-t-elle déclaré.

Depuis le début du mois de décembre, les taux d'affrètement ont pratiquement doublé, selon les données de la société d'analyse des navires Marhelm. Les pétroliers Suezmax, qui peuvent transporter jusqu'à 1 million de barils, coûtent jusqu'à 85 000 dollars par jour. Les navires Aframax, qui peuvent transporter 750 000 barils, coûtent 75 000 dollars par jour.

Le trafic de pétroliers dans la région sud de la mer Rouge a brièvement chuté entre le 18 et le 22 décembre lorsque le groupe Houthi a intensifié ses attaques contre les navires, avec une moyenne de 66 pétroliers, mais les mouvements ont repris par la suite, selon MariTrace.

Le trafic de porte-conteneurs dans la région a chuté plus fortement, de 28 % en décembre par rapport à novembre, avec des baisses importantes dans la seconde moitié du mois alors que les attaques se multipliaient, selon MariTrace.



"PRENDRE LE RISQUE"


Plusieurs majors pétrolières, raffineurs et maisons de commerce ont continué à utiliser la route de la mer Rouge, selon une analyse des données du LSEG.

"Les expéditeurs et leurs clients veulent vraiment éviter une perturbation des horaires. Ils continuent donc à prendre le risque", a déclaré Calvin Froedge, fondateur de Marhelm.

Il a fait remarquer que de nombreux pétroliers transitant par la mer Rouge transportaient du brut russe à destination de l'Inde, que les Houthis n'ont aucun intérêt à attaquer.

Le Delta Poseidon, affrété par Chevron, a traversé le canal de Suez et la mer Rouge à la fin du mois de décembre en direction de Singapour, selon le système de suivi des navires de LSEG. Le Sanmar Sarod, affrété par le raffineur indien Reliance, a également traversé la mer Rouge fin décembre pour livrer des composants d'essence aux États-Unis.

Chevron "continuera à évaluer activement la sécurité des itinéraires en mer Rouge et dans tout le Moyen-Orient et à prendre des décisions en fonction des derniers développements", a déclaré un porte-parole.

Reliance n'a pas répondu à une demande de commentaire.

D'autres pétroliers, affrétés par Clearlake, l'unité de la maison de commerce Gunvor, le raffineur indien Bharat Petroleum et la société saoudienne Aramco Trading Company, ont tous emprunté cette route au cours des dernières semaines. Les compagnies ont refusé de commenter ou n'ont pas répondu aux demandes de commentaires.

L'utilisation de la mer Rouge peut réduire de 3 700 milles nautiques le trajet entre Singapour et Gibraltar.



DES FLUX CHANGEANTS


Certaines compagnies, telles que BP et Equinor, ont interrompu tous les transits par la mer Rouge et réorienté leurs navires dans la région.

Depuis la deuxième quinzaine de décembre, au moins 32 pétroliers se sont détournés ou ont transité par le cap de Bonne-Espérance, au lieu d'emprunter le canal de Suez, selon le service de suivi des navires Vortexa.

Les pétroliers qui se détournent sont principalement ceux affrétés par des compagnies qui ont annoncé une pause dans leurs mouvements en mer Rouge, ou ceux qui sont exploités par des entités liées aux États-Unis et à Israël, a ajouté Vortexa.

Les négociants en fioul et les sources de soutage en Asie ont déclaré qu'ils continuaient à surveiller l'évolution de la situation en mer Rouge, bien que l'est de Suez reste amplement approvisionné pour l'instant et qu'il soit donc peu probable que les détournements actuels fassent grimper les prix.

D'après les données de Kpler, les perturbations d'est en ouest ont principalement affecté les importations européennes de diesel et de carburéacteur jusqu'à présent. Par ailleurs, les détournements d'ouest en est ont eu des répercussions sur certaines expéditions européennes de mazout et d'essence vers le Moyen-Orient, l'Asie-Pacifique et l'Afrique de l'Est, selon les données de Kpler.

Les tensions dans cette région ont également incité davantage d'acheteurs de pétrole à se tourner vers les États-Unis et ont probablement joué un rôle dans le record de 2,3 millions de barils par jour d'exportations de brut vers l'Europe en décembre, a déclaré Matt Smith, analyste chez Kpler, une société spécialisée dans le suivi des navires.

"L'incertitude persistante en mer Rouge stimule probablement un minimum d'achats européens (de brut américain)", a déclaré M. Smith.



Commenter 🚢 Les pétroliers continuent de circuler en mer Rouge malgré les attaques des Houthis



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 20 février 2024 à 12:05

    Le pétrole fléchit, mais reste attentif aux tensions géopoli…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient légèrement mardi, hésitant entre les préoccupations quant à la demande en raison de craintes de récession...

    lundi 19 février 2024 à 17:35

    Les prix du pétrole remontent, le risque géopolitique repren…

    Londres: Les prix du pétrole se rehaussaient quelque peu lundi, la poursuite des tensions géopolitiques au Moyen-Orient et notamment les attaques dans...

    lundi 19 février 2024 à 12:47

    Les prix du pétrole reculent, inquiétudes sur la demande

    Londres: Les prix du pétrole baissaient lundi, toujours plombés par des inquiétudes sur la demande mondiale pétrolière, malgré la poursuite des tensions...

    vendredi 16 février 2024 à 21:05

    Le pétrole reste en hausse, un oeil inquiet sur la Russie

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont restés dans le vert, vendredi, sur un marché toujours sensible aux développements géopolitiques et...

    vendredi 16 février 2024 à 11:10

    Le pétrole flanche avec les estimations de croissance de la …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient vendredi, lestés par des estimations de ralentissement de la croissance de la demande mondiale dans le...

    vendredi 16 février 2024 à 11:00

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    vendredi 16 février 2024 à 09:00

    Eni: chute du bénéfice en 2023, dû au recul des cours

    Milan: Le géant italien des hydrocarbures Eni a vu son bénéfice net chuter de 66% à 4,74 milliards d'euros (4,5 milliards de...

    jeudi 15 février 2024 à 21:05

    Le pétrole rebondit, la géopolitique l'emporte sur les fonda…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont repris de la hauteur, jeudi, orientés par la détérioration de la situation au Moyen-Orient...

    jeudi 15 février 2024 à 11:55

    Le pétrole flanche après une forte accumulation des stocks a…

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient jeudi après l'augmentation considérable des stocks de brut aux États-Unis, indiquant une demande moins forte.

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    🔎 Qu'est-ce que l'OPEP+ et quel est son impact sur les prix du pétrole ?

    Le lundi 20 novembre 2023

    Paris: L'OPEP+, coalition entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres producteurs majeurs tels que la Russie, exerce une influence majeure sur les marchés pétroliers mondiaux. Explorons le rôle de l'OPEP+ et analysons son impact significatif sur les fluctuations des prix du pétrole.

    Lire la suite

    📈 Le prix du baril dépassera-t-il les 100$ ? Il l'a déjà fait dans certains marchés

    Le mardi 19 septembre 2023

    Londres: Alors que les opérateurs de marché se focalisent sur la hausse du prix du Brent, qui se rapproche des 100 dollars le baril, certaines références de brut se négocient déjà au-dessus de ce seuil, illustrant les inquiétudes sur le manque d'offre de pétrole.

    Lire la suite