Logo

Le pétrole hésite, entre guerre en Ukraine et réserves d'urgence américaines

cours du petroleLondres: Les prix du pétrole oscillaient entre le rouge et le vert vendredi, pris entre la guerre en Ukraine et les annonces américaines sur la libération de réserves d'urgences pour soulager le marché.
Vers 09H25 GMT (11H25 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en juin, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, grappillait 0,85% à 105,60 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain pour livraison en mai prenait quant à lui 0,64% à 100,92 dollars, après être passé sous la barre symbolique des 100 dollars plus tôt dans la séance.

Un responsable russe a accusé vendredi l'Ukraine d'avoir mené une attaque à l'hélicoptère contre un "dépôt de pétrole" dans la ville de Belgorod, dans l'Ouest de la Russie, à une quarantaine de kilomètres de la frontière ukrainienne.

Mais les cours avaient dégringolé la veille après l'annonce du président des États-Unis Joe Biden, qui s'est engagé à puiser de manière inédite dans les réserves stratégiques américaines pour soulager le marché. Lors d'un discours à la Maison Blanche, il a annoncé qu'un million de barils seraient injectés quotidiennement au cours des six prochains mois, soit plus de 180 millions de barils.

"Si l'on se fie à l'histoire, les réserves stratégiques de pétrole ont un effet de détente à court terme sur les prix, qui est ensuite suivi d'un rebond à des niveaux plus élevés, car les barils supplémentaires sont une solution rapide qui ne résout pas le déficit d'approvisionnement à long terme", tempère Ipek Ozkardeskaya, analyste pour la banque Swissquote.

Les pays de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) se retrouvent pour une réunion extraordinaire vendredi afin de discuter du marché pétrolier, avec la possibilité de nouvelles mesures pour tenter de calmer des cours.

"Il est donc probable que d'autres réserves seront libérées en plus de celles des États-Unis" estime Carsten Fritsch, de Commerzbank.

Jeudi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés (OPEP+) a décidé de s'en tenir à sa politique d'ouverture modeste des vannes en augmentant le volume total de sa production de 432.000 barils par jour, une décision largement attendue.

L'alliance a "approuvé avec effet immédiat" le remplacement de l'AIE par "Wood Mackenzie et Rystad Energy comme sources secondaires utilisées pour évaluer la production de pétrole brut des pays membres", a-t-elle fait savoir dans un communiqué publié sur son site internet.
"L'OPEP+ se dirige vers une confrontation avec l'AIE en n'utilisant plus l'institution comme source de données pour ses décisions" considère Carsten Fritsch.
"Il s'agit d'un signe de la détérioration des relations avec l'Occident" pour Ipek Ozkardeskaya.
(c) AFP

Commenter Le pétrole hésite, entre guerre en Ukraine et réserves d'urgence américaines

graphcomment>