Logo

L'Opep+ prête à ouvrir encore plus les vannes

OPEPLondres: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) réunit mardi ses membres et leurs dix alliés, avec à la clé une probable nouvelle hausse de sa production de pétrole à la faveur d'une demande qui repart.
Les vingt-trois, qui laissent volontairement sous terre des millions de barils pour ne pas inonder un marché fragilisé par la pandémie de Covid-19, ont commencé à rouvrir plus largement début mai les robinets d'or noir, face à l'accalmie de la crise sanitaire.

Une stratégie progressive, par palier mensuel, qui a jusqu'à présent été définie jusqu'en juillet.

A l'ordre du jour mardi: l'évaluation de cette politique et son éventuel prolongement à compter du mois d'août.

L'OPEP+, acronyme donné à cette alliance de producteurs scellée fin 2016, "s'en tiendra au calendrier prudent convenu en avril", estime Helima Croft, analyste de RBC, un avis largement partagé par ses pairs.

La Russie, chef de file des alliés, "cherchera probablement à accélérer le rythme" comme elle l'a fait depuis le début de l'année, poursuit-elle.

Vaccins, voyages et prix pré-Covid

Mais elle se heurtera sans doute à l'Arabie saoudite, poids lourd du cartel qui, adepte de la prudence, est prompt à mettre dans la balance la résurgence des contaminations de Covid-19 en Asie.

Le marché a en effet été secoué au mois de mai par une vague très violente en Inde, pays capital puisqu'il occupe la troisième marche du podium des consommateurs de brut, derrière les États-Unis et la Chine.


Malgré le retour des restrictions de déplacement dans plusieurs pays asiatiques, frein à la consommation de pétrole, "la demande devrait continuer à augmenter avec l'intensification des voyages d'été en Europe et aux États-Unis", assure Melinda Earsdon, chez Oanda, "grâce au déploiement rapide des vaccins" dans ces régions du monde.

L'OPEP fait également preuve d'optimisme quant à la reprise de la demande: le cartel a maintenu au début du mois ses prévisions et table sur un rebond de 6 millions de barils par jour cette année par rapport à 2020, à 96,5 millions consommés quotidiennement sur la planète.

Ceci combiné à un assèchement volontaire de l'offre par le cartel et ses alliés aboutit à une "balance mondiale du brut nettement déficitaire", selon les calculs des analystes de JBC, "d'environ 3 millions de barils par jour en juillet-août".

Cela s'en ressent sur les prix, revenus ces jours-ci aux niveaux pré-Covid: le baril européen de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. a terminé proche des 70 dollars vendredi quand son homologue d'outre-Atlantique, le WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., cotait autour de 66 dollars.

L'inconnue iranienne

Si elle est attentive à la demande d'or noir, l'OPEP surveille aussi de près l'offre de ses concurrents, comme les États-Unis, premier producteur mondial, et de ses propres membres, un sujet de discorde récurrent lors des sommets ministériels.

Après le retour progressif mais bien réel d'un million de barils libyens par jour fin 2020, le groupe se prépare à absorber dans un avenir plus ou moins proche un autre gros morceau: le retour sur le marché de la production iranienne, "un point de discussion clé", précise Mme Croft.

La République islamique est en effet engagée dans des négociations indirectes avec les États-Unis à Vienne, par l'entremise des Européens, afin de ressusciter un accord encadrant son programme nucléaire.

Si les pourparlers aboutissent, la levée d'un certain nombre de sanctions économiques, dont l'embargo sur le pétrole en vigueur depuis 2018, ouvrirait la porte à une hausse de la production de près de 1,5 million de barils par jour si l'on compare le niveau actuel de Téhéran à celui d'il y a trois ans.
(c) AFP

Commenter L'Opep+ prête à ouvrir encore plus les vannes


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.