Logo

La chute des prix du brut continue

prix du petrole SingapourSingapour: Les prix du pétrole continuaient à chuter lundi après le déclenchement d'une guerre des prix entre la Russie et l'Arabie saoudite et un effondrement des Bourses mondiales suscitées par la pandémie de coronavirus qui a débouché sur la baisse la plus importante des cours du brut sur une semaine depuis plus d'une décennie.
Le baril américain de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) est tombé brièvement sous les 30 dollars, chutant de 5,5% dans les échanges du matin en Asie avant de réduire ses pertes.

Il s'échangeait à 30,62 dollars le baril vers 7H00 GMT, en baisse de 3,40% par rapport à la fermeture de vendredi.

Le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord cédait lui 5,11% à 32,12 dollars (30,18 francs) le baril vers 7H00 GMT.

La guerre des prix du pétrole a été ouverte la semaine dernière par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, deux alliés majeurs au sein de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui ont annoncé leur intention d'inonder les marchés mondiaux d'or noir.

Ils répondaient ainsi au refus de la Russie de rejoindre les membres de l'OPEP pour soutenir les prix face à la demande fléchissante de brut engendrée par l'épidémie de coronavirus.

Côté demande, les réponses drastiques des Etats pour limiter la propagation du nouveau coronavirus et les restrictions des voyages attisent les craintes d'une récession mondiale.

La chute des prix a eu un répit de courte durée vendredi alors que les opérateurs ont été un peu rassérénés par un plan d'aides à l'économie aux États-Unis et le projet d'achat de brut pour les réserves stratégiques américaines.

Mais le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. a perdu sur l'ensemble de la semaine 25,2% quand celui de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. a lâché 23%, soit les pertes les plus importantes sur une semaine depuis 2008. Et les analystes s'attendent à ce que la descente continue.

"Les soutiens à la hausse devraient s'effacer alors que le marché continue à digérer la combinaison du Covid-19 et (...) d'un bond massif de l'offre", a souligné Stephen Innes, analyste d'AxiCorp.

"Cette combinaison rare de chocs affectant à la fois la demande et l'offre a provoqué un effondrement du marché du brut alors que les producteurs (...) se préparent à une saturation de l'offre de pétrole dans les semaines qui viennent", a jouté Sukrit Vijayakar de la société Trifecta Consultants.

(c) AFP

Commenter La chute des prix du brut continue

graphcomment>