Logo

Le pétrole convalescent bénéficie du ralentissement de l'épidémie et des sanctions américaines

prix du petroleLondres: Les prix du pétrole étaient en hausse mercredi, poursuivant leur reprise amorcée depuis le 10 février, aidés par un ralentissement des nouveaux cas de l'épidémie de pneumonie virale en Chine et des sanctions américaines contre une entreprise russe.
Vers 10H20 GMT (11H20 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en avril valait 58,57 dollars à Londres, en hausse de 1,42% par rapport à la clôture de mardi.

A New York, le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour mars gagnait 1,42%, à 52,79 dollars.

"Le BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. se rapproche de la barre des 60 dollars" le baril, a observé Han Tan, analyste de FXTM, après six séances consécutives de hausse.

"Les dernières sanctions américaines contre une filiale du russe Rosneft ont apporté un soutien aux prix", a-t-il ajouté.

Les États-Unis ont annoncé mardi des sanctions contre une filiale du groupe pétrolier russe Rosneft, très présent au Venezuela, des mesures qui viennent allonger une longue liste de sanctions américaines, dont un embargo sur le pétrole vénézuélien depuis avril.

Les analystes soulignent également les bonnes nouvelles sur le front de l'épidémie de Covid-19, le nombre de contaminations ayant connu mercredi sa plus faible hausse en un mois.

Malgré un bilan qui a désormais dépassé les 2.000 morts, l'Organisation mondiale de la santé s'est voulu rassurante: hors de la province centrale du Hubei, épicentre de l'épidémie, la maladie "touche une très petite proportion de la population" et 80% des patients souffrent d'une forme bénigne de la maladie.

"Les échanges à plusieurs niveaux entre l'Arabie saoudite et la Russie sur les coupes supplémentaires de la production de brut soutiennent (également) les prix", a estimé de son côté Jasper Lawler, analyste de LCG.

Moscou fait toujours patienter ses alliés de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et les marchés sur sa position face aux recommandations du comité technique de l'OPEP+ qui s'est réuni il y a deux semaines.

"L'équilibre entre l'offre et la demande restera fragile tant que l'OPEP+ n'aura pas décidé officiellement des coupes supplémentaires" d'or noir, a conclu Han Tan.

(c) AFP

Commenter Le pétrole convalescent bénéficie du ralentissement de l'épidémie et des sanctions américaines


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.