Logo

Le pétrole poursuit sa hausse, au plus haut depuis début mars

prix du petrole LondresLondres: Les cours du pétrole continuaient de grimper mercredi et retrouvaient des prix plus vus depuis plus de neuf mois, dans un marché optimiste sur la demande, avant la publication par l'EIA de données sur l'état des stocks aux Etats-Unis plus tard dans la journée.
Vers 10H50 GMT (11H50 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février gagnait 0,37% à Londres par rapport à la clôture de mardi, à 50,95 dollars, peu après avoir touché 51,19 dollars, un record depuis le 5 mars.

Le baril américain de WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour le mois de janvier s'appréciait de son côté de 0,31% à 47,77 dollars, après avoir atteint 47,91 dollars, aussi au plus haut depuis le 5 mars.

Les prix du brut ont entamé un retour en grâce début novembre après les annonces encourageantes sur les vaccins contre le Covid-19.

Depuis "rien ne semble pouvoir les arrêter", a commenté Carsten Fritsch, de Commerzbank, "alors que le contexte est tout sauf rose".

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a en effet révisé en baisse mardi ses prévisions pour la consommation de pétrole en 2021, principalement en raison d'une baisse de la demande pour le carburant destiné aux avions.

"Il semble que l'AIE estime que les vaccins n'auront pas d'impact positif rapide sur la demande de pétrole", a ajouté M. Fritsch, un caillou dans la chaussure que les investisseurs semblent pour le moment ignorer.


La veille, c'est l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui partageait des prévisions similaires.

Les investisseurs ont également mercredi les yeux tournés vers le rapport hebdomadaire très suivi de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) sur les stocks de brut dans le pays.

Selon la médiane d'analystes interrogés par l'agence Bloomberg, les réserves américaines de brut pour la semaine achevée le 11 décembre sont attendues en baisse de 2,2 millions de barils.

L'American Petroleum Institute, fédération qui regroupe les professionnels du secteur pétrolier mais dont les chiffres sont jugés moins fiables, a en revanche estimé mardi que ceux-ci ont grimpé de près de deux millions de barils sur la période.

(c) AFP

Commenter Le pétrole poursuit sa hausse, au plus haut depuis début mars


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.