Logo

Le pétrole termine en baisse, les inquiétudes sur l'Irak s'apaisent

prix du petrole NYC/Cours de clôtureNYC/Cours de clôture: Le prix des barils de pétrole cotés à New York et à Londres ont terminé en baisse jeudi, perdant un peu de terrain après quatre séances de hausse alors que les tensions en Irak semblent rester sous contrôle.
Le baril de light sweet crude (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en novembre, référence américaine du brut, a perdu 75 cents pour clôturer à 51,29 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

Sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre a fini à 57,23 dollars, en baisse de 92 cents par rapport à la clôture de mardi.

Alors que les forces gouvernementales irakiennes ont chassé en début de semaine les combattants kurdes de zones disputées du nord du pays, le gouvernement de la province autonome du Kurdistan s'est déclaré jeudi favorable à un dialogue avec le pouvoir central à Bagdad.

"Il semblerait que les Kurdes soient d'accord pour revenir aux frontières de 2014 et que les violences devraient être suspendues, au moins pour un temps", a souligné James Williams de WTRG Economics.

"La production dans la région a été un peu affectée par les combats, l'oléoduc, même s'il a un peu ralenti, n'a pas cessé de fonctionner, les tensions semblent vraiment s'apaiser", a-t-il ajouté.

Selon le cabinet Kpler, "les volumes de chargement dans le port de Ceyhan, en Turquie (où aboutit l'oléoduc transportant la majeure partie du pétrole produit à Kirkouk), étaient inhabituellement bas lors de la semaine commençant le 16 octobre".

Le repli des cours du brut était aussi attribué à une réaction tardive aux chiffres diffusés mercredi par le département américain de l'Energie, qui a notamment montré une augmentation des stocks de produits distillés pour la première fois depuis août.

Certes, le passage de l'ouragan Nate début octobre a perturbé les activités des infrastructures pétrolières, mais "le fait que les réserves de produits distillés aient augmenté alors même que les raffineries ont ralenti leur cadence de 4% pose des questions", a indiqué M. Yawger.

Le rapport a également montré un recul de la production dans le pays ainsi qu'une forte baisse des stocks de brut.

Pour Sam Sinclair, courtier chez Inenco, toute baisse éventuelle des cours devrait tout de même rester limitée, du fait des tensions géopolitiques persistantes au Moyen-Orient et de la perspective d'une prolongation de l'accord de limitation de la production signé par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres pays partenaires.

Le secrétaire général de l'OPEP, Mohammed Barkindo, a confirmé jeudi à Londres que l'accord de baisse de la production pourrait être renouvelé de neuf mois, comme l'a souhaité Vladimir Poutine.

L'accord, qui engage ses participants à respecter des objectifs de production pour désengorger le marché mondial, est actuellement prévu pour durer jusqu'en mars 2018.

Les efforts de l'OPEP ne convainquaient toutefois pas tous les acteurs du marché.

"Il faut porter particulièrement attention à la hausse de la production du Nigeria et de la Libye. Cela pourrait perturber les efforts du groupe et l'OPEP pourrait leur demander de se joindre à leur effort", a commenté Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Mohammed Barkindo a indiqué que le cartel ne demanderait pas aux deux pays de se joindre aux efforts du cartel avant qu'ils aient retrouvé leur niveau de production d'avant les crises politiques qui les frappent.


(c) AFP

Commenter Le pétrole termine en baisse, les inquiétudes sur l'Irak s'apaisent


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.