Logo

Le pétrole accentue son repli en Asie, le marché suspendu à l'Opep

prix du petrole SingapourSingapour: Les cours du pétrole accentuaient leur repli mercredi en Asie, dans un marché suspendu à une réunion à Vienne de l'Opep et de ses partenaires, où ils discuteront de l'accord limitant leur production, alors que persistent les interrogations sur la position de la Russie.
Vers 05h30 GMT, le baril de light sweet crude (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), référence américaine du brut, pour livraison en janvier, reculait de 31 cents à 57,68 dollars dans les échanges électroniques en Asie.

Le baril de Brent, référence européenne, également pour livraison en janvier, cédait 43 cents, à 63,18 dollars.

Les ministres de l'Energie de l'OPEP ont commencé mardi à arriver à Vienne, à deux jours d'une réunion sur une éventuelle prolongation d'un accord décidé fin 2016 par le cartel et quelques autres poids lourds du pétrole comme la Russie pour limiter l'offre mondiale d'or noir.

Le but: permettre aux prix, qui ont souffert d'une surabondance de la production entre 2014 et 2016, de se ressaisir. Déjà renouvelé une fois, ce pacte court actuellement jusqu'en mars 2018 et les observateurs s'attendent dans l'ensemble à ce qu'une prolongation jusqu'à fin 2018 soit annoncée.

Pour autant, "le pétrole reste en mode attentiste", commentait Jeffrey Halley, analyste du courtier OANDA.

"Bien que les cours intègrent déjà une extension de l'accord (pour réduire la production), des rumeurs circulent sur le fait que la Russie pourrait s'y refuser ou exiger de réviser l'accord dès juin", a-t-il expliqué. "Dans les deux cas, cela provoquerait de massifs mouvements de vente, en cas de signes d'hésitation du premier pays producteur."

Or, Moscou pourrait avoir nettement intérêt à s'opposer à une prolongation de l'accord ou à en réduire la durée, car son champ pétrolifère de "Sakhaline 1" en mer d'Okhotsk devrait voir sa production gonfler de 25% en janvier, explique Sukrit Vijayakar, fondateur du cabinet Trifecta Consultants.

"Même au sein de l'OPEP, il persiste des interrogations sur la période de prolongation de l'accord", indique à l'AFP M. Vijayakar.

"On estime que le débat sera entre une extension de six ou neuf mois. Or, le marché a intégré (dans les cours) une prolongation de neuf mois", relève-t-il, ce qui ouvre la possibilité d'une déception qui pousserait les investisseurs à vendre et ferait trébucher les prix.

A l'inverse, l'annonce mardi d'un nouveau tir de missile balistique par la Corée du Nord, qui augure d'un éventuel regain de tensions géopolitiques dans la région, ne semblait pas faire effet sur le marché, peinant à enrayer le repli des cours.


(c) AFP

Commenter Le pétrole accentue son repli en Asie, le marché suspendu à l'Opep


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.