Logo

Le pétrole recule, l'AIE ravive les inquiétudes sur la surproduction

prix du petrole LondresLondres: Les prix du pétrole cédaient du terrain mardi en cours d'échanges européens, pénalisés par le rapport mensuel de l'Agence internationale de l'énergie (AIE), qui a abaissé sa prévision de croissance de la demande mondiale d'or noir pour 2016.
Vers 10H00 GMT (12H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 47,35 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 97 cents par rapport à la clôture de lundi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour le mois d'octobre reculait de 1,10 dollar à 45,19 dollars.

Depuis vendredi, les cours du Brent et du WTI ont nettement reculé malgré un léger rebond lundi.

Selon l'AIE, la consommation mondiale d'or noir devrait croître de 1,3 million de barils par jour cette année, là où l'Agence tablait jusqu'à présent sur une hausse quotidienne de 1,4 million de barils.

En revanche, la production devrait continuer d'augmenter au niveau mondial. Les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont pompé à un niveau quasi record de 33,47 millions de barils par jour en août, soit une hausse de 930.000 barils par jour sur un an.

"L'avertissement de l'AIE rend à nouveau les investisseurs prudents", estimait Naeem Aslam, responsable de la recherche chez Think Markets, contacté par l'AFP.

"Si le surplus d'offre doit persister jusqu'à 2017, cela rend l'achat difficile", ajoutait-il.

Ce rapport de l'AIE venait s'ajouter à celui publié lundi par l'OPEP, qui tablait également sur une hausse de la production mondiale cette année et la suivante.

L'OPEP estimait en effet que la production des pays qui ne sont pas membres de l'Organisation devrait décliner moins fortement qu'anticipé en 2016 et 2017.

Selon ce rapport, les pays tiers devraient produire 56,32 millions de barils par jour en 2016, soit 610.000 de moins sur un an alors que dans son précédent rapport mensuel, l'OPEP tablait encore sur une baisse de 790.000 barils par jour.

"L'OPEP est piégée, puisque la production des pays non-membres a réussi à s'adapter mieux que prévu à la baisse des prix du pétrole", expliquait dans une note Olivier Jakob, analyste chez Petromatrix.

Par ailleurs, les investisseurs attendaient avec impatience la publication mercredi des nouveaux chiffres hebdomadaires du département américain de l'Énergie sur les stocks de pétrole, dont la fédération professionnelle American Petroleum Institute (API) donnera ses propres estimations dès ce mardi après la clôture des échanges.

La semaine dernière, une chute spectaculaire des réserves américaines de brut de près de 15 millions de barils avait fait un temps bondir les cours.

(c) AFP

Commenter Le pétrole recule, l'AIE ravive les inquiétudes sur la surproduction


© Prix Du Baril - Le portail d'information des prix du pétrole et des prix des carburants.