Logo

Le pétrole new-yorkais lesté à l'ouverture par les stocks et la production

prix du petrole New YorkNew York: Le prix du pétrole reculait de nouveau à l'ouverture mercredi à New York, affaibli par l'anticipation d'une hausse de la production et des stocks de brut aux Etats-Unis, et par une volatilité persistante à Wall Street.
Vers 14H15 GMT, le baril de light sweet crude (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en mars, référence américaine du brut, perdait 20 cents et s'échangeait à 63,19 dollars sur le New York Mercantile Exchange.

Les marchés étaient dans l'attente, peu après l'ouverture, de la publication d'un rapport du département de l'Energie (DoE) sur les stocks hebdomadaires de brut aux Etats-Unis.

Le doute s'est quelque peu installé mardi soir après que la fédération professionnelle de l'American Petroleum Institute (API), qui publie ses propres données réputées moins fiables le mardi, a fait état d'une baisse inattendue des stocks de brut, selon plusieurs analystes.

Cela a brièvement fait remonter le cours du WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. dans les échanges électroniques mardi soir.

"Il semble difficile à croire que les stocks s'inscriront en baisse dans ce rapport", a commenté Robert Yawger de Mizuho USA.

"Il est peu probable que cela soit confirmé par le DoE", ont abondé les analystes de Commerzbank.

Selon la médiane des estimations de plusieurs spécialistes compilées par l'agence Bloomberg, il est attendu une nouvelle hausse de 3 millions de barils des réserves de brut, une augmentation d'un million de barils de celles d'essence et une baisse des stocks d'autres produits distillés (fioul de chauffage et diesel) de 1,5 million de barils.

Les données sur la production américaine seront également scrutées, les Etats-Unis ayant atteint la semaine dernière 9,92 millions de barils par jour (mbj), au plus haut depuis que ces statistiques ont commencé à être compilées en 1983.

"Si l'on dépasse la barre des 10 mbj, ce serait une première dans un rapport hebdomadaire", a noté M. Yawger.

Le cap des 10 mbj a déjà été dépassé dans les prévisions mensuelles de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), mardi.

Celle-ci a révisé à la hausse ses prévisions de production aux Etats-Unis et anticipe désormais 10,6 mbj en 2018 et de 11,2 mbj en 2019.

Le cours du pétrole semblait par ailleurs toujours fragilisé par la forte volatilité à Wall Street, créant un sentiment de stress sur l'ensemble des marchés, selon de nombreux commentateurs.


(c) AFP

Commenter Le pétrole new-yorkais lesté à l'ouverture par les stocks et la production


©Prix du Baril - Le portail d'information des cours du pétrole et du prix des carburants.