Menu
A+ A A-

Le brut finit sur une nouvelle baisse à New York

prix-du-petrole reprise de vendredi soir</preprise de vendredi soir:

reprise de vendredi soir


New York - Les prix du pétrole ont fini sur une très légère baisse vendredi à New York, incapables de rebondir après leur plongeon de la veille alors que les marchés se montrent de plus en plus inquiets de l'évolution de la croissance mondiale.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de "light sweet crude" pour livraison en septembre a terminé à 82,26 dollars, en recul de 12 cents par rapport à la veille. Il avait chuté de 5,20 dollars (5,9%) jeudi.

A Londres en revanche, sur l'IntercontinentalExchange, le baril de Brent de la mer du Nord échéance octobre a gagné 1,63 dollar à 108,62 dollars.

Les cours affichent une perte de 3,6% sur la semaine à New York. Ils ont connu vendredi une séance hésitante, suivant les mouvements des indices de la Bourse de New York, baromètre de la confiance des investisseurs en l'évolution de l'économie dans les mois à venir.

"Le marché boursier est reparti à la baisse, et donc le brut a suivi", a expliqué Matt Smith, de Summit Energy.

"Le marché continue d'avoir la gueule de bois en raison des indicateurs économiques (de jeudi aux Etats-Unis), qui étaient très, très mauvais", a-t-il ajouté.

Au lendemain de la publication de ces statistiques inquiétantes aussi bien sur l'emploi et l'immobilier que sur l'industrie, les banques JPMorgan et Wells Fargo ont révisé à la baisse leurs prévisions de croissance pour les Etats-Unis, premier pays consommateur d'or noir.

"Le marché pétrolier continue de suivre à la trace les marchés boursiers et les inquiétudes concernant l'économie", a observé Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

"On entend de plus en plus de gens parler de récession. Pour les consommateurs, cela peut se traduire par une prophétie auto-réalisatrice: s'ils s'inquiètent de la situation économique, ils vont réduire leurs dépenses", a-t-il expliqué.

Les intervenants du marché pétrolier craignent que la tempête financière actuelle ne mette un coup de frein à la demande d'énergie mondiale, alors que la bonne tenue de la consommation, ajoutée aux troubles dans le monde arabe, avait propulsé les cours à plus de 100 dollars au début de l'année.

L'American Petroleum Institute (API), fédération qui regroupe les industriels américains, a estimé vendredi que la consommation de produits pétroliers dans le pays s'affichaient en recul de 0,5% sur un an en juillet.

La demande d'essence n'avait jamais été aussi basse pour un mois de juillet depuis dix ans, a estimé l'API.

Les cours ont tout de même reçu le soutien d'un affaiblissement du dollar, mouvement qui tend à rendre le brut plus intéressant pour les acheteurs munis d'autres devises, et qui a permis au Brent, à Londres, de rebondir, a expliqué Matt Smith.

La différence entre les marchés new-yorkais et londoniens s'explique par ailleurs par "la faiblesse de l'économie aux Etats-Unis, qui contraste avec la solidité qu'affichent les fondamentaux (rapport entre offre et demande, NDLR) du marché du brut en Europe, en raison des perturbations dans la production en mer du Nord et en Libye", a poursuivi l'analyste.

"Juste au moment où une certaine stabilité revenait sur les marchés, après les fortes pertes causées par l'abaissement de la note des Etats-Unis par Standard & Poor's, les craintes d'un retour de la récession se renforcent à nouveau", ont constaté les analystes de Barclays Capital.

"Cela a provoqué un regain d'aversion pour le risque" de la part des investisseurs, "une tendance qui se poursuit" vendredi au début de séance, on-ils ajouté.

"Pour autant, si la crise de confiance persiste, nous ne la voyons pas encore se traduire par une crise sur le plan des fondamentaux" du marché pétrolier, c'est-à-dire sur le rapport entre l'offre et la demande, ont-ils tempéré.

rp



(AWP / 22.08.2011 06h22)


Commenter Le brut finit sur une nouvelle baisse à New York


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 13 novembre 2018 à 22:18

    L'Opep s'inquiète d'un pétrole trop abondant et fait déraper…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, entraînant une...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:50

    Venezuela: la production de pétrole poursuit sa chute en oct…

    Caracas: La production de brut au Venezuela a poursuivi sa chute en octobre, avec 1,17 million de barils par jour (mbj), soit...

    mardi 13 novembre 2018 à 21:15

    Le prix du baril de brut new-yorkais accuse sa pire chute de…

    NYC/Cours de clôture: Les prix des barils de pétrole brut cotés à New York et Londres ont plongé mardi à la clôture...

    mardi 13 novembre 2018 à 16:22

    Le pétrole baisse, inquiété par Trump et les prévisions de l…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient mardi en cours d'échanges européens alors que Donald Trump a demandé à l'Opep de ne pas...

    mardi 13 novembre 2018 à 14:12

    Le marché du pétrole trop dépendant du schiste américain, se…

    Londres: Le marché de l'or noir va être de plus en plus dépendant de la production de schiste des Etats-Unis, faute d'investissements...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:23

    L'Opep revoit la demande de pétrole en baisse, s'inquiète d…

    Paris: L'Opep s'est inquiétée mardi d'une offre excédentaire de brut sur le marché, avec une demande plus faible que prévu, alors que...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:20

    Le pétrole en nette baisse après des propos de Trump contre …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient nettement mardi en cours d'échanges européens, après que Donald Trump a demandé la veille de ne...

    mardi 13 novembre 2018 à 12:02

    Pour le Foll, le "gouvernement doit reculer" sur l…

    Paris: Le maire du Mans Stéphane Le Foll (PS) a appelé le gouvernement à "reculer" sur la taxation des carburants et à...

    mardi 13 novembre 2018 à 09:24

    Au large de l'Angola, un espoir pétrolier nommé Kaombo

    Au large de l'angola: La longue torchère qui s'échappe de sa proue éclaire la nuit à des milles nautiques à la ronde.Depuis...

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En septembre 2018, le prix du pétrole rebondit vivement

    Le dimanche 28 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    En septembre 2018, les prix du pétrole rebondissent nettement. Le prix du pétrole rebondit En septembre 2018, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros rebondit vivement (+7,8 % après -1,2 % en août), à 67,7 € en moyenne par baril de Brent. La hausse de septembre est un peu plus marquée en dollars (+8,8 % après -2,3 %). La moyenne des cours du pétrole brent en dollars est fixé à 78,9 $ par baril.  Cours du pétrole Brent - septembre 2018

    Lire la suite

    Le Petro, nouvelle crypto-monnaie du Venezuela indexée sur le pétrole, a-t-il un futur ?

    Le lundi 15 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Connu depuis l’antiquité, le pétrole a soutenu, avec ses dérivés gaziers notamment, la révolution industrielle du 19e siècle pour s’imposer au milieu du 20e siècle comme la première source énergétique devant le charbon. La très grosse industrie des hydrocarbures sur laquelle reposent l’économie de pays entiers et des entreprises parmi les plus florissantes du monde est difficile de transformations.

    Lire la suite

    Pourquoi le prix du baril de pétrole à 100 dollars fait-il trembler ?

    Le mercredi 10 octobre 2018 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a presque triplé depuis le début 2016 et s'approche dangereusement du seuil symbolique des 100 dollars. Résultat, le président américain s'attaque à l'Opep et les industriels se plaignent des tensions politiques. Tour d'horizon des enjeux de cette montée des cours de l'or noir...

    Lire la suite