Menu
A+ A A-

Repli du brut dans un marché fébrile, au lendemain d'une forte hausse

prix-du-petrole Londres Londres : Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens, perdant du terrain au lendemain d'une très forte hausse, dans un marché fébrile toujours marqué par les inquiétudes sur la vigueur de l'économie américaine et l'ampleur de la crise des dettes en zone euro.

Vers 10H30 GMT (12H30 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en septembre s'échangeait à 106,13 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 55 cents par rapport à la clôture de mercredi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance cédait 20 cents, à 82,69 dollars.

Le marché reprenait son souffle après l'envolée des cours enregistrée mercredi: le Brent avait bondi de plus de 4 dollars tandis que le WTI avait fini en hausse de plus de 3,50 dollars, ignorant les forts replis des Bourses après une diminution spectaculaire des stocks de brut aux Etats-Unis.

Selon le rapport du département de l'Energie, ces derniers ont reculé de 5,2 millions de barils la semaine dernière: "c'est la plus forte chute hebdomadaire depuis décembre et, dans l'ensemble, l'amélioration progressives des chiffres de la demande est encourageante", soulignait Andrey Kryuchenkov, de VTB Capital.

Mais le répit aura été de courte durée, "les échanges restant suspendus aux tensions macro-économique, avec une attention très réduite portée aux fondamentaux du marché pétrolier", avertissait-il, notant que les craintes se focalisaient sur la zone euro et la France en particulier.

"Les marchés pétroliers sont repartis légèrement à la baisse jeudi, préoccupés par l'aggravation de la dette souveraine en Europe (...) alors qu'une rumeur a circulé mercredi sur une possible dégradation de la note de la dette française", expliquait un analyste de Saxo Banque.

Les dénégations des trois grandes agences de notations, mercredi, n'ont pas suffi à rasséréner les investisseurs, et les Bourses européennes retombaient dans le rouge jeudi à la mi-journée.

La santé de l'économie américaine continuait par ailleurs de préoccuper les opérateurs, qui redoutent une baisse sensible de la demande de carburant aux Etats-Unis, relevait l'analyste de Saxo Banque.

"La promesse de taux d'intérêt très bas pendant 2 ans, faite mardi par la Réserve fédérale américaine (Fed), a l'air encourageante... mais si la Fed pense que la reprise économique est à ce point en danger qu'il faille prendre un tel engagement, alors ça a l'air très mauvais", confirmait David Hufton, du courtier PVM Oil Associates.

Pris dans la tourmente des marchés, les prix du pétrole avaient plongé violemment en début de semaine, le Brent tombant mardi à 98,74 dollars à Londres, son niveau le plus bas depuis le 8 février, tandis que le WTI descendait le même jour à 75,71 dollars, un plus bas depuis fin septembre 2010.

fah



(AWP / 11.08.2011 13h01)


Commenter Repli du brut dans un marché fébrile, au lendemain d'une forte hausse


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 25 mars 2019 à 14:14

    Frets maritimes: les frets secs et les pétroliers sans direc…

    Londres: Les prix des transports de matières premières sèches et les taux des pétroliers ont évolué dans des directions différentes la semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 13:41

    Les prix des carburants montent encore à l'exception du gazo…

    Paris: Les prix des carburants vendus dans les stations-service françaises ont continué d'augmenter la semaine dernière à l'exception du gazole, alors que le prix du pétrole...

    lundi 25 mars 2019 à 12:30

    Le pétrole creuse un peu ses pertes

    Londres: Les prix du pétrole reculaient encore un peu lundi en cours d'échanges européens après une baisse marquée en fin de semaine...

    lundi 25 mars 2019 à 05:48

    Le pétrole poursuit sa baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole continuaient de reculer lundi en Asie, les craintes de ralentissement de la croissance prenant les devants sur...

    dimanche 24 mars 2019 à 06:47

    A Corpus Christi au Texas, le 'robinet' du pétrole américain…

    Corpus christi: Nouveaux oléoducs, allongement des terminaux, creusement sous la mer risqué pour l'environnement: pour satisfaire les ambitions exportatrices d'or noir des...

    vendredi 22 mars 2019 à 20:40

    Le pétrole chute à cause des inquiétudes sur la croissance e…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont chuté vendredi après que de mauvais indicateurs en Europe ont ravivé les craintes du...

    vendredi 22 mars 2019 à 16:12

    Le pétrole efface ses gains sur la semaine

    Londres: Les cours du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine alors qu'un mauvais indicateur allemand a...

    vendredi 22 mars 2019 à 12:05

    Le pétrole recule, retour des craintes sur la croissance mon…

    Londres: Les prix du pétrole effaçaient vendredi en cours d'échanges européens leurs gains de la semaine en Europe alors qu'un mauvais indicateur...

    vendredi 22 mars 2019 à 04:55

    Le pétrole orienté à la baisse en Asie

    Singapour: Les cours du pétrole étaient orientés à la baisse, vendredi en Asie, en raison de prises de bénéfice, mais aussi d'inquiétudes...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 21 mars 2019 Vers 15H00 GMT (16H00 HEC), le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 68,26 dollars à Londres, en baisse de 24 cents par rapport à la clôture de mercredi. A New York, le baril de WTI pour la même échéance, dont c'est le premier jour d'utilisation comme contrat de référence, cédait 6 cents à 60,17 dollars une heure après son ouverture.

    En février 2019, le prix du pétrole accélère

    Le mercredi 20 mars 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En février 2019, le prix du pétrole en euros augmente plus qu’en janvier (+8,3 % après +4,3 % en janvier). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent également (+4,0 % après +0,9 %) : en effet les prix des matières premières industrielles repartent nettement à la hausse (+8,2 % après −0,1 %). La hausse du prix du pétrole s’accentue En février 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros accélère (+8,3 % après +4,3 %), à 56,4 € en moyenne par baril. La hausse est moins...

    Lire la suite

    En janvier 2019, le prix du pétrole se redresse

    Le lundi 25 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    En janvier 2019, le prix du pétrole en euros se redresse (+4,3 % après -12 % en décembre). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se redressent également (+0,9 % après −2,3 %), à l’instar de ceux des matières alimentaires (+1,7 % après −2,1 %). Les prix des matières industrielles sont quasi stables (−0,1 % après −2,6 %). Le prix du pétrole se redresse En janvier 2019, le prix du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) en euros se redresse (+4,3 % après -12,0 %), à 52 € en moyenne par baril...

    Lire la suite

    Quel géant pétrolier génère le plus d'argent?

    Le mardi 12 février 2019 - Analyses des prix du pétrole

    Alors que les super-majors du secteur pétrolier dépassaient les estimations avec des résultats solides pour le quatrième trimestre et l'année 2018, Shell a battu Exxon (pour la deuxième année consécutive), pour s’affirmer comme le plus important générateur de flux de trésorerie des compagnies pétrolières.

    Lire la suite