Menu
A+ A A-

Le pétrole au plus bas depuis 4 mois, mais la baisse ralentit

cours du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole sont tombés à leur plus bas niveau depuis quatre mois mardi, toujours crispés par la perspective d'une hausse progressive de la production de l'Opep+ dès l'automne, avant de se reprendre légèrement en fin de séance.
Le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en août a encore lâché 1,07%, pour clôturer à 77,52 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain avec échéance en juillet a lui cédé 1,30%, à 73,25 dollars.

Après un plongeon, lundi, la séance avait encore très mal démarré pour l'or noir, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. abandonnant de nouveau jusqu'à 2% et le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. encore davantage (-2,34%).

Le marché restait sonné par la communication de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses alliés de l'accord OPEP+, dimanche.

Si le cartel s'est engagé à reconduire certains objectifs de production réduits ainsi qu'une partie des coupes volontaires, il a annoncé qu'il allait progressivement revenir sur la dernière vague à partir d'octobre.

Les huit pays à l'origine de cette dernière salve vont augmenter graduellement leurs volumes jusqu'à les relever, au total, de 2,2 millions de barils par jour d'ici l'automne 2025.

"Ils ont fait une vraie erreur stratégique en publiant leurs objectifs" chiffrés, selon Andrew Lebow, de Commodity Research Group, pour qui le groupe aurait dû se montrer plus vague pour se laisser des marges de manoeuvre.


"C'est un changement de formulation par rapport aux précédentes communications", souligne Carsten Fritsch, de Commerzbank, dans une note. "Jusqu'ici, la hausse de production n'était censée intervenir que si les conditions de marché le permettaient. Cette fois-ci, l'OPEP+ semble plus déterminée à revenir sur ses coupes."

Les initiatives du cartel interviennent dans un contexte de ralentissement de l'économie américaine, illustré par une série de mauvais indicateurs ces derniers jours, qui augurent mal de la demande d'or noir.

Dans le même temps, malgré un appétit modéré pour les produits pétroliers, les raffineries tournent à plein régime. "Elles produisent trop", estime Andrew Lebow.

En fin de séance, les cours se sont néanmoins redressés, un mouvement qui pourrait tenir à des achats de couverture par des opérateurs spéculatifs positionnés à la baisse, selon Andrew Lebow.

Dans une note, RBC relativise la portée des annonces de l'OPEP+, rappelant que "son intention a toujours été de progressivement relever la production et pas de déstabiliser le marché en l'abreuvant".

"Je ne vois pas l'OPEP ouvrir le robinet aveuglément sans évaluer le risque de submerger le marché", abonde Bart Melek, de TD Securities.

Un tel scénario "pourrait faire encore baisser les prix de 10 à 20 dollars (le baril) et amputer les revenus" des membres du cartel, dit-il, notamment la Russie et "rendre difficile le financement de la guerre contre l'Ukraine".

(c) AFP

Commenter Le pétrole au plus bas depuis 4 mois, mais la baisse ralentit



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 juin 2024 à 17:15

    Le pétrole se reprend, les appréhensions sur la demande s'ap…

    New York: Les cours du pétrole remontent mardi, les analystes misant sur une reprise de la demande à la saison estivale, qui...

    mardi 18 juin 2024 à 12:20

    Le pétrole en petite baisse, appréhensions sur la demande

    Londres: Les cours du pétrole s'affaissaient légèrement mardi, retombant après leur poussée de la veille, de nouveau plombés par des inquiétudes sur...

    mardi 18 juin 2024 à 11:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent de baisser, le diesel …

    Carburants: Les prix des carburants ont continué leur tendance baissière pour la 8ème semaine d'affilée, avec un gazole qui bien qu'en légère hausse, s'affiche...

    lundi 17 juin 2024 à 21:30

    Le pétrole se cabre, les achats spéculatifs reprennent

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont sursauté, lundi, dans un marché pourtant privé de nouvelles d'importance, à cause d'un mouvement...

    lundi 17 juin 2024 à 16:00

    💶 Dévaluation de devise : protection des actions du pétrole …

    Paris: Dans son service d’investissement, Henry Bonner introduit ce mois-ci une nouvelle recommandation à ses abonnés : un producteur de pétrole et de...

    lundi 17 juin 2024 à 13:25

    Le pétrole hésite, entre usines chinoises au ralenti et espo…

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient lundi, pris entre les feux d'une production industrielle ralentie en Chine, mauvais signal pour la demande en...

    vendredi 14 juin 2024 à 22:05

    Le pétrole indécis, entre inflation, évolution des taux et s…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont hésité vendredi pour terminer en léger repli, cherchant des signes favorables du côté de...

    vendredi 14 juin 2024 à 14:25

    Le pétrole hésite, entre possibles baisses de taux et stocks…

    Londres: Les prix du pétrole oscillent vendredi, portés par le renforcement des attentes de réductions des taux d'intérêts américains, susceptibles de favoriser...

    jeudi 13 juin 2024 à 21:50

    Le pétrole en petite hausse après une séance hésitante

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont oscillé jeudi pour terminer en petite hausse, balottés entre la surprise de réserves de...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 14 juin 2024 Les cours du pétrole pourraient enregistrer une hausse hebdomadaire malgré des données mitigées sur la demande, soutenus par des prévisions positives par Goldman Sachs et des nouvelles sur le ralentissement des véhicules électriques, compensant les divergences entre l'OPEP et l'AIE.

    📈 Le pétrole pourrait dépasser les 100$ le baril en 2024 selon Goldman Sachs

    Le lundi 25 mars 2024

    Prévision des prix: Dans le sillage des baisses de taux d'intérêt annoncées par les banques centrales, des risques géopolitiques et de perturbations sur l'offre et la demande pétrolière, Goldman Sachs envisage une escalade du prix du pétrole au dessus de la barre symbolique des 100 dollars le baril cette année.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite