Menu
A+ A A-

Le pétrole touche un plus bas depuis juillet

cours du petroleCours de clôture: Les prix du pétrole ont accentué leurs pertes jeudi, le WTI américain perdant en séance plus de 5%, plombé par le gonflement des stocks aux Etats-Unis et des signaux économiques laissant craindre pour la demande mondiale.
Le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en décembre, a chuté de 4,90% à 72,82 dollars, après avoir atteint 72,23 dollars, tombant de 5,05%, son plus bas niveau depuis juillet.

Son équivalent européen, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en janvier a perdu 4,63% à 77,42 dollars peu après avoir touché 76,72 dollars, également un plus bas prix depuis début juillet.

Les deux références mondiales de l'or noir évoluent ainsi à leur plus bas niveau en quatre mois, sous pression "alors que les données économiques américaines décevantes ont encore assombri les perspectives de la demande", explique à l'AFP Lukman Otunuga, de FXTM.

🛢️ La veille, le rapport sur le "gonflement des stocks" de pétrole aux États-Unis et les "craintes de ralentissement de la croissance économique américaine" avaient déjà tiré les cours vers le bas, rappelle l'analyste.

Les stocks commerciaux américains de pétrole brut ont en effet augmenté de 3,6 millions de barils, soit plus qu'attendu par les analystes, selon des chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Le marché a aussi fixé son attention sur le niveau des réserves à Cushing (Oklahoma), principal terminal de livraison du WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. aux États-Unis, qui ont notablement augmenté, selon DNB.

"Les conditions d'approvisionnement serrées qui étaient largement attendues ne se sont pas concrétisées, comme en témoigne la constitution massive de stocks aux États-Unis", commente Stephen Innes, de SPI AM.


🇺🇸 Le taux d'inflation a aussi nettement reculé en octobre aux États-Unis, à 3,2% sur un an, contre 3,7% en septembre, grâce notamment à la baisse des prix de l'essence à la pompe, selon l'indice CPI publié mardi.

Ces chiffres "faisant suite à des données sur l'emploi plus faibles que prévu au début du mois, (ont) renforcé l'idée que l'économie commence à se refroidir" dans le pays, souligne James Harte, analyste chez Tickmill.

Le marché se demande désormais si l'Arabie saoudite et la Russie, les leaders de facto de l'alliance OPEP+ (l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés) vont intervenir pour enrayer la chute des prix.

Au début du mois, l'Arabie saoudite et la Russie avaient réaffirmé qu'ils maintiendraient leurs baisses de production et d'exportation jusqu'à la fin de l'année, soit 300.000 barils par jour d'offre de pétrole et de produits pétroliers pour la Russie et une coupe de production d'un million de barils par jour pour l'Arabie saoudite.

Ces réductions complètent les baisses instaurées depuis début mai et en vigueur jusqu'à fin 2024 par neuf producteurs, dont Ryad, Moscou, Bagdad ou encore Dubaï, pour un total de 1,6 million de barils quotidiens.

"Comme nous l'avons vu si souvent par le passé, les (pays) producteurs feront tout ce qu'il faut pour soutenir les prix", affirme Craig Erlam, analyste chez Oanda.

"Il appartient désormais à l'OPEP+ (...) de donner un message ferme sur ce qu'elle veut faire en 2024 en ce qui concerne l'offre et les prix", lance Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb interrogé par l'AFP.


La prochaine réunion ministérielle des membres de l'OPEP+ est prévue le 26 novembre à Vienne, siège de l'alliance.



Commenter Le pétrole touche un plus bas depuis juillet



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    vendredi 12 avril 2024 à 16:57

    Le pétrole au plus haut depuis octobre, le marché scrute les…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le...

    vendredi 12 avril 2024 à 12:47

    Le pétrole soutenu par le risque géopolitique, le marché scr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le conflit...

    vendredi 12 avril 2024 à 11:21

    La croissance de la demande de pétrole continue de "s'e…

    Paris: L'appétit du monde pour le pétrole "continue de s'essouffler" sous l'effet de l'électrification du parc automobile et de la fin du...

    jeudi 11 avril 2024 à 16:10

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    jeudi 11 avril 2024 à 15:00

    Le pétrole oscille, entre le risque géopolitique et les stoc…

    New York: Les prix du pétrole hésitaient jeudi, pris entre les feux croisés de facteurs baissiers, comme la hausse des stocks hebdomadaires...

    jeudi 11 avril 2024 à 12:05

    Le pétrole grimpe avec le risque géopolitique malgré les sto…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, les investisseurs ayant les yeux rivés sur les possibles perturbations de l'approvisionnement en raison de...

    jeudi 11 avril 2024 à 10:35

    ExxonMobil réduit ses activités en France et supprime 677 em…

    Paris: Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé jeudi une réduction de ses activités à Port-Jérôme (Normandie), qui "devrait entraîner la suppression...

    mercredi 10 avril 2024 à 20:55

    Le pétrole en hausse malgré le bond des stocks et l'inflatio…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enregistré un gain, mercredi, la menace d'une escalade entre Iran et Israël l'emportant sur...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    Le vendredi 16 février 2024

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    Lire la suite

    📊 Les grandes hausses et baisses des prix du pétrole brut depuis 30 ans

    Le mardi 10 mars 2020

    Les prix du pétrole ont chuté de plus de 30% le 9 mars 2020 après l'échec d'un accord entre l'Arabie saoudite et la Russie visant à réduire la production pétrolière au sein de ce qu'on aura appelé l'alliance OPEP+. Voici les principaux mouvements du pétrole, au fil des événements internationaux depuis 30 ans.

    Lire la suite

    📈 Prévisions des prix du pétrole Brent et WTI en 2023/2024 selon les experts du secteur

    Le vendredi 22 septembre 2023

    Paris: Morgan Stanley a revu à la hausse ses prévisions trimestrielles pour les prix du pétrole Brent en 2023 et 2024, attribuant cette révision à un déséquilibre de l'offre provoqué par la prolongation des réductions de production de l'Arabie saoudite et de la Russie.

    Lire la suite