Menu
A+ A A-

Le pétrole recule, la consommation américaine d'essence ne rassure pas

cours du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole se sont repliés mercredi, sur un marché déçu par de nouveaux chiffres qui confirment la mollesse de la demande américaine d'essence.
Le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en juin a cédé 1,94%, pour clôturer à 83,12 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain, avec échéance en mai, a lui lâché 2,10%, à 79,16 dollars.

Les deux références du marché sont tombées à leur plus bas niveau depuis l'annonce surprise d'une baisse de production de 1,16 million de barils par jour initiée par huit membres de l'alliance OPEP+ (Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés de l'accord OPEP+), début avril.

"Le marché est entraîné par l'essence aujourd'hui, après de nouveaux chiffres hebdomadaires décevants", a commenté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), les livraisons d'essence ont reculé de 4,6% la semaine dernière aux États-Unis par rapport à la période précédente. Elles se situent en-deçà des volumes de l'an dernier à la même époque dans des proportions similaires (-3,9%).

Sous l'effet de cette contraction de la demande, les stocks d'essence ont augmenté de 1,3 million de barils aux États-Unis, alors que les analystes les voyaient perdre 1,25 million de barils.

Dans le même temps, le taux d'utilisation des raffineries américaines a grimpé à 91,0%, contre 89,3% lors de la période précédente, au plus haut depuis décembre.


"Le marché ne s'inquiète pas de la disponibilité de l'essence", explique Andy Lipow, ce qui sape les cours.

Après cette publication, le prix de gros de l'essence aux États-Unis a dévissé, clôturant en recul de 3,8%.

Les chiffres américains ont alimenté la morosité du marché, en quête de signaux d'une accélération significative de la demande mondiale, absents jusqu'ici.

Après avoir sursauté à l'annonce des coupes de production en provenance du groupe OPEP+, les opérateurs en ont surtout retenu que le cartel "avait peut-être reçu des indications de ses clients selon lesquelles ils ne voulaient pas autant de pétrole qu'ils en achetaient jusque-là", selon Andy Lipow, car l'économie ralentit.

Le marché a aussi été marqué mercredi par une étude du CREA (Centre for research on energy and clean air), institut de recherche basé en Finlande, selon lequel la Russie contourne l'embargo sur ses exportations d'or noir mis en place par l'Union européenne et plusieurs économies majeures.

Plusieurs pays qui achètent encore du pétrole russe, comme la Chine, la Turquie, l'Inde, Singapour ou les Emirats arabes unis, raffinent ce brut puis en revendent le produit à l'étranger, ce qui explique que les barils exportés par la Russie aient augmenté depuis la mise en place de l'embargo.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), ils ont été, en mars, les plus importants depuis près de trois ans.

"La réalité, c'est que la Russie vend plus de pétrole (maintenant) qu'avant la guerre", a souligné, dans une note, Phil Flynn, de Price Futures Group, ce qui contribue à plomber les prix.

(c) AFP

Commenter Le pétrole recule, la consommation américaine d'essence ne rassure pas



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 juin 2024 à 22:30

    Le pétrole poursuit l'élan de la veille et termine en hausse

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mardi, sur la lancée de la remontée de la veille, les...

    mardi 18 juin 2024 à 17:15

    Le pétrole se reprend, les appréhensions sur la demande s'ap…

    New York: Les cours du pétrole remontent mardi, les analystes misant sur une reprise de la demande à la saison estivale, qui...

    mardi 18 juin 2024 à 12:20

    Le pétrole en petite baisse, appréhensions sur la demande

    Londres: Les cours du pétrole s'affaissaient légèrement mardi, retombant après leur poussée de la veille, de nouveau plombés par des inquiétudes sur...

    mardi 18 juin 2024 à 11:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent de baisser, le diesel …

    Carburants: Les prix des carburants ont continué leur tendance baissière pour la 8ème semaine d'affilée, avec un gazole qui bien qu'en légère hausse, s'affiche...

    lundi 17 juin 2024 à 21:30

    Le pétrole se cabre, les achats spéculatifs reprennent

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont sursauté, lundi, dans un marché pourtant privé de nouvelles d'importance, à cause d'un mouvement...

    lundi 17 juin 2024 à 16:00

    💶 Dévaluation de devise : protection des actions du pétrole …

    Paris: Dans son service d’investissement, Henry Bonner introduit ce mois-ci une nouvelle recommandation à ses abonnés : un producteur de pétrole et de...

    lundi 17 juin 2024 à 13:25

    Le pétrole hésite, entre usines chinoises au ralenti et espo…

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient lundi, pris entre les feux d'une production industrielle ralentie en Chine, mauvais signal pour la demande en...

    vendredi 14 juin 2024 à 22:05

    Le pétrole indécis, entre inflation, évolution des taux et s…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont hésité vendredi pour terminer en léger repli, cherchant des signes favorables du côté de...

    vendredi 14 juin 2024 à 14:25

    Le pétrole hésite, entre possibles baisses de taux et stocks…

    Londres: Les prix du pétrole oscillent vendredi, portés par le renforcement des attentes de réductions des taux d'intérêts américains, susceptibles de favoriser...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 14 juin 2024 Les cours du pétrole pourraient enregistrer une hausse hebdomadaire malgré des données mitigées sur la demande, soutenus par des prévisions positives par Goldman Sachs et des nouvelles sur le ralentissement des véhicules électriques, compensant les divergences entre l'OPEP et l'AIE.

    📉 Citi prédit une baisse de 20% du prix du pétrole d'ici 2025, sous les 60 dollars

    Le jeudi 13 juin 2024

    New York: Les analystes de Citi, l'une des plus grande institution financière au monde, prévoient une chute significative des cours du pétrole d'ici 2025, anticipant que le prix du baril de Brent descendra à 60 dollars, soit une diminution de plus de 20 % par rapport aux prévisions actuelles.

    Lire la suite

    🇺🇸 USA: enquête sur soupçons d'entente sur les prix du pétrole réclamée

    Le jeudi 30 mai 2024

    Washington: Plus d'une vingtaine de sénateurs démocrates du Congrès des Etats-Unis ont demandé jeudi au ministère de la Justice d'enquêter sur des soupçons d'entente sur les prix dans l'industrie pétrolière et gazière aux Etats-Unis.

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite