Menu
A+ A A-

Le pétrole recule, la consommation américaine d'essence ne rassure pas

cours du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole se sont repliés mercredi, sur un marché déçu par de nouveaux chiffres qui confirment la mollesse de la demande américaine d'essence.
Le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en juin a cédé 1,94%, pour clôturer à 83,12 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain, avec échéance en mai, a lui lâché 2,10%, à 79,16 dollars.

Les deux références du marché sont tombées à leur plus bas niveau depuis l'annonce surprise d'une baisse de production de 1,16 million de barils par jour initiée par huit membres de l'alliance OPEP+ (Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés de l'accord OPEP+), début avril.

"Le marché est entraîné par l'essence aujourd'hui, après de nouveaux chiffres hebdomadaires décevants", a commenté Andy Lipow, de Lipow Oil Associates.

Selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), les livraisons d'essence ont reculé de 4,6% la semaine dernière aux États-Unis par rapport à la période précédente. Elles se situent en-deçà des volumes de l'an dernier à la même époque dans des proportions similaires (-3,9%).

Sous l'effet de cette contraction de la demande, les stocks d'essence ont augmenté de 1,3 million de barils aux États-Unis, alors que les analystes les voyaient perdre 1,25 million de barils.

Dans le même temps, le taux d'utilisation des raffineries américaines a grimpé à 91,0%, contre 89,3% lors de la période précédente, au plus haut depuis décembre.


"Le marché ne s'inquiète pas de la disponibilité de l'essence", explique Andy Lipow, ce qui sape les cours.

Après cette publication, le prix de gros de l'essence aux États-Unis a dévissé, clôturant en recul de 3,8%.

Les chiffres américains ont alimenté la morosité du marché, en quête de signaux d'une accélération significative de la demande mondiale, absents jusqu'ici.

Après avoir sursauté à l'annonce des coupes de production en provenance du groupe OPEP+, les opérateurs en ont surtout retenu que le cartel "avait peut-être reçu des indications de ses clients selon lesquelles ils ne voulaient pas autant de pétrole qu'ils en achetaient jusque-là", selon Andy Lipow, car l'économie ralentit.

Le marché a aussi été marqué mercredi par une étude du CREA (Centre for research on energy and clean air), institut de recherche basé en Finlande, selon lequel la Russie contourne l'embargo sur ses exportations d'or noir mis en place par l'Union européenne et plusieurs économies majeures.

Plusieurs pays qui achètent encore du pétrole russe, comme la Chine, la Turquie, l'Inde, Singapour ou les Emirats arabes unis, raffinent ce brut puis en revendent le produit à l'étranger, ce qui explique que les barils exportés par la Russie aient augmenté depuis la mise en place de l'embargo.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), ils ont été, en mars, les plus importants depuis près de trois ans.

"La réalité, c'est que la Russie vend plus de pétrole (maintenant) qu'avant la guerre", a souligné, dans une note, Phil Flynn, de Price Futures Group, ce qui contribue à plomber les prix.

(c) AFP

Commenter Le pétrole recule, la consommation américaine d'essence ne rassure pas



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 21 février 2024 à 11:55

    Le pétrole flanche, les investisseurs digèrent des indices é…

    Londres: Les cours du pétrole restaient en légère baisse mercredi malgré les tensions géopolitiques au Moyen-Orient, l'attention des investisseurs se focalisant sur...

    mardi 20 février 2024 à 12:05

    Le pétrole fléchit, mais reste attentif aux tensions géopoli…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient légèrement mardi, hésitant entre les préoccupations quant à la demande en raison de craintes de récession...

    lundi 19 février 2024 à 17:35

    Les prix du pétrole remontent, le risque géopolitique repren…

    Londres: Les prix du pétrole se rehaussaient quelque peu lundi, la poursuite des tensions géopolitiques au Moyen-Orient et notamment les attaques dans...

    lundi 19 février 2024 à 12:47

    Les prix du pétrole reculent, inquiétudes sur la demande

    Londres: Les prix du pétrole baissaient lundi, toujours plombés par des inquiétudes sur la demande mondiale pétrolière, malgré la poursuite des tensions...

    vendredi 16 février 2024 à 21:05

    Le pétrole reste en hausse, un oeil inquiet sur la Russie

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont restés dans le vert, vendredi, sur un marché toujours sensible aux développements géopolitiques et...

    vendredi 16 février 2024 à 11:10

    Le pétrole flanche avec les estimations de croissance de la …

    Londres: Les prix du pétrole baissaient vendredi, lestés par des estimations de ralentissement de la croissance de la demande mondiale dans le...

    vendredi 16 février 2024 à 11:00

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    vendredi 16 février 2024 à 09:00

    Eni: chute du bénéfice en 2023, dû au recul des cours

    Milan: Le géant italien des hydrocarbures Eni a vu son bénéfice net chuter de 66% à 4,74 milliards d'euros (4,5 milliards de...

    jeudi 15 février 2024 à 21:05

    Le pétrole rebondit, la géopolitique l'emporte sur les fonda…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont repris de la hauteur, jeudi, orientés par la détérioration de la situation au Moyen-Orient...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite

    Comment investir dans le pétrole ?

    Le jeudi 01 décembre 2022

    Le pétrole est la matière première par excellence de ces 150 dernières années... Cet or noir qui a permis l'incroyable évolution moderne que nous connaissons dans nos vies de tous les jours autant dans l'industrie que dans le transport, pour ne citer qu’eux. Essentiel à notre niveau de vie, rare car limité, donc cher, le pétrole n’en demeure pas moins la ressource primordiale vers la transition énergétique nouvellement entamée.Ne vous y trompez pas : le baril n’a pas fini de surprendre dans les années à venir, tant dans ses niveaux de prix...

    Lire la suite

    📈 Prévisions des prix du pétrole Brent et WTI en 2023/2024 selon les experts du secteur

    Le vendredi 22 septembre 2023

    Paris: Morgan Stanley a revu à la hausse ses prévisions trimestrielles pour les prix du pétrole Brent en 2023 et 2024, attribuant cette révision à un déséquilibre de l'offre provoqué par la prolongation des réductions de production de l'Arabie saoudite et de la Russie.

    Lire la suite