Menu
A+ A A-

BNP Paribas prévoit de réduire ses financements à l'industrie pétrolière

cours du petroleParis: La banque BNP Paribas, financeur historique du secteur industriel, a annoncé mardi vouloir diviser par cinq ses financements au secteur de l'extraction et de la production de pétrole, laissant dubitatives les ONG.
La première banque européenne s'est engagée dans un communiqué à passer de cinq à "moins d'un milliard d'euros" le montant de ses encours de crédits.

C'est une forte accélération pour la banque, qui avait jusqu'à présent communiqué sur une diminution de 25% à horizon 2025, même si le raffinage et le gaz ne sont pas concernés par cette promesse.

Le groupe affirme par ailleurs ne pas avoir financé directement de nouveaux projets pétroliers depuis 2016. Toutefois, son soutien à des entreprises continuant de développer de nouveaux champs est en partie comptabilisé comme de l'exploration et de la production.

La banque, qui se targue d'avoir 55% d'énergies "bas carbone" (énergies renouvelables, nucléaire et biofuel) dans son portefeuille de financement énergétique, contre 45% d'énergies fossiles (pétrole et gaz majoritairement), prévoit une répartition 80-20 en 2030.

BNP Paribas ambitionne ainsi de passer les encours de ses financements d'énergies bas carbone, "essentiellement renouvelables", à 40 milliards d'euros en 2030, contre 24,8 en septembre dernier.

Concernant le gaz, le groupe bancaire souhaite réduire de 30% son encours de crédits, évalué à 5,3 milliards d'euros en septembre 2022, en réservant les financements "prioritairement aux centrales thermiques de nouvelle génération à bas taux d'émission ainsi qu'à la sécurité d'approvisionnement, terminaux gaziers et flotte de transport de gaz", selon le communiqué.

"En 2015, au moment de la signature de l'accord de Paris, les financements à la production d'énergies bas-carbone ne représentaient qu'une part limitée du portefeuille de crédits de BNP Paribas à la production d'énergie", rappelle Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de la banque, citée dans le communiqué.

Avec ces nouveaux objectifs, "le groupe aura ainsi réalisé 80% de sa transition en moins de 15 ans", ajoute-t-il.


⤵ Dans le viseur des ONG

Cette annonce a été accueillie avec prudence par les ONG. "BNP reconnaît la nécessité de réduire notre dépendance au pétrole et au gaz", a salué auprès de l'AFP la directrice de l'association Reclaim Finance, Lucie Pinson qui aurait souhaité que la banque "soit beaucoup plus ferme".

Mais elle met cependant en garde. "Tout indique que la banque française va maintenir ses soutiens financiers à quelques gros clients malgré leur stratégie d'expansion dans les énergies fossiles, comme TotalEnergies". "On déplore aussi qu'il n'y ait pas de mesures immédiates sur le gaz", ajoute-t-elle.

L'annonce de BNP Paribas intervient alors que la banque a été mise en demeure fin octobre par trois ONG qui l'accusent de financer de nouveaux projets pétroliers et gaziers, en contradiction avec son "devoir de vigilance".

BNP Paribas a jusqu'à jeudi pour adresser une réponse, à la suite de quoi les associations pourront décider de lancer une assignation.

Si La Banque Postale s'est déjà engagée à sortir des énergies fossiles à l'horizon 2030, l'effort est bien plus important pour BNP Paribas, première banque européenne et financeur historique de l'industrie.

Société Générale, pour sa part, avait indiqué en octobre vouloir réduire son exposition à la production de pétrole et de gaz de 20% d'ici 2025 comparé à 2019, tandis que Crédit Agricole a promis de diminuer son exposition à l'extraction de pétrole de 25% entre 2020 et 2025. Aucune des deux banques n'a pour l'instant communiqué sur sa trajectoire à l'horizon 2030.

Les engagements de la finance, notamment française, en faveur de l'abandon du charbon ont été salués ces dernières années, mais le dialogue avec les ONG s'est tendu à propos de l'arrêt des financements aux entreprises développant de nouveaux projets pétroliers et gaziers.

Pour l'Agence internationale de l'énergie, le développement de tels projets qui se traduiraient par de nouvelles émissions de carbone pendant des décennies est incompatible avec l'accord de Paris, visant un réchauffement climatique de 2 degrés maximum en 2010 comparé à la période préindustrielle.

(c) AFP

Commenter BNP Paribas prévoit de réduire ses financements à l'industrie pétrolière


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 31 janvier 2023 à 14:42

    Opep+: Arkab prendra part mercredi par visioconférence aux t…

    ALGER: Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, prendra part, mercredi, par visioconférence, aux travaux de la 47ème réunion du...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:50

    ExxonMobil : profit record de 55,7 milliards de dollars en 2…

    New York: La major pétrolière américain ExxonMobil a dégagé un profit record de 55,7 milliards de dollars (presque autant en francs suisses)...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:05

    Le pétrole baisse, les exportations russes résistent

    Londres: Les prix du pétrole poursuivent leur déclin mardi, lestés par des exportations russes résilientes, tandis que les investisseurs désertent les actifs...

    lundi 30 janvier 2023 à 21:55

    En baisse, le pétrole attend toujours des signes du rebond d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé lundi pour la troisième séance d'affilée, dans un marché qui s'essouffle à force...

    lundi 30 janvier 2023 à 18:00

    Le pétrole baisse mais une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole baissaient lundi, mais une attaque sur un site militaire Iranien ainsi que l'approche de l'embargo sur l'or...

    lundi 30 janvier 2023 à 17:25

    Guerre en Ukraine : BP revoit en baisse ses prévisions de de…

    Londres: Le géant énergétique britannique BP a revu en baisse ses prévisions de consommation d'énergie mondiale à long terme à cause de...

    lundi 30 janvier 2023 à 13:00

    ⛽️ Augmentation des prix des carburants: Le SP98 frôle les 2…

    Paris: Les tarifs des carburants continuent de grimper depuis le début de l'année en raison de la fin des subventions de l'État...

    lundi 30 janvier 2023 à 12:00

    Le pétrole hésite, une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole évoluaient sans direction forte lundi, mais une attaque sur un site militaire iranien ainsi que l'approche de...

    vendredi 27 janvier 2023 à 23:00

    Le pétrole en repli, sur des prises de profits avant la fin …

    New York: Les prix du pétrole, en hausse en première partie de séance, se sont finalement repliés vendredi, les investisseurs étant tentés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 31 janvier 2022 Depuis vendredi, les cours du pétrole ont perdu plus de 2%.

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📊 Les grandes hausses et baisses des prix du pétrole brut depuis 30 ans

    Le mardi 10 mars 2020

    Les prix du pétrole ont chuté de plus de 30% le 9 mars 2020 après l'échec d'un accord entre l'Arabie saoudite et la Russie visant à réduire la production pétrolière au sein de ce qu'on aura appelé l'alliance OPEP+. Voici les principaux mouvements du pétrole, au fil des événements internationaux depuis 30 ans.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite