Menu
A+ A A-

Malgré la Chine et l'arrêt d'un oléoduc, le pétrole recule encore

cours du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole ont connu jeudi leur cinquième séance de baisse consécutive, restant indifférents à l'assouplissement des restrictions en Chine, au blocage de tankers en mer Noire et à l'arrêt d'un oléoduc américain.
Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février a abandonné 1,32%, pour clôturer à 76,15 dollars. Il a établi, en séance, un nouveau plancher sur l'année, à 75,74 dollars.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain, avec échéance en janvier, il a reculé de 0,76%, à 71,46 dollars. La variété de référence aux États-Unis était tombée, plus tôt, à 71,12 dollars, un plus bas depuis fin décembre 2021.

Les prix ont brièvement grimpé après l'annonce de l'arrêt de l'oléoduc Keystone, qui achemine du brut canadien vers les États-Unis, à cause d'une fuite dans le Kansas.

Mais le marché a fini par repartir dans le rouge, le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. s'approchant du seuil symbolique des 70 dollars, qu'il n'a plus franchi depuis près d'un an.

L'assouplissement du dispositif sanitaire anti-Covid en Chine, initialement présenté comme positif pour les cours car il doit permettre la reprise de l'activité économique, est finalement accueilli avec circonspection par les opérateurs.

"Quand vous rouvrez" les villes sujettes, jusqu'ici, à des mesures drastiques, "cela signifie simplement que le virus va se propager plus rapidement au sein de la population", a argué Eli Rubin, d'EBW Analytics Group, "pas que le coronavirus a disparu".

Avec une large partie de la population non vaccinée et des vaccins à l'efficacité sensiblement moindre que leurs équivalents occidentaux, "il y a un risque vraiment important que le premier importateur mondial de pétrole voit son système de santé débordé" par une recrudescence des nouveaux cas, prévient l'analyste.


A cela s'ajoute la relative déception qu'a provoqué la décision, dimanche, de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses alliés de l'accord OPEP+ de maintenir inchangée leur production.

Quant à l'entrée en vigueur du mécanisme de plafonnement des prix du pétrole russe exporté vers d'autres destinations que l'Europe, "c'est un élément d'affaiblissement des cours" et non de soutien, comme imaginé avant coup, selon M. Rubin.

Ce système a permis, selon la volonté des États-Unis, de ne pas bloquer les exportations russes, alors que le train de sanctions adopté initialement par l'Union européenne prévoyait d'interdire aux assureurs et transporteurs européens de participer à cette activité.

Le marché semble, pour l'instant, faire peu de cas du blocage de tankers chargés de pétrole russe aux abords du Bosphore.

Les autorités turques réclament aux armateurs un certificat d'assurance utilisable même en cas de violation du mécanisme de plafonnement, ce que les assureurs refusent de fournir.

Selon le site Marine Vessel Traffic, une dizaine de navires étaient encore stationnés en mer Noire jeudi, avec l'équivalent de plusieurs millions de barils à bord.

Pour Edward Moya, d'Oanda, il ne s'agit que d'une perturbation transitoire, "qui ne change rien au fait que les perspectives de demande de brut continuent à se détériorer".

(c) AFP

Commenter Malgré la Chine et l'arrêt d'un oléoduc, le pétrole recule encore



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 18 avril 2024 à 11:57

    Le pétrole en baisse, l'économie l'emporte sur la géopolitiq…

    Londres: Les prix du pétrole restaient dans le rouge jeudi, les investisseurs se concentrant sur les perspectives économiques américaines mitigées alors que...

    mercredi 17 avril 2024 à 21:05

    Le pétrole chute, plombé par la retenue israélienne et les s…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en nette baisse mercredi, entraînés par des signes de retenue d'Israël dans sa...

    mercredi 17 avril 2024 à 18:45

    USA: Nouvelle hausse des stocks de pétrole brut après ajuste…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks de pétrole ont de nouveau enregistré une hausse hebdomadaire plus importante que prévu aux Etats-Unis...

    mercredi 17 avril 2024 à 11:25

    Le pétrole baisse, entre risque géopolitique et économie amé…

    Londres: Les cours du pétrole baissaient encore mercredi, la réponse d'Israël à l'attaque iranienne se faisant toujours attendre, les investisseurs mettant en...

    mardi 16 avril 2024 à 21:30

    Le pétrole stagne en attendant une réponse d'Israël à l'atta…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole sont restés quasiment stables mardi, les traders restant dans l'expectative d'une réaction d'Israël à une...

    mardi 16 avril 2024 à 11:30

    Le pétrole patiente, le marché attend la réponse d'Israël à …

    Londres: Les prix du pétrole fléchissaient légèrement mardi, les investisseurs attendant la réaction d'Israël après une attaque de l'Iran sur son sol...

    lundi 15 avril 2024 à 22:00

    Le pétrole baisse après une attaque iranienne sur Israël lar…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont légèrement baissé lundi après une attaque de l'Iran contre Israël largement déjouée avec l'aide...

    lundi 15 avril 2024 à 11:25

    Le pétrole en baisse, le marché croit à la désescalade malgr…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient lundi, malgré l'attaque de l'Iran contre Israël pendant le weekend, le marché tablant sur une désescalade...

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📈 En janvier 2024, le prix du pétrole rebondit

    Le vendredi 16 février 2024

    En janvier 2024, le prix du pétrole en euros rebondit (+3,1 % sur un mois après ‑7,3 % en décembre 2023).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite