Menu
A+ A A-

Baisse de l’énergie : sacrifice de l’industrie

prix du petrole ParisParis: Le prix du pétrole est en recul de 17 $ sur un mois, un revers pour le secteur pétrolier. En dépit de la baisse du baril, les actions des sociétés pétrolières n’ont pas rendu les gains... 
L’indice S&P des explorateurs et producteurs de pétrole est toujours en hausse de 56 % pour l’année, même si le prix du baril revient au point mort sur la période.



Les actionnaires des sociétés pétrolières n’ont pas l’air de croire que la chute du pétrole va durer indéfiniment.

Le pétrole baisse comme l’ont fait les autres formes d’énergie au cours du mois dernier. Le prix du gaz naturel a chuté après les records de l’été. Le prix de l’électricité a aussi baissé, et a même plongé sous les 0 euros quelques instants.

À présent, le prix du gaz naturel remonte. Il affiche une hausse de 54 % sur un an, d’après l’indice d’Amsterdam.



Le coût du courant électrique a aussi entamé un rebond. Selon l’Epex, le prix du courant en France a grimpé de 100 euros à 411 euros le MWh, pour le courant de base, en seulement un mois.



Le sacrifice de l’industrie

L’effondrement des prix de l’énergie en novembre tient avant tout à une réduction de l’usage des énergies en Europe et ailleurs dans le monde.

Selon les chiffres du Financial Times, l’Europe utilise 24 % de gaz naturel en moins par rapport à la moyenne des 5 dernières années.

D’où proviennent les économies ? Ce ne sont pas les bureaux ou les ménages. Ils continuent d’user de chauffage et d’électricité. Les entreprises gardent les lumières et ordinateurs allumés. Tout provient du ralentissement de l’industrie - aciéries, fabricants d’engrais, ou autres.

Le groupe national RTE rapporte que la consommation d’électricité, en France, recule de 6,5 %, par rapport à la norme entre 2014 et 2019, en précisant que la baisse de la consommation “est largement concentrée dans le secteur industriel”.

Or, selon les chiffres de 2020, l’industrie représente juste 18 % de la consommation de courant en France. La part de l’industrie dans la consommation européenne d’énergies est passée de 31 % à 27 % entre 2000 et 2019 (la consommation totale d’énergies dans le bloc a aussi baissé sur la période).

Déjà, les résultats des économies dans l’industrie touchent leurs limites. Les prix du gaz et de l’électricité remontent.

La chute du prix du baril provient aussi d’une baisse de la consommation. La baisse vient avant tout de Chine, plus gros importateur au monde de l’or noir. Les confinements ont réduit les déplacements en voiture, trajets en avion, et production des usines.



La suite pour l’industrie : plus de pénurie

Certains pensent que l’industrie peut rester à jamais en hibernation…

▶️ Bloomberg :
Peut-être que les prix de l’énergie ne sont tout simplement pas aussi importants à l’économie [...] qu’auparavant. L’économie des années 2020 est portée par les services, et elle est donc moins sensible aux prix de l’énergie que dans les années 1970, dominées par l’industrie.

Les gains en efficacité et la croissance des renouvelables signifient que l’énergie représente de moins en moins des budgets des ménages.
Les dirigeants semblent penser que l’industrie n’est pas d’une grande importance pour l’économie.

Ils donnent des énergies à prix subventionnés aux ménages. En même temps, ils limitent la capacité de produire plus de pétrole ou de gaz, dont les usines ont le plus besoin.

Par exemple, l’UE prévoit un plafonnement du prix du gaz pour 2023. Et elle a mis en place un embargo sur les importations de pétrole venant de Russie.

Au global, les sanctions et départs de multinationales de Russie cette année réduisent de 15 milliards $ les investissements dans la production de pétrole et de gaz, par rapport aux sommes prévues pour 2022.

Ces pertes en investissements s'ajoutent à des dizaines de milliards d’euros en déficit d'investissement dans le secteur à travers le monde.

Selon les analystes cités par S&P Global, les investissements des sociétés pétrolières en 2020 étaient inférieurs à la norme de 35 %. En 2021, ils étaient inférieurs de 23 %. Cette année, ils devraient être en baisse de 10 % environ.

Pourquoi les investissements ne démarrent-ils pas ? Les sociétés ont fait des bénéfices records cette année, rappelez-vous.

Une partie vient des obstacles à l’investissement et à la production. Les contrôles de prix en font partie.


▶️ FranceTVInfo :
L'exécutif de l'Union européenne propose un ‘mécanisme de correction du marché’ qui vise à interdire les transactions sur le marché du gaz européen si le prix du contrat dépasse notamment 275 euros/MWh pendant deux semaines.
Les particuliers ne paient pas le prix du marché de toute manière. La mesure nuit avant tout à l’industrie car elle l’empêche de payer le nécessaire pour avoir des provisions de gaz. Cela dissuade les producteurs, qui touchent moins que le prix de marché.

▶️ Irina Slav commente :
La question de si le plafonnement peut avoir de sévères conséquences inattendues demeure ouverte pour l’instant.
D’autre part, l’UE resserre les règles sur les émissions de carbone. Le coût d’un crédit-carbone est passé de 20 euros le contrat en 2020 à plus de 80 euros de nos jours.

L’industrie pâtit pour les hausses de prix, interventions dans le marché, et blocage de la production d’énergies… En dépit des sacrifices, l’énergie demeure sous tension. L’industrie n’a sans doute pas fini de souffrir de la pénurie.


Dossier gratuit sur le pétrole

L'auteur propose un dossier gratuit qui détaille pourquoi – et comment – les particuliers devraient investir dans le pétrole en ce moment.

Saisissez votre email et recevez le dossier complet. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

(c) Henry Bonner avec Prixdubaril.com

Commenter Baisse de l’énergie : sacrifice de l’industrie



    Communauté prix du baril


    Les notes d'Henry Bonner

    lundi 17 juin 2024

    💶 Dévaluation de devise : protection des actions du pétrole et du gaz

    Paris: Dans son service d’investissement, Henry Bonner introduit ce mois-ci une nouvelle recommandation à ses abonnés : un producteur de pétrole et de gaz, en Argentine...

    mardi 11 juin 2024

    🔥 Gaz naturel : hausse malgré l’arrivée du solaire

    Paris: Le prix du baril de pétrole baisse depuis avril, sous l’effet d’un ralentissement des économies dans le monde, en particulier aux États-Unis...

    mardi 04 juin 2024

    ⚡ Excès d’électricité : nécessité du gaz naturel d’appoint

    Europe: Des plongeons de prix de l'électricité tirent le prix du MWh jusqu’à 0 euros, voire moins... La cause provient de la hausse de la quantité de production via les renouvelables au...

    mardi 28 mai 2024

    🇫🇷 Fuite de TotalEnergies : gain pour le titre

    France: Le président critique TotalEnergies pour le projet de départ de la société vers les États-Unis…

    samedi 18 mai 2024

    💶 Pétrole : maintien des financements, grâce aux rendements

    Analyse: Selon l’Agence internationale de l’énergie, les scénarios d’élimination du pétrole et du gaz (et la neutralité en émissions de carbone) requiert bien plus d’investissements dans les renouvelables et réseaux d’électricité...

    lundi 13 mai 2024

    🇫🇷 Engie : 3 milliards d’euros d'investissements à risque dans le biogaz

    Energie: Engie, le distributeur d’énergies, vient d’acheter deux centrales à biogaz, et passe ainsi la barre de 1 TWh de production de biogaz. Il a un objectif de plus de 10...

    mercredi 20 mars 2024

    📈 111 milliards $ de distributions par les majors : vers plus de superprofits

    Compagnies pétrolières: Selon Reuters, les distributions de bénéfices et rachats de parts par les majors du pétrole - BP, Chevron, Exxon, Shell, et TotalEnergies -, en 2023, dépassent les montants...

    lundi 12 février 2024

    📈 Actions du pétrole en hausse, malgré le repli du baril 📉

    Paris: Le prix du baril baisse depuis 2022. Par contre, les actions des producteurs de pétrole grimpent. Henry Bonner vous présente dans son dossier spécial les raisons de sa confiance dans les...

    lundi 05 février 2024

    🔥 Blocage du gaz naturel liquide

    Analyse: La lutte contre les énergies fossiles - en particulier le pétrole et le gaz - reprend après un peu de pause en raison de la crise des énergies, et...

    Toutes les notes d'Henry Bonner

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 juin 2024 à 22:30

    Le pétrole poursuit l'élan de la veille et termine en hausse

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mardi, sur la lancée de la remontée de la veille, les...

    mardi 18 juin 2024 à 17:15

    Le pétrole se reprend, les appréhensions sur la demande s'ap…

    New York: Les cours du pétrole remontent mardi, les analystes misant sur une reprise de la demande à la saison estivale, qui...

    mardi 18 juin 2024 à 12:20

    Le pétrole en petite baisse, appréhensions sur la demande

    Londres: Les cours du pétrole s'affaissaient légèrement mardi, retombant après leur poussée de la veille, de nouveau plombés par des inquiétudes sur...

    mardi 18 juin 2024 à 11:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent de baisser, le diesel …

    Carburants: Les prix des carburants ont continué leur tendance baissière pour la 8ème semaine d'affilée, avec un gazole qui bien qu'en légère hausse, s'affiche...

    lundi 17 juin 2024 à 21:30

    Le pétrole se cabre, les achats spéculatifs reprennent

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont sursauté, lundi, dans un marché pourtant privé de nouvelles d'importance, à cause d'un mouvement...

    lundi 17 juin 2024 à 16:00

    💶 Dévaluation de devise : protection des actions du pétrole …

    Paris: Dans son service d’investissement, Henry Bonner introduit ce mois-ci une nouvelle recommandation à ses abonnés : un producteur de pétrole et de...

    lundi 17 juin 2024 à 13:25

    Le pétrole hésite, entre usines chinoises au ralenti et espo…

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient lundi, pris entre les feux d'une production industrielle ralentie en Chine, mauvais signal pour la demande en...

    vendredi 14 juin 2024 à 22:05

    Le pétrole indécis, entre inflation, évolution des taux et s…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont hésité vendredi pour terminer en léger repli, cherchant des signes favorables du côté de...

    vendredi 14 juin 2024 à 14:25

    Le pétrole hésite, entre possibles baisses de taux et stocks…

    Londres: Les prix du pétrole oscillent vendredi, portés par le renforcement des attentes de réductions des taux d'intérêts américains, susceptibles de favoriser...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 14 juin 2024 Les cours du pétrole pourraient enregistrer une hausse hebdomadaire malgré des données mitigées sur la demande, soutenus par des prévisions positives par Goldman Sachs et des nouvelles sur le ralentissement des véhicules électriques, compensant les divergences entre l'OPEP et l'AIE.

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    🛢️ L'Opep+ prolonge ses coupes mais se prépare à rouvrir les vannes

    Le dimanche 02 juin 2024

    Vienne: Les pays de l'Opep+ se sont accordés dimanche sur l'extension de leurs coupes actuelles de production pour soutenir les cours de pétrole, à un moment de grandes incertitudes économiques et géopolitiques, tout en se préparant à rouvrir le robinet d'or noir.

    Lire la suite

    📉 Citi prédit une baisse de 20% du prix du pétrole d'ici 2025, sous les 60 dollars

    Le jeudi 13 juin 2024

    New York: Les analystes de Citi, l'une des plus grande institution financière au monde, prévoient une chute significative des cours du pétrole d'ici 2025, anticipant que le prix du baril de Brent descendra à 60 dollars, soit une diminution de plus de 20 % par rapport aux prévisions actuelles.

    Lire la suite