Menu
A+ A A-

Le pétrole WTI clôture en baisse de 3,01%, nouveau plus bas de l'année

cours du petroleCours de clôture: Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), principale variété de référence américaine, a clôturé mercredi en baisse de 3,01%, après être descendu, quelques minutes plus tôt, à son plus bas niveau de l'année.
Le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en janvier, contrat le plus échangé à la Bourse de Chicago, s'est ainsi replié jusqu'à 71,75 dollars, avant de finir à 72,01 dollars.

Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en février a lui abandonné 2,74%, à 77,17 dollars, après avoir enregistré un nouveau plancher depuis fin décembre 2021, à 76,91 dollars.

Déjà résolument orienté à la baisse depuis plusieurs jours, le marché a été encouragé à poursuivre dans cette direction par le rapport hebdomadaire sur les stocks américains.

Les opérateurs ont fait fi de la contraction significative, de 5,2 millions de barils, des réserves commerciales de brut, pour se concentrer sur les stocks de produits raffinés.

"Le marché se fait écraser à cause de ces stocks", a expliqué Robert Yawger, analyste du groupe financier Mizuho.

Les stocks d'essence ont notamment bondi de 5,3 millions de barils, soit plus du double de ce qui était anticipé par le marché (2,4 millions), selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie.

Les réserves de produits distillés, qui comprennent surtout le gazole, se sont aussi nettement renforcées, de 6,2 millions de barils.

Ce mouvement est à rapprocher de la demande de produits raffinés aux États-Unis, qui est restée, la semaine dernière, en-deçà de son niveau de 2021 à la même époque.

En moyenne sur les quatre dernières semaines, indicateur privilégié par les analystes, la demande d'essence est inférieure de plus de 7% à celle d'il y a un an.

"On est en décembre et la demande de produits distillés reste sur cinq semaines consécutives de baisse", a souligné Robert Yawger.

Ce manque d'appétit pour les produits pétroliers alimente l'impression générale d'une demande anémique, étouffée par les hausses des taux directeurs des banques centrales dans le monde et le ralentissement de l'économie.

Mais pour Bart Melek, de TD Securities, "l'effondrement brutal des cours du pétrole tient (surtout) à une réévaluation du risque lié à l'offre", lequel "est en train de s'évaporer", selon lui.

"Les traders se désengagent après avoir parié sur un coup de chaud sur les prix consécutif à la mise en place du mécanisme de plafonnement du prix du pétrole russe", lundi, une accélération qui ne s'est finalement pas matérialisée.

"Il y a quelques semaines, on anticipait la fin du pétrole bon marché, un baril à 200 dollars", abonde Robert Yawger, "c'est le contraire qui s'est produit."


A cela s'ajoute la relative déception de certains opérateurs après que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés de l'accord OPEP+ ont décidé, dimanche, de maintenir leur production inchangée et non de la réduire davantage.

"On n'a perdu aucun baril" du fait de l'OPEP+ ou de l'entrée en vigueur de l'embargo européen sur le brut russe, associée au plafonnement du prix pour les livraisons vers d'autres destinations que l'Europe, martèle l'analyste.

Selon lui, les opérateurs ne s'inquiètent pas, pour l'instant, du blocage, par les autorités turques, de plusieurs tankers chargés de pétrole russe à l'entrée du Bosphore.

La Turquie leur réclame un certificat d'assurance applicable même si l'armateur a violé le prix plafond, ce que refusent les groupes réunissant les principaux assureurs.

(c) AFP

Commenter Le pétrole WTI clôture en baisse de 3,01%, nouveau plus bas de l'année


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 31 janvier 2023 à 14:42

    Opep+: Arkab prendra part mercredi par visioconférence aux t…

    ALGER: Le ministre de l'Energie et des Mines, Mohamed Arkab, prendra part, mercredi, par visioconférence, aux travaux de la 47ème réunion du...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:50

    ExxonMobil : profit record de 55,7 milliards de dollars en 2…

    New York: La major pétrolière américain ExxonMobil a dégagé un profit record de 55,7 milliards de dollars (presque autant en francs suisses)...

    mardi 31 janvier 2023 à 13:05

    Le pétrole baisse, les exportations russes résistent

    Londres: Les prix du pétrole poursuivent leur déclin mardi, lestés par des exportations russes résilientes, tandis que les investisseurs désertent les actifs...

    lundi 30 janvier 2023 à 21:55

    En baisse, le pétrole attend toujours des signes du rebond d…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé lundi pour la troisième séance d'affilée, dans un marché qui s'essouffle à force...

    lundi 30 janvier 2023 à 18:00

    Le pétrole baisse mais une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole baissaient lundi, mais une attaque sur un site militaire Iranien ainsi que l'approche de l'embargo sur l'or...

    lundi 30 janvier 2023 à 17:25

    Guerre en Ukraine : BP revoit en baisse ses prévisions de de…

    Londres: Le géant énergétique britannique BP a revu en baisse ses prévisions de consommation d'énergie mondiale à long terme à cause de...

    lundi 30 janvier 2023 à 13:00

    ⛽️ Augmentation des prix des carburants: Le SP98 frôle les 2…

    Paris: Les tarifs des carburants continuent de grimper depuis le début de l'année en raison de la fin des subventions de l'État...

    lundi 30 janvier 2023 à 12:00

    Le pétrole hésite, une attaque en Iran inquiète

    Londres: Les cours du pétrole évoluaient sans direction forte lundi, mais une attaque sur un site militaire iranien ainsi que l'approche de...

    vendredi 27 janvier 2023 à 23:00

    Le pétrole en repli, sur des prises de profits avant la fin …

    New York: Les prix du pétrole, en hausse en première partie de séance, se sont finalement repliés vendredi, les investisseurs étant tentés...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 31 janvier 2022 Depuis vendredi, les cours du pétrole ont perdu plus de 2%.

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    ⛽️ Comment est fixé le prix des carburants ?

    Le dimanche 06 février 2022

    Paris: Des forages pétroliers à votre réservoir d’essence en passant par les raffineries, le pétrole subit de nombreuses transformations. Tout ce processus a un prix qui, avec d’autres coûts, impactent, d’une manière plus ou moins importante, le prix du carburant à la pompe. Alors comment est fixé le prix des carburants en France ?

    Lire la suite

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite