Menu
A+ A A-

Le pétrole WTI au plus bas de l'année, risques pour la demande

cours du petroleCours de clôture: Le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI), variété de référence américaine, a fini mardi en forte baisse, à son plus bas niveau de l'année en clôture, sur un marché toujours préoccupé par un affaissement de la demande.
Le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en janvier a terminé en repli de 3,48%, à 74,25 dollars. En deux séances, le brut américain a abandonné plus de 7%.

En séance, mardi, il est descendu jusqu'à 73,41 dollars, une profondeur plus explorée depuis fin décembre 2021.

Quant au baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord, avec échéance en février, il a perdu 4,02%, à 79,35 dollars, clôturant en-deçà de 80 dollars pour la première fois depuis début janvier.

"L'effet potentiel d'une nouvelle série de hausses de taux (de la banque centrale américaine) a fait peur au marché quant aux possibles répercussions sur l'économie mondiale", a commenté Susannah Streeter, d'Hargreaves Lansdown, un sentiment qui avait déjà justifié le retournement de tendance de lundi.

Un resserrement monétaire plus appuyé que prévu pourrait affaiblir la demande d'or noir et déprimer encore davantage les cours.

A cela s'ajoutent les incertitudes autour de la situation sanitaire en Chine, premier importateur mondial, avec une levée des restrictions qui demeure très progressive.

Autre élément, le regain du dollar, qui s'est ressaisi ces deux derniers jours après plusieurs semaines de glissade, ce qui est défavorable aux prix du pétrole, libellés le plus souvent en billets verts.


Pour Bart Melek, de TD Securities, côté offre, certains opérateurs ont été déçus par le maintien, annoncé dimanche, de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés de l'accord OPEP+.

De ce fait, "le marché s'inquiète de voir une offre trop abondante" au niveau mondiale, explique l'analyste.

⤵ Les spéculateurs se retirent

Les traders ont également réagi à l'entrée en vigueur de l'embargo européen sur le pétrole russe, assorti d'un mécanisme de prix plafond pour les livraisons à destination d'autres destinations que l'Europe.

Pour Craig Erlam, analyste chez Oanda, "à bien des égards, cela n'améliore pas la visibilité dans le secteur du pétrole brut ; on peut même dire (que ces mesures) rendent les perspectives plus incertaines".

A ce stade, "il semble que la seule chose garantie sur le marché pétrolier, pour l'instant, soit la volatilité", assène-t-il.

Moscou a affirmé à plusieurs reprises que la Russie ne vendrait pas de pétrole aux pays appliquant le plafonnement.

Pour M. Erlam, ce mécanisme est probablement considéré par les investisseurs comme un "statu quo", d'autant que la Russie tente d'améliorer sa "capacité à contourner les sanctions".

"Cela signifie que la production reste globalement stable", souligne-t-il.

Après la dégringolade de mardi, l'Oural, principale variété de référence du pétrole russe, pour livraison en février, ressortait à 60 dollars, soit exactement le prix plafond.

Selon un responsable d'une société de transport maritime spécialisée dans le pétrole, sous couvert d'anonymat, certaines variétés se négocient à un prix plus proche de 50 dollars le baril, ce qui rend le plafond inopérant.

"Je n'ai aucun doute qu'il y aura des acheteurs pour nos produits" pétroliers, a déclaré mardi le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, cité par les agences de presse russes.

"Vous avez des gens qui s'étaient positionnés à l'achat", pariant sur des perturbations majeures consécutives à l'embargo et au plafonnement, a avancé Bill O'Grady, de Confluence Investment.

"Mais rien de ce qu'ils attendaient ne s'est produit et cela a donné lieu à une longue liquidation" de positions, c'est-à-dire un désengagement massif d'opérateurs spéculatifs, qui a fait basculer les prix.

L'accès de faiblesse du pétrole pourrait cependant n'être que de courte durée, selon Bill O'Grady.

L'embargo russe et le plafonnement "vont finir par perturber" le flux du pétrole russe, prévient l'analyste, mentionnant l'embouteillage de tankers qui s'est formé, ces dernières heures, près du détroit du Bosphore, selon plusieurs médias.

Le blocage tiendrait à la volonté des autorités turques d'obtenir des navires souhaitant sortir de mer Noire un certificat d'assurance, par crainte qu'un accident ne soit pas couvert.

Par ailleurs, "L'OPEP a une grande latitude pour rééquilibrer l'offre avec la demande", estime Bart Melek, "et je m'attends à ce qu'elle réduise leur production si (la chute des prix) continue."

(c) AFP

Commenter Le pétrole WTI au plus bas de l'année, risques pour la demande



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 24 mai 2024 à 21:26

    Le pétrole s'offre un rebond technique avant un week-end pro…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont mis un terme, vendredi, à une série de quatre séances négatives de suite, à...

    vendredi 24 mai 2024 à 21:00

    Repsol obtient une licence de Washington pour opérer au Vene…

    Caracas: Le groupe pétrolier espagnol Repsol a obtenu une licence individuelle des États-Unis pour opérer au Venezuela, pays sous sanctions, a annoncé...

    vendredi 24 mai 2024 à 12:40

    🔎 Qu'est-ce que l'OPEP+ et son impact sur les prix du baril …

    Vienne: L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et ses alliés, dont la Russie, sont connus collectivement sous le nom d'OPEP+ et...

    vendredi 24 mai 2024 à 12:30

    Le pétrole s'affaisse en même temps que les espoirs de baiss…

    Londres: Les cours du pétrole reculaient vendredi, plombés par la perspective de taux d'intérêts élevés pendant plus longtemps aux États-Unis, et dans l'anticipation de la réunion...

    jeudi 23 mai 2024 à 21:05

    Le pétrole au plus bas depuis trois mois, craintes sur les t…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole se sont repliés jeudi pour la quatrième séance d'affilée, déprimés par les signes de résilience...

    jeudi 23 mai 2024 à 13:30

    Le pétrole grimpe, la Russie envisage de compenser sa surpro…

    Londres: Les cours du pétrole montaient jeudi, portés par l'annonce que la Russie présentera à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep)...

    mercredi 22 mai 2024 à 21:00

    Le pétrole poursuit sa baisse, malgré le rebond de la demand…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enchaîné une troisième séance consécutive de baisse, mercredi, sur un marché sans entrain, malgré...

    mercredi 22 mai 2024 à 17:00

    🛢️ USA: hausse des stocks de pétrole brut, mais la demande d…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks américains de pétrole brut ont enregistré une hausse surprise la semaine dernière, selon des chiffres...

    mercredi 22 mai 2024 à 12:20

    Le pétrole fond avec les premières données sur les stocks am…

    Londres: Les prix du pétrole baissaient mercredi après de premières données faisant état d'une augmentation des stocks de pétrole aux États-Unis, quand les...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 13 mai 2024 JPMorgan, l'une des plus grandes banques américaines, est le premier soutien financier mondial des énergies fossiles, avec un investissement d'environ 41 milliards de dollars l'année dernière, représentant une augmentation de 5,4 %.

    Comment investir dans le pétrole ?

    Le jeudi 01 décembre 2022

    Le pétrole est la matière première par excellence de ces 150 dernières années... Cet or noir qui a permis l'incroyable évolution moderne que nous connaissons dans nos vies de tous les jours autant dans l'industrie que dans le transport, pour ne citer qu’eux. Essentiel à notre niveau de vie, rare car limité, donc cher, le pétrole n’en demeure pas moins la ressource primordiale vers la transition énergétique nouvellement entamée.Ne vous y trompez pas : le baril n’a pas fini de surprendre dans les années à venir, tant dans ses niveaux de prix...

    Lire la suite

    📈 Le prix du baril dépassera-t-il les 100$ ? Il l'a déjà fait dans certains marchés

    Le mardi 19 septembre 2023

    Londres: Alors que les opérateurs de marché se focalisent sur la hausse du prix du Brent, qui se rapproche des 100 dollars le baril, certaines références de brut se négocient déjà au-dessus de ce seuil, illustrant les inquiétudes sur le manque d'offre de pétrole.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite