Menu
A+ A A-

Prix d’énergie : manne de Chine

prix du petrole ParisParis: Le baril de pétrole, vous le savez peut-être, a chuté à près de 80 $ au prix du Brent fin novembre, contre plus de 120 $ cet été. La baisse des prix vient de Chine. Le gouvernement a appliqué la méthode des confinements face au virus.
L’activité des usines chute, les déplacements cessent, et donc la demande d’énergies dégringole.
La réouverture aura bien lieu un jour ou l’autre.

Entre-temps, les producteurs et intermédiaires dans les énergies subiront des pertes. Les entrepôts de pétrole, gaz, et charbon feront moins de réserves.

Je l’expliquais la semaine dernière : les raffineries chinoises produisent plus en ce moment pour vider les stocks de pétrole… mais ne rachètent pas des barils.

Les problèmes tirent le pétrole vers le bas, en proportion à l’intensité et à la durée des restrictions…

À présent, le pétrole est proche du contango, selon prixdubaril.com.

Le prix pour une livraison de pétrole immédiate est à peine plus élevé que le prix pour livraison en mai 2023.

Le contango a lieu lorsque le marché manque de moyens de stockage en raison d’un excès d’offre par rapport à la demande.

Les navires de transport du pétrole servent souvent de moyen de stockage, ce qui explique l’envolée des frais qu’ils touchent en ce moment. Le Baltic Dirty Tanker Index, qui suit les frais des affréteurs de pétrole, est en hausse de 20 % depuis fin septembre. Il est proche des records qu’il a atteint l’hiver dernier.

Les actions pétrolières indiquent aussi retiennent leur chute. Elles sont toujours en hausse de 56 % sur un an, selon l’indice du Dow Jones.

Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., après un dérapage jusqu’aux 80 $, affiche maintenant près de 87 $ au Brent.

Investing rapportait ce matin :
Les marchés sont optimistes en ce début de semaine, sur fond d’espoir en ce qui concerne une proche fin de la politique anti-covid en Chine, qui permettrait une réouverture totale de la seconde économie de la planète.


Interventions dans l’air

Au-delà du virus et des autorités chinoises, les soucis dans l’énergie viennent des effets des mauvaises idées en application depuis des années.

Dans le secteur pétrolier, les dirigeants pointent leur nez sans capacité à voir les retombées de leurs interventions.

En ce moment, ils préparent deux salves d’interventions sous prétexte des problèmes.

D’abord, ils parlent du blocage des prix, en commençant par le gaz.

Vous pouvez voir le souci : si les importateurs ne paient pas le prix du marché, alors les producteurs et affréteurs de gaz vont envoyer leur produit ailleurs.

D’autre part, l'imposition d'un prix plus bas que le marché revient à permettre à des activités de continuer à acheter et à consommer… même en cas de pénurie.

En somme, un plafond du prix dissuade les producteurs et importateurs… et encourage la consommation !


Cependant, les journalistes pour Le Monde déplorent une “timide proposition de la Commission européenne pour plafonner les prix du gaz”.

Selon eux, les élus peuvent inventer un prix plus bas… puis l’appliquer sans craindre d’effets inattendus.
"La majorité des Etats-membres, partisans d’un plafonnement du prix du gaz, militaient pour un plafond compris entre 150 et 180 euros le MWh" , disent-ils.
Certes, tout le monde - sauf les producteurs - veut un prix plus faible. Néanmoins, une baisse des prix aura des conséquences. Elle va aggraver le problème, car elle élimine l’incitation à apporter les énergies en manque, ou à faire des économies.

D’autres proposent non pas un plafonnement des prix, mais des distributions d’argent - des paiements pour réduire la consommation ou des subventions aux ménages -, et l’accroissement de la production par le biais de renouvelables.

Un trio d’économistes soutient la création d’un “fonds” pour ces interventions.

Ils écrivent :
Un fonds de crise européen doit permettre d’atteindre trois objectifs.

Premièrement, il doit promouvoir les économies d'énergie. Cette crise est avant tout due à un manque d’offre, et il est donc impératif de réduire la demande. Un système de compensation devrait être appliqué pour inciter les utilisateurs à réduire leur consommation.

Deuxièmement, il doit fournir un soutien à toute l'industrie européenne, afin d’assurer que tous soient traités de façon égale.

Troisièmement, le fonds doit servir à accélérer la technologie propre, afin de découpler l’Europe des énergies fossiles russes. Accroître la génération d'électricité par les renouvelables, les pompes à chaleur [prétendues plus économes pour contrôler la température des bâtiments], et autres mesures d’efficacité de l’énergie vont permettre de réduire la demande pour le gaz russe, tout en stabilisant la production, ce qui réduira les coûts d’énergies et décarbonisera la production d'électricité et de chauffage.

Cela revient en gros au programme en cours.

La Commission de l’UE écrit sur Twitter :
À la fin de cette année, nous aurons vu la plus grande croissance des renouvelables dans l’histoire de l'UE. Et nous pouvons aller encore plus vite. Pour cette raison, nous avons proposé une nouvelle régulation urgence qui permettra de débloquer des quantités innombrables de projets dans les 12 prochains mois
EolienneLa Commission partage l’image d’éoliennes en installation dans une campagne paisible.

L’image n’est pas censée susciter du dégoût face à la destruction des paysages en question.

L’idée est sûrement de montrer que les dirigeants passent à l’acte.

Tandis que les autorités misent sur l’éolien, le solaire, ou la production hydrogène (qui bénéficie de plus de 5 milliards d’euros grâce au programme de l’UE), la production de pétrole et de gaz pourrait prendre des années à revenir à la normale.

De plus, l’abandon du secteur de l’énergie russe par les multinationales, cette année, réduit de 15 milliards $ les investissements dans la production de pétrole et de gaz russe cette année, estime Rystad Energie.

Au fil du temps, la perte d’investissements dans la production – en Russie ou ailleurs – va peser de plus en plus lourd.

Or, la manne de la mise à l’arrêt de l’économie chinoise va disparaître un jour ou l’autre.

Dossier gratuit sur le pétrole

L'auteur propose un dossier gratuit qui détaille pourquoi – et comment – les particuliers devraient investir dans le pétrole en ce moment.

Saisissez votre email et recevez le dossier complet. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.

(c) Henry Bonner avec Prixdubaril.com

Commenter Prix d’énergie : manne de Chine



    Communauté prix du baril


    Les notes d'Henry Bonner

    samedi 18 mai 2024

    💶 Pétrole : maintien des financements, grâce aux rendements

    Analyse: Selon l’Agence internationale de l’énergie, les scénarios d’élimination du pétrole et du gaz (et la neutralité en émissions de carbone) requiert bien plus d’investissements dans les renouvelables et réseaux d’électricité...

    lundi 13 mai 2024

    🇫🇷 Engie : 3 milliards d’euros d'investissements à risque dans le biogaz

    Energie: Engie, le distributeur d’énergies, vient d’acheter deux centrales à biogaz, et passe ainsi la barre de 1 TWh de production de biogaz. Il a un objectif de plus de 10...

    mercredi 20 mars 2024

    📈 111 milliards $ de distributions par les majors : vers plus de superprofits

    Compagnies pétrolières: Selon Reuters, les distributions de bénéfices et rachats de parts par les majors du pétrole - BP, Chevron, Exxon, Shell, et TotalEnergies -, en 2023, dépassent les montants...

    lundi 12 février 2024

    📈 Actions du pétrole en hausse, malgré le repli du baril 📉

    Paris: Le prix du baril baisse depuis 2022. Par contre, les actions des producteurs de pétrole grimpent. Henry Bonner vous présente dans son dossier spécial les raisons de sa confiance dans les...

    lundi 05 février 2024

    🔥 Blocage du gaz naturel liquide

    Analyse: La lutte contre les énergies fossiles - en particulier le pétrole et le gaz - reprend après un peu de pause en raison de la crise des énergies, et...

    vendredi 22 septembre 2023

    📈 Pétrole au-dessus de 90 $ : aubaine des producteurs

    Paris: Le pétrole remonte au-dessous des 90 $ le baril. Les producteurs de pétrole connaissent les 3 meilleures années de ce siècle, et peut-être de tout temps.

    jeudi 01 juin 2023

    Notre petit groupe d’analystes défie la pensée courante sur le pétrole

    Je m’appelle Henry Bonner. En dépit d’un repli des prix du pétrole cette année, mon équipe et moi continuons d’insister que le pétrole demeure un des meilleurs placements pour cette...

    mardi 23 mai 2023

    Gaz naturel : rebond de la demande en 2023

    Analyse: Le prix du gaz plonge. La demande demeure en retrait. Selon Bruegel, à date de mars 2023, la France consomme 13 % de gaz de moins que la moyenne...

    mercredi 10 mai 2023

    🔎 Le pétrole absorbe les hausses de taux

    Analyse: Le pétrole souffre des risques à l’économie de la planète… mais profite d’un manque d’offre - en partie à cause des mesures contre la production.Les banques d’affaires avertissent que...

    Toutes les notes d'Henry Bonner

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 18 mai 2024 à 15:00

    💶 Pétrole : maintien des financements, grâce aux rendements

    Analyse: Selon l’Agence internationale de l’énergie, les scénarios d’élimination du pétrole et du gaz (et la neutralité en émissions de carbone) requiert bien...

    vendredi 17 mai 2024 à 22:31

    Pétrole: les feux près des sables bitumineux du Canada font …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en hausse vendredi, après une journée en dents de scie, poussés notamment par...

    vendredi 17 mai 2024 à 13:10

    Le pétrole hésite, pris dans de forts vents contraires

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient vendredi, pris entre d'un côté une baisse de l'inflation américaine et des incendies menaçant l'offre canadienne...

    vendredi 17 mai 2024 à 10:50

    Totalénergies encourage ses actionnaires à soutenir Patrick …

    Paris: Le géant pétrolier Totalénergies encourage ses actionnaires à voter lors de l'assemblée générale, "afin de soutenir" la stratégie du groupe "face...

    jeudi 16 mai 2024 à 22:00

    Le pétrole en hausse après la diminution des stocks et des i…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé jeudi, soutenus par le repli des stocks américains de brut, l'espoir d'un rebond...

    jeudi 16 mai 2024 à 12:15

    Le pétrole pris entre baisse des stocks et révision de crois…

    Londres: Le pétrole restait stable jeudi, pris entre repli de l'inflation et des stocks de brut aux Etats-Unis, et un tassement attendu...

    mercredi 15 mai 2024 à 21:25

    Le pétrole monte et poursuit son mouvement de balancer, aidé…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse, mercredi, poursuivant leur mouvement de balancier observé depuis deux semaines, stimulés par...

    mercredi 15 mai 2024 à 21:20

    🛢️ Baisse plus importante qu'attendu des stocks de brut

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut se sont contractés de 2,5 millions de barils la semaine dernière, soit nettement plus...

    mercredi 15 mai 2024 à 13:28

    Les pétroliers estiment que le monde aura longtemps besoin d…

    Paris: Les patrons de Totalenergies, Exxonmobil et Qatarenergy réunis au Forum économique du Qatar ont assuré mercredi que le monde aura besoin...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 13 mai 2024 JPMorgan, l'une des plus grandes banques américaines, est le premier soutien financier mondial des énergies fossiles, avec un investissement d'environ 41 milliards de dollars l'année dernière, représentant une augmentation de 5,4 %.

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    La course aux 100 dollars le baril de pétrole Brent est lancée

    Le jeudi 28 septembre 2023

    Paris: Alors que la hausse des prix du pétrole se poursuivait jeudi après l'envol affiché la veille au soir, le baril de Brent de la mer du Nord a désormais lancé la course vers les 100 dollars. L'or noir se négocie actuellement à ses plus hauts niveaux depuis près d'un an.

    Lire la suite

    📈 L'Opep+ garde son cap pour soutenir les prix du pétrole

    Le mercredi 04 octobre 2023

    Vienne: Un panel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+) a recommandé mercredi de maintenir la stratégie actuelle de baisse de production, renforcée par les coupes saoudiennes et russes, dans le but de soutenir les cours.

    Lire la suite