Menu
A+ A A-

L'essence sombre, quand le gasoil défie les craintes de récession

  • Cours du pétrole
cours du petroleLondres: Les cours de l'essence et de son proche cousin le gasoil, deux produits pétroliers, évoluent de façon totalement décorrélée depuis plusieurs semaines : si l'un dégringole, l'autre se maintient, défiant les perspectives moroses de l'économie mondiale.
"L'essence est soumise à une forte pression, mais le gasoil va dans la direction opposée", résume Andrew Lebow, de Commodity Reseach Group.

Les stocks de gasoil, aussi communément appelé diesel, "sont tendus dans l'ensemble, au niveau mondial", affirme-t-il, notamment inférieurs de 23% à leur niveau moyen des cinq dernières années à la même époque aux États-Unis.

Gasoil et essence proviennent d'un processus de raffinage différent de pétrole brut.

"Le gasoil est plus dense et alimente les camions, les trains et les bus, tandis que l'essence est principalement destinée aux voitures", explique à l'AFP Edward Moya, analyste chez Oanda.

"Une grande partie du monde fonctionne encore au gasoil et la plupart des biens consommables en dépendent, alors que l'essence est plus sujette aux tendances de consommation", poursuit-il.

La guerre en Ukraine a mis en évidence que "les Européens dépendaient de la Russie pour une part importante de la production de gasoil", souligne Michael Lynch, président de Strategic Energy & Economic Research, interrogé par l'AFP.

Seb Research estime à 800.000 barils par jour la part de gasoil importée de Russie par l'Union européenne.

S'ajoute à cela une crise énergétique exacerbée par l'envolée des prix du gaz, qui ont triplé en Europe depuis le début de l'année.

La semaine dernière, l'annonce d'une interruption momentanée des livraisons de gaz russe via le gazoduc Nord Stream 1 a même propulsé le cours du contrat à terme TTF néerlandais, référence du gaz naturel en Europe, jusqu'à 342,005 euros le mégawattheure (MWh), à seulement 3 euros du record historique atteint mi-mars aux premiers jours de l'invasion russe de l'Ukraine.


⤵ Substitut du gaz naturel

Gaz et pétrole brut ne sont substituables qu'à la marge, le gaz étant principalement utilisé pour le chauffage, pour produire de l'électricité, ou dans l'industrie lourde comme pour la fabrication de ciment ou de produits chimiques, quand le pétrole sert majoritairement de carburant.

Mais les prix du gaz, récemment poussés à des niveaux stratosphériques, ont incité à chercher des alternatives, poussant par exemple certains pays à renouer avec le très polluant charbon.

Et le gasoil peut s'avérer un "bon substitut du gaz naturel dans de nombreuses applications: pétrochimie, électricité, chauffage", énumère Bjarne Schieldrop, analyste chez Seb Research, interrogé par l'AFP.

Le diesel en tant que fioul de chauffage apparait donc comme l'alternative toute trouvée, ses prix restant sans commune mesure avec ceux du gaz, en particulier à l'approche de l'hiver.

"La chasse au gasoil et fioul de chauffage est ouverte", ironise M. Schieldrop.

Début août, l'Agence internationale de l'énergie avait même revu à la hausse ses prévisions de demande mondiale de pétrole pour la seconde partie de l'année, arguant que les vagues de chaleur et la flambée des prix du gaz avaient déjà incité les pays à changer de combustible pour la production d'électricité.


⤵ Bouclier sur la demande

En parallèle, la demande d'essence subit de plein fouet les craintes grandissantes de récession, les perspectives économiques mondiales s'assombrissant.

"Les contrats à terme sur l'essence ont faibli", note Phil Flynn, de Price Futures Group, "cela suscite des inquiétudes plus importantes concernant un ralentissement économique".

"L'augmentation saisonnière habituelle de la demande d'essence aux États-Unis cet été a été particulièrement décevante", soulignait dans une note Stephen Brennock analyste chez PVM Energy.

La période s'étalant de fin mai à début septembre, appelée "saison de la conduite" est pourtant habituellement le temps fort de la demande de ce carburant dans le pays.

L'attribut de substitut tout trouvé au gaz naturel et ses niveaux de prix extrêmes offrent en effet au gasoil un bouclier anti craintes de récession.

Andrew Lebow se demande toutefois si le gasoil, coté sur le New York Mercantile Exchange, ne sera pas rattrapé par le contexte économique morose : "la demande de gasoil devrait être beaucoup plus faible qu'elle ne l'est", affirme Andrew Lebow. "Et peut-être que dans les semaines à venir, nous allons commencer à la voir s'effondrer".

(c) AFP

Commenter L'essence sombre, quand le gasoil défie les craintes de récession


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 30 septembre 2022 à 11:40

    Le pétrole se redresse, le marché s'attend à une baisse de p…

    Londres: Les prix du pétrole se reprenaient vendredi, poussés par les spéculations autour d'une possible baisse de la production d'Organisation des pays...

    jeudi 29 septembre 2022 à 21:17

    Le pétrole se replie, pris dans la tourmente des Bourses

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi, influencés par le coup de grisou sur Wall Street, nourri par l'angoisse...

    jeudi 29 septembre 2022 à 11:57

    Le pétrole hésite, entre frilosité du marché et spéculations…

    Londres: Le pétrole se stabilisait jeudi après deux séances de hausse, l'aversion au risque du marché pesant sur l'or noir tandis que...

    mercredi 28 septembre 2022 à 21:10

    Le pétrole monte encore, aidé par le dollar et une surprise …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur rebond mercredi, soutenus par un repli du dollar, la fermeture d'installations dans...

    mercredi 28 septembre 2022 à 18:35

    Le pétrole grimpe avec les tensions sur l'offre, le gaz bond…

    Londres:  Les prix du pétrole grimpaient à nouveau mercredi, après leur rebond de la veille, les inquiétudes sur l'insuffisance de l'offre et...

    mercredi 28 septembre 2022 à 17:17

    🛢️USA: baisse inattendue des stocks de pétrole, les exportat…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont légèrement diminué la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres...

    mercredi 28 septembre 2022 à 15:43

    TotalEnergies investit dans les renouvelables et gratifie se…

    Paris: Devant "l'évolution des marchés du pétrole, du gaz et de l'électricité", le géant des hydrocarbures TotalEnergies a annoncé mercredi verser à...

    mercredi 28 septembre 2022 à 14:05

    Les prix du pétrole rebondiront-ils au-dessus de 100$ avant …

    Paris: Le ralentissement des économies et la hausse des taux d'intérêt devraient éloigner les investisseurs et les traders des actifs à risque...

    mercredi 28 septembre 2022 à 12:25

    Le pétrole stable, le gaz bondit toujours

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mercredi, après leur rebond de la veille, les craintes de récession compensant les inquiétudes sur...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En août 2022, le prix du pétrole baisse de nouveau

    Le vendredi 23 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En août 2022, le prix du pétrole en euros recule pour le deuxième mois consécutif (‑9,6 % après ‑4,8 % en juillet). Le prix du pétrole diminue de nouveau En août 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) baisse nettement de nouveau (‑10,1 % après ‑8,3 % en juillet), s'établissant en moyenne à 100,6 dollars.En euros, le prix du baril diminue également (‑9,6 % après ‑4,8 %), s’établissant en moyenne à 99,4 €, du fait de la forte dépréciation de l'euro vis-à-vis du dollar en août. Cours du pétrole Brent - Août 2022

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite