Menu
A+ A A-

Les prix du pétrole se détendent après la vive hausse de la veille

Prix du pétroleParis: Les prix du pétrole repartaient à la baisse mercredi, après avoir affiché la veille au soir une vigoureuse hausse. La perspective d'une possible réduction de production de l'Opep, les problèmes mécaniques d'un important terminal de la mer Noire et les attentes d'une nouvelle baisse des réserves américaines d'or noir avaient dopé les cours du brut.
Vers 07h30, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en octobre se négociait en dessous du seuil des 100 dollars, à 99,69 dollars, soit une baisse de 0,52%. Mardi soir, le prix s'était envolé de 3,87%, à 100,22 dollars. Quant aux 159 litres de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain, avec échéance également en octobre, ils valaient 93,48 dollars, en repli de 0,27%, après avoir décollé la veille de 3,74%, à 93,74 dollars.

"Depuis un mois, le marché était très focalisé sur la baisse de la demande aux États-Unis" et en Chine, avec la crainte d'une récession mondiale, "et les prix avaient chuté", a rappelé Eli Rubin, d'EBW Analytics Group. "Là, on se concentre de nouveau sur l'offre."

En tête d'affiche, les propos du ministre saoudien de l'Energie, Abdulaziz ben Salmane, qui a évoqué une possible réduction de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses alliés de l'accord OPEP+ pour stabiliser les cours, trop volatils selon lui et déconnectés de l'économie réelle.

⤵ Option sur la table

Plusieurs représentants de pays d'autres membres de l'OPEP, cités mardi par le Wall Street Journal sous couvert d'anonymat, se sont dits ouverts à une telle option, a fortiori en cas de nouveaux signaux annonçant une récession. L'agence Reuters a, elle, cité des sources indirectes estimant qu'une réduction de production n'était pas imminente et qu'elle dépendrait en grande partie de l'issue des discussions sur le nucléaire iranien.

Plus d'une semaine après avoir répondu à la proposition de texte de l'Union européenne, Téhéran s'impatiente faute d'avoir obtenu une réponse formelle des États-Unis. Un accord permettrait de libérer rapidement environ 100 millions de barils de stocks iraniens, à quoi s'ajouteraient au moins un million de barils par jour de production dans des délais rapprochés.

L'autre coup de projecteur sur l'offre est venu de Russie. Les opérateurs de l'oléoduc CPC (ou KTK), qui achemine l'essentiel des exportations de pétrole kazakh vers le terminal russe de Novorossisk, sur la mer Noire, ont fermé deux des trois points de ravitaillement offshore, endommagés. Les approvisionnements des tankers ne se font plus que par un seul point, le troisième, ce qui limite les volumes exportés, jusqu'à nouvel ordre.

Dernière source de tension sur le marché, mardi, la perspective d'une nouvelle baisse importante des stocks de brut aux États-Unis, qui sont déjà inférieurs de 6% à la moyenne des cinq dernières années à la même époque. Les analystes prévoient une contraction de 2,5 millions de barils sur la semaine, avant la publication du chiffre officiel dans l'après-midi.


⤵ Repli du gaz

Ailleurs sur le marché de l'énergie, les prix du gaz se repliaient également après avoir atteint des niveaux extrêmes ces derniers jours. Le contrat à terme du TTF néerlandais, référence du marché européen du gaz naturel, se contractait de 2,78% à 269,5 euros le mégawattheure (MWh). Lundi, il avait touché les 295 euros le MWh, un montant inédit depuis les séances très volatiles des premières semaines de l'invasion russe de l'Ukraine mi-mars.

Le gaz naturel américain progressait lui de 1,22% à 9,30 dollars par million d'Unités thermales britanniques (BTU), la référence anglo-saxonne. Il avait enregistré mardi un nouveau plus haut depuis 14 ans, à 10,028 dollars. Contrairement à l'Europe, les États-Unis sont autosuffisants, mais les opérateurs s'inquiètent du faible niveau des stocks à l'approche de la saison froide, a expliqué à l'AFP, Eli Rubin.

"Certains craignent qu'en cas d'hiver extrêmement froid, les États-Unis ne soient pas en mesure d'assurer leurs besoins et d'exporter vers l'Europe", dit-il, ce qui mettrait encore davantage en difficulté cette dernière.

(c) AFP

Commenter Les prix du pétrole se détendent après la vive hausse de la veille



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    lundi 04 mars 2024 à 20:55

    Le pétrole recule malgré les nouveaux engagements de l'Opep+…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fait marche arrière, lundi, malgré l'engagement de membres de l'alliance OPEP+ de prolonger leurs...

    lundi 04 mars 2024 à 15:30

    ⛽️ Les prix des carburants en hausse, le diesel baisse

    Carburants: Les prix de l'essence étaient en légère hausse sur la semaine dernière, tandis que le diesel baissait, selon les chiffres officiels du gouvernement...

    lundi 04 mars 2024 à 11:50

    Le pétrole stable après l'extension des coupes de membres de…

    Londres: Les prix du pétrole stagnaient lundi après l'annonce de Ryad et Moscou, piliers de l'alliance Opep+, et d'autres membres d'une prolongation...

    dimanche 03 mars 2024 à 16:49

    La Russie annonce une coupe de sa production pétrolière de 4…

    Moscou: La Russie a annoncé dimanche une coupe volontaire de sa production de pétrole de de 471.000 barils par jour à la...

    vendredi 01 mars 2024 à 21:55

    Poussée du pétrole, le WTI franchit 80 dollars, une première…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont jailli, vendredi, pour porter le prix du baril de West Texas Intermediate (WTI) américain...

    vendredi 01 mars 2024 à 17:45

    Le pétrole monte, poussé par la perspective de prolongation …

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, avant une possible décision de l'alliance OPEP+ sur une prolongation de coupes de production ou d'exportations...

    vendredi 01 mars 2024 à 11:40

    Le pétrole monte, poussé par les perspectives de baisses de …

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, après la publication la veille d'une inflation américaine en léger repli, qui soutient les attentes...

    vendredi 01 mars 2024 à 07:35

    Les émissions mondiales de CO2 liées à l'énergie à un nouvea…

    Paris: Les émissions mondiales de CO2 liées à l'énergie ont progressé de 1,1% en 2023 pour atteindre un niveau record, en raison...

    jeudi 29 février 2024 à 21:35

    Le pétrole se tasse, la demande préoccupe toujours le marché

    Cours de clôture: Les cours du pétrole se sont légèrement repliés, jeudi, le marché étant toujours préoccupé par le niveau de la...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    🔎 Qu'est-ce que l'OPEP+ et quel est son impact sur les prix du pétrole ?

    Le lundi 20 novembre 2023

    Paris: L'OPEP+, coalition entre les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et d'autres producteurs majeurs tels que la Russie, exerce une influence majeure sur les marchés pétroliers mondiaux. Explorons le rôle de l'OPEP+ et analysons son impact significatif sur les fluctuations des prix du pétrole.

    Lire la suite

    La course aux 100 dollars le baril de pétrole Brent est lancée

    Le jeudi 28 septembre 2023

    Paris: Alors que la hausse des prix du pétrole se poursuivait jeudi après l'envol affiché la veille au soir, le baril de Brent de la mer du Nord a désormais lancé la course vers les 100 dollars. L'or noir se négocie actuellement à ses plus hauts niveaux depuis près d'un an.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite