Menu
A+ A A-

Le pétrole repart à la hausse et le gaz s'envole

cours du petroleParis: Les prix des hydrocarbures continuaient d'augmenter mardi, ceux du pétrole repartant à la hausse alors que le gaz naturel poursuivait son envolée.
Ce dernier demeure propulsé par les incertitudes portant sur les livraisons de gaz russe en Europe via le gazoduc Nord Stream 1, ravivant les craintes que la crise énergétique ne provoque une récession sur le Vieux-Continent.

Peu avant 08h00, le contrat à terme du TTF néerlandais, référence du marché européen du gaz naturel, bondissait de 13,17% à 276,75 euros le mégawattheure (MWh), après avoir touché la veille les 295 euros, un niveau inédit depuis les séances très volatiles des premières semaines de l'invasion russe de l'Ukraine mi-mars.

Le géant gazier russe Gazprom a annoncé vendredi que ses livraisons de gaz à l'Europe par le gazoduc Nord Stream 1 seraient interrompues pendant trois jours, du 31 août au 2 septembre, pour des raisons de "maintenance". Une "tentative évidente d'exploiter la dépendance de l'Europe au gaz russe", selon Ludwig Möhring, directeur de l'Association des producteurs allemands de pétrole, gaz et de la géothermie (BVEG).

Si "en soi, une brève fermeture du gazoduc ne ferait pas une grande différence", Ludwig Möhring explique que cette nouvelle met en lumière deux risques: que la Russie "prétende à tort qu'elle ne peut pas rouvrir le gazoduc", en prétextant un nouveau problème technique, ou qu'elle ferme ses autres gazoducs approvisionnant l'Europe. La dernière fois que le gazoduc a été fermé pour maintenance, les Russes ont rétabli le flux de gaz, mais dans une bien moindre mesure, rappelle pour sa part Ipek Ozkardeskaya, analyste de Swissquote.


⤵ Un hiver difficile se profile

En l'espace d'une semaine, les prix du gaz ont décollé de 25,7%, les hausses mensuelles et annuelles s'établissant désormais à plus de 56% et 563%, respectivement.

Bjarne Schieldrop, de la banque suédoise Seb, prédit à l'AFP une situation énergétique "extrêmement difficile" en Europe cet hiver, arguant que la Russie pourrait jouer "le tout pour le tout" en faisant encore baisser les exportations de gaz naturel, en particulier à "chaque fois que les prévisions météorologiques seront vraiment froides". Dans ce contexte, l'analyste d'Oanda Edward Moya ne se montre guère hésitant, "la récession en Europe est une certitude".

Aux États-Unis aussi, le gaz naturel flambe et son prix montait encore mardi à 9,915 dollars par million de British thermal unit (BTU), unité de mesure anglo-saxonne. Lundi, il s'était hissé à 9,982 dollars/BTU, une première depuis 14 ans.

Mais ce mouvement est surtout lié à la vague de chaleur qu'ont connu plusieurs régions américaines durant l'été, observe Andy Lipow, de Lipow Oil Associates. Elle a augmenté les besoins en énergie, notamment pour l'air conditionné, tandis que le faible niveau de l'eau dans plusieurs installations hydroélectriques dans l'Ouest limitait la production d'électricité renouvelable.


⤵ Pétrole bon marché

En comparaison des prix extrêmes du gaz naturel et de l'électricité en Europe, le brut semble désormais "exceptionnellement bon marché", relève M. Schieldrop, ce qui ne va pas non plus sans peser sur les cours de l'or noir.

Après avoir plongé en début de journée lundi, les cours se sont néanmoins redressés, tant le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en octobre que celui de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. américain repartant à la hausse mardi, à la faveur de déclarations, à l'agence Bloomberg, du ministre saoudien de l'Energie Abdulaziz ben Salmane.

Le responsable a estimé que la volatilité actuelle du marché du pétrole et la baisse des cours, qui intègrent de façon prématurée, selon lui, un ralentissement économique marqué, pourraient justifier une baisse de production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP+).

Mardi, les 159 litres de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord se négociaient ainsi à 97,01 dollars, en hausse de 0,58%. Leur équivalent américain de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), progressaient eux de 0,74% à 91,02 dollars.

Pour Andy Lipow, une baisse de production de l'OPEP ne suffirait pas à redresser nettement les prix de l'or noir, car "l'Europe est sur la voie de la récession et l'impact économique va se ressentir à travers le monde" et peser sur la demande, et donc sur les cours.

(c) AFP

Commenter Le pétrole repart à la hausse et le gaz s'envole


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    jeudi 26 janvier 2023 à 22:50

    Le pétrole termine en hausse après la croissance américaine

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont terminé en hausse jeudi après trois séances de va-et-vient, à la suite de la...

    jeudi 26 janvier 2023 à 18:45

    Brésil : Petrobras a un nouveau président, un proche de Lula

    Rio de janeiro: Le conseil d'administration de Petrobras a entériné jeudi à l'unanimité la nomination à la tête du groupe étatique pétrolier...

    jeudi 26 janvier 2023 à 15:00

    Retour de la Chine, fin de chute pour le pétrole

    Paris: Le prix du pétrole a peut-être cessé sa chute. La Chine pousse la demande vers le haut.

    jeudi 26 janvier 2023 à 13:22

    TotalEnergies visé par une enquête en France pour écoblanchi…

    Nanterre: La multinationale pétrolière TotalEnergies est visée depuis décembre 2021 par une enquête pour "pratiques commerciales trompeuses" dans le domaine de l'environnement...

    jeudi 26 janvier 2023 à 13:20

    Le pétrole rebondit mais se heurte aux craintes pour la croi…

    Londres: Les prix du pétrole rebondissaient un peu jeudi après trois séances de va-et-vient, les opérateurs restant prudents face aux perspectives de...

    mercredi 25 janvier 2023 à 17:10

    🛢️USA : hausse moindre que prévu des stocks de pétrole, les …

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont augmenté, mais moins que prévu, la semaine dernière aux Etats-Unis...

    mercredi 25 janvier 2023 à 12:20

    Le pétrole atone avant les stocks américains

    Londres: Les cours du pétrole évoluaient sans tendance mercredi, le marché attendant la publication hebdomadaire de l'état des stocks américains de brut...

    mardi 24 janvier 2023 à 20:00

    BNP Paribas prévoit de réduire ses financements à l'industri…

    Paris: La banque BNP Paribas, financeur historique du secteur industriel, a annoncé mardi vouloir diviser par cinq ses financements au secteur de...

    mardi 24 janvier 2023 à 14:00

    ⛽️ Hausse des prix des carburants : Le seuil des 2 euros le …

    Paris: Les prix des carburants ont fortement augmenté depuis le début de l'année avec la fin de la remise financée par l'Etat et...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 Les prix du pétrole pourraient atteindre 125$ en 2022 et 150$ en 2023

    Le mercredi 01 décembre 2021

    New York: Le prix du pétrole brut pourrait s'envoler à 125 dollars le baril l'année prochaine et à 150 dollars en 2023 en raison de la capacité limitée de l'OPEP à augmenter sa production, estiment les analystes de JP Morgan dans leur nouveau rapport.

    Lire la suite

    Comment investir dans le pétrole ?

    Le jeudi 01 décembre 2022

    Le pétrole est la matière première par excellence de ces 150 dernières années... Cet or noir qui a permis l'incroyable évolution moderne que nous connaissons dans nos vies de tous les jours autant dans l'industrie que dans le transport, pour ne citer qu’eux. Essentiel à notre niveau de vie, rare car limité, donc cher, le pétrole n’en demeure pas moins la ressource primordiale vers la transition énergétique nouvellement entamée.Ne vous y trompez pas : le baril n’a pas fini de surprendre dans les années à venir, tant dans ses niveaux de prix...

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite