Menu
A+ A A-

Le pétrole flanche mais l'inflation ne faiblit pas

  • Cours du pétrole
cours du petroleLondres: Les cours du pétrole ont fondu d'un quart depuis mi-juin et cette retombée fracassante pourrait se poursuivre, surtout en cas d'accord sur le nucléaire iranien, estiment des analystes, même si cela ne devrait pas suffire à freiner l'inflation.
Le marché de l'or noir avait débuté l'année en trombe, la perspective d'un arrêt des exportations russes effrayant les investisseurs alors même que la fin des confinements dopait la demande.

Le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., référence européenne des cours, avait approché de 140 dollars début mars, dans les premières semaines de l'invasion russe de l'Ukraine, quand les États-Unis, l'Union européenne et leurs partenaires multipliaient les sanctions contre Moscou.

Mais depuis mi-juin, "les perspectives de la demande souffrent des craintes de récession, le dollar est trop fort (...) et les importations chinoises trop faibles", énumère Giovanni Staunovo, analyste chez UBS.

Les cours du baril sont fixés en dollar, donc sa hausse récente pèse sur le pouvoir d'achat des importateurs utilisant d'autres devises.

Résultat, le cours du baril évolue désormais autour de 95 dollars pour le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et de 90 dollars pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., référence américaine, qui est même retombé jusqu'à 85,73 en clôture cette semaine, un plus bas depuis fin janvier.

Dans leur sillage, les prix à la pompe ont également renoué avec leurs niveaux du début de l'année, notamment en France, où le plein de gazole coûte en moyenne 1,79 euro le litre, comme fin février.


Chine et Iran

En Chine, "les raffineries ont transformé moins de brut en juillet, et pourtant les réserves (d'essence) augmentent", commente Geordie Wilkes, analyste chez Sucden, témoignant d'une demande qui fléchit.

UBS prévoit cependant toujours une remontée des cours du brut autour de 125 dollars le baril pour le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. en fin d'année "avec la baisse continue des exportations russes, la fin de l'utilisation des réserves stratégiques, et une remontée des importations chinoises", explique à l'AFP M. Staunovo.

Un élément pourrait modérer cette reprise: un accord sur le nucléaire en Iran, qui permettrait au pays d'augmenter ses exportations, actuellement sous sanctions, d'environ un million de barils par jour.

"Notre opinion reste qu'un accord est peu probable à court terme", jugent des experts de Goldman Sachs dans une note. Ils remarquent que l'Iran peut se satisfaire d'un volume d'exportation réduit tant que les prix sont élevés.

Selon eux, l'Iran "se montre prêt à discuter sur le nucléaire pour faire durer les négociations et éviter de nouvelles sanctions", et "les États-Unis ont de la même façon intérêt à faire traîner le dossier étant donné que de nouvelles mesures punitives exacerberaient le manque de carburant".

Attention cependant à un excès de complaisance: en 2015, quand le premier accord avait été trouvé, "l'Iran avait été capable d'augmenter sa production rapidement, ce qui avait choqué le marché", rappelle M. Wilkes.

Un retour du brut iranien sur le marché ferait toutefois baisser les cours du pétrole, dans une fourchette entre 5 et 10 dollars par baril en 2023, par rapport à un baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. à 125 dollars sans accord, projette Goldman Sachs.


⤵ Inflation indomptable

La baisse des cours du brut, si elle a entraîné un recul du prix à la pompe, ne devrait pas suffire à apaiser l'inflation bouillonnante, surtout en Europe.

"Le monde a changé. Nous pouvions prédire le mouvement des prix de l'énergie en regardant les cours du brut. Désormais, il faut une équation bien plus complexe, qui prend en compte des tendances propres au pétrole, au gaz et à l'électricité", décrit à l'AFP Andrew Kenningham, analyste Europe chez Capital Economics.

Sur le Vieux continent, l'effet de la baisse récente des prix du brut devrait représenter un recul de 0,5 point de pourcentage de l'inflation, et 0,7 point en cas d'accord sur le nucléaire iranien, explique Holger Schmieding, chef économiste chez Berenberg.

"Un changement d'inflation de 0,1%, 0,2%, cela comptait beaucoup quand on peinait à atteindre 2%, mais pas quand on monte" à 8,9% sur un an en zone euro, comme cela a été le cas en juillet, conclut M. Kenningham.

L'inflation a en revanche ralenti en juillet aux États-Unis, notamment avec la baisse du prix de l'essence, mais reste très élevée à 8,5%, et elle est montée à 10,1% au Royaume-Uni.

"Malheureusement, des prix du gaz et de l'électricité plus élevés et la fin des aides gouvernementales allemandes sur les transports publics et l'essence devraient plus que compenser" l'effet déflationniste en zone euro, prévient M. Schmieding.

(c) AFP

Commenter Le pétrole flanche mais l'inflation ne faiblit pas


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 30 septembre 2022 à 11:40

    Le pétrole se redresse, le marché s'attend à une baisse de p…

    Londres: Les prix du pétrole se reprenaient vendredi, poussés par les spéculations autour d'une possible baisse de la production d'Organisation des pays...

    jeudi 29 septembre 2022 à 21:17

    Le pétrole se replie, pris dans la tourmente des Bourses

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont reculé jeudi, influencés par le coup de grisou sur Wall Street, nourri par l'angoisse...

    jeudi 29 septembre 2022 à 11:57

    Le pétrole hésite, entre frilosité du marché et spéculations…

    Londres: Le pétrole se stabilisait jeudi après deux séances de hausse, l'aversion au risque du marché pesant sur l'or noir tandis que...

    mercredi 28 septembre 2022 à 21:10

    Le pétrole monte encore, aidé par le dollar et une surprise …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont poursuivi leur rebond mercredi, soutenus par un repli du dollar, la fermeture d'installations dans...

    mercredi 28 septembre 2022 à 18:35

    Le pétrole grimpe avec les tensions sur l'offre, le gaz bond…

    Londres:  Les prix du pétrole grimpaient à nouveau mercredi, après leur rebond de la veille, les inquiétudes sur l'insuffisance de l'offre et...

    mercredi 28 septembre 2022 à 17:17

    🛢️USA: baisse inattendue des stocks de pétrole, les exportat…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut ont légèrement diminué la semaine dernière aux Etats-Unis, selon des chiffres...

    mercredi 28 septembre 2022 à 15:43

    TotalEnergies investit dans les renouvelables et gratifie se…

    Paris: Devant "l'évolution des marchés du pétrole, du gaz et de l'électricité", le géant des hydrocarbures TotalEnergies a annoncé mercredi verser à...

    mercredi 28 septembre 2022 à 14:05

    Les prix du pétrole rebondiront-ils au-dessus de 100$ avant …

    Paris: Le ralentissement des économies et la hausse des taux d'intérêt devraient éloigner les investisseurs et les traders des actifs à risque...

    mercredi 28 septembre 2022 à 12:25

    Le pétrole stable, le gaz bondit toujours

    Londres: Les prix du pétrole se stabilisaient mercredi, après leur rebond de la veille, les craintes de récession compensant les inquiétudes sur...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    En août 2022, le prix du pétrole baisse de nouveau

    Le vendredi 23 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En août 2022, le prix du pétrole en euros recule pour le deuxième mois consécutif (‑9,6 % après ‑4,8 % en juillet). Le prix du pétrole diminue de nouveau En août 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) baisse nettement de nouveau (‑10,1 % après ‑8,3 % en juillet), s'établissant en moyenne à 100,6 dollars.En euros, le prix du baril diminue également (‑9,6 % après ‑4,8 %), s’établissant en moyenne à 99,4 €, du fait de la forte dépréciation de l'euro vis-à-vis du dollar en août. Cours du pétrole Brent - Août 2022

    Lire la suite

    📊 Qui sont les plus grands producteurs de pétrole ? 

    Le mercredi 14 septembre 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le secteur économique, le pétrole constitue la matière première incontournable puisqu’il assure le bon fonctionnement de l’agriculture, des transports, des industries et bien d’autres. C’est pour cette raison qu’il est très échangé partout dans le monde avec ses dérivés tels que l’essence, le gazole, le fioul… Les principaux pays producteurs de pétrole proviennent généralement du Moyen-Orient et de l’Amérique du nord. Découvrez ci-dessous le classement mondial des plus grands producteurs de pétrole, basé sur les dernières données statistiques de BP en 2022, l’une des plus grandes compagnies pétrolières au monde.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite