Menu
A+ A A-

Les craintes de récession font chuter pétrole, euro et Bourses

cours du petroleParis: La crainte d'une "récession à venir" était de retour mardi sur les marchés financiers où actions, pétrole, euro et livre sterling dégringolaient, la hausse du prix du gaz amplifiant les inquiétudes des investisseurs.
Les prix du pétrole, très sensibles aux perspectives de croissance économique, chutaient de près de 10%, l'euro était même à son plus bas niveau depuis près de 20 ans face au billet vert, s'échangeant 1,0251 dollars (-1,63%).

Les places boursières européennes ont fini la séance en forte baisse: Paris a chuté de 2,68%, Francfort a perdu 2,91%, Milan 2,99%, elles se retrouvent toutes trois à un niveau plus vu depuis le printemps 2021. Londres a cédé 2,86%. A Zurich, le SMI a cédé 1,65%.

La tendance "a démarré sur les marchés européens et a entraîné les marchés américains à la baisse", constate Alexandre Baradez, analyste d'IG France. A New York, le Dow Jones cédait 1,90%, le Nasdaq 0,50% et S&P 500 1,64% vers 16H05 GMT.

La livre chutait également de 1,64% face au dollar, valeur refuge par excellence.

La forte hausse des prix du gaz inquiète particulièrement les investisseurs. En seulement une semaine, le contrat de référence du gaz naturel en Europe a grimpé de 27% et s'établissait à 164 euros le mégawattheure mardi.

Depuis le début de l'année, il s'est envolé de près de 140%, alors qu'il évoluait bien en-dessous des 100 euros le mégawattheure avant l'invasion russe de l'Ukraine fin février.

"Cela pose des questions de l'impact sur l'économie européenne et surtout les risques pour l'Allemagne qui est en première ligne" de la baisse des livraisons de gaz russe, commente Alexandre Baradez.


"Les fortes hausses des prix du gaz et de l'électricité font courir un risque important que l'économie de l'Union européenne entre en récession plus tôt que prévu", estime pour sa part Trevor Sikorski, analyste chez Energy Aspects, dans un rapport.

En Norvège, pays qui s'est engagé à augmenter durablement ses livraisons de gaz à l'UE en juin, une grève menace de réduire de près de 60% les exportations à partir de samedi.

Autre raison de s'inquiéter, la croissance de l'activité économique en zone euro a fortement ralenti en juin dans le secteur privé, au plus bas depuis 16 mois, selon l'indice PMI composite de S&P Global.

Une indication "que la croissance s'essouffle rapidement", selon Neil Wilson analyste de Markets.com. "La récession semble inévitable, bien qu'il y ait certains signes que l'inflation pourrait avoir atteint un pic en avril, selon ces chiffres", ajoute-t-il.

Les actifs jugés risqués s'en retrouvaient pénalisés, à l'instar du bitcoin qui perdait 1,32% à 19.500 dollars.

A l'inverse, les taux d'intérêt des emprunts des États européens tombaient nettement sur le marché obligataire du fait de ces inquiétudes et de la préférence des investisseurs pour les investissements jugés plus sûrs.

Le taux de la dette allemande à dix ans, qui fait référence en Europe, perdait 15 points de base et s'établissait à 1,17% vers 16H00 GMT.

⤵ Les matières premières partent en fumée

Le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. pour livraison en septembre dégringolait de 8,61% à 103,78 dollars, tandis que celui de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. américain à échéance août chutait sous la barre des 100 dollars en baisse de 7,99% 16H00 GMT.

"Toutes les composantes des craintes de récession s'activent, avec le pétrole et le cuivre qui baissent", constate Alexandre Baradez.

Fortement utilisé dans l'industrie, notamment pour la confection de circuits électriques, le cuivre est en effet connu pour refléter l'état de santé de l'économie mondiale.

Pour la première fois depuis 17 mois, le cuivre s'échangeait sous la barre des 8.000 dollars la tonne, dévissant de 20% depuis le début de l'année. Mardi, il touchait les 7.627,00 dollars la tonne.

Les valeurs pétrolières (Shell -8,49%, BP -7,01%, TotalEnergies -6,42%) et minières (Glencore -7,99%, Anglo American -8,27%, Antofagasta -7,90%) dévissaient.

A Francfort, l'action Uniper (-9,45%) était pénalisée par les modifications législatives présentées par le gouvernement allemand qui permettraient une entrée de l'État au capital des entreprises du secteur de l'énergie.

(c) AFP

Commenter Les craintes de récession font chuter pétrole, euro et Bourses



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 12 juillet 2024 à 21:20

    Le pétrole se tasse, sapé par un possible cessez-le-feu à Ga…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole se sont repliés vendredi après que le président américain Joe Biden a fait état de...

    vendredi 12 juillet 2024 à 12:00

    Le pétrole soutenu par l'affaiblissement du dollar

    Londres: Les prix du pétrole terminaient la semaine en hausse vendredi, profitant du ralentissement de l'inflation en juin aux Etats-Unis qui laisse...

    jeudi 11 juillet 2024 à 21:44

    Le pétrole en hausse, soutenu par la bonne nouvelle de l'inf…

    Cours de clôture: Le pétrole a fini en légère hausse jeudi, dynamisé par la bonne nouvelle de l'inflation américaine, qui, en ralentissant...

    jeudi 11 juillet 2024 à 12:40

    Le pétrole en terrain positif après les stocks américains

    Londres: Le pétrole évoluait en terrain positif jeudi, poussé par la baisse des réserves commerciales de brut aux Etats-Unis la semaine passée...

    mercredi 10 juillet 2024 à 21:36

    Le pétrole se reprend avec la baisse des stocks américains

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mercredi, pour la première fois en quatre séances, revigorés par une...

    mercredi 10 juillet 2024 à 17:10

    🛢️ USA: nouvelle baisse des stocks de pétrole, les raffineri…

    NYC / Stocks aux USA: Les stocks de pétrole brut se sont de nouveau contractés la semaine dernière aux Etats-Unis, selon l'Agence...

    mercredi 10 juillet 2024 à 16:10

    🛢️ L'Opep table toujours sur une progression de la demande d…

    Paris: La demande de pétrole devrait encore continuer d'augmenter en 2024, indique mercredi le rapport mensuel de l'Opep, le cartel des pays...

    mercredi 10 juillet 2024 à 12:00

    Le pétrole monte légèrement après les premières données sur …

    Londres: Les prix du brut montaient légèrement mercredi, poussés par les premiers chiffres hebdomadaires sur les stocks américains de brut faisant état...

    mardi 09 juillet 2024 à 21:35

    Le pétrole en repli après le patron de la Fed et la tempête …

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont fléchi mardi, après le passage de la tempête Béryl qui a fait moins de...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite

    La course aux 100 dollars le baril de pétrole Brent est lancée

    Le jeudi 28 septembre 2023

    Paris: Alors que la hausse des prix du pétrole se poursuivait jeudi après l'envol affiché la veille au soir, le baril de Brent de la mer du Nord a désormais lancé la course vers les 100 dollars. L'or noir se négocie actuellement à ses plus hauts niveaux depuis près d'un an.

    Lire la suite