Menu
A+ A A-

Le pétrole baisse, le gaz soutenu par les réductions de livraisons russes

  • Cours du pétrole
Prix du pétroleLondres: Les prix du pétrole glissaient vendredi, lestés par les craintes de récession et la force du dollar, quand ceux du gaz poursuivaient leur envol, galvanisés par les baisses d'approvisionnement du géant russe Gazprom vers l'Europe.
Vers 13H30 GMT (15H30 HEC), le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en août perdait 1,67% à 117,81 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain pour livraison en juillet baissait de 1,90% à 115,35 dollars.

Les craintes d'une possible récession mêlée à un dollar fort, minorant le pouvoir d'achat des investisseurs utilisant une autre devise, pesaient à nouveau sur les prix du brut en repassant au premier plan.

Pour Ole S. Hansen, analyste chez Saxobank, il s'agit d'une "petite perte hebdomadaire dans un contexte de craintes accrues pour la croissance en raison des hausses agressives des taux d'intérêt des banques centrales".

En parallèle, la production pétrolière de la Libye se maintient à environ 700.000 barils par jour selon le Financial Time, malgré les heurts qui bousculent le pays en proie à une longue et grave crise politico-institutionnelle.

La Compagnie nationale de pétrole (NOC), seule autorisée à commercialiser le brut Libyen, avait annoncé mi-avril l'arrêt des opérations dans deux importants terminaux pétroliers et la fermeture de nombreux gisements, participant au soutien des prix.


Mais pour M. Hansen, "le niveau actuel de resserrement du marché dû aux problèmes d'approvisionnement est tout simplement un facteur trop important pour être ignoré", la baisse des prix devrait donc être momentanée.

Les cours du gaz poursuivaient quant à eux leur envolée vendredi, galvanisés par le géant russe Gazprom qui ne cesse de baisser ses livraisons à l'Europe dans le contexte de l'offensive russe en Ukraine et des sanctions occidentales contre Moscou.

Le groupe russe ne livrera que 50% du gaz demandé vendredi par l'Italien Eni.

Le gestionnaire du réseau français de transport de gaz GRTgaz a également annoncé vendredi ne plus recevoir de gaz russe par gazoduc depuis le 15 juin, avec "l'interruption du flux physique entre la France et l'Allemagne".

Gazprom a considérablement réduit ces derniers jours ses livraisons vers les pays européens, notamment vers l'Allemagne via le gazoduc Nord Stream 1, ce qui pourrait avoir causé l'interruption de l'approvisionnement vers la France.

"La Russie semble une fois de plus vouloir transformer l'approvisionnement en gaz en arme", souligne Craig Erlam, les baisses de livraisons intervenant ou les pays européens tentent "de remplir leurs réserves avant l'hiver, ce qui, selon certains, n'est pas une coïncidence".

Les prix du gaz sont par ailleurs poussés par une diminution soudaine de l'offre de gaz naturel liquéfié (GNL) venant des États-Unis, un incendie mettant le terminal Freeport LNG près de Houston au Texas hors service pendant 90 jours.

Le TTF néerlandais, la référence du gaz naturel en Europe, a bondi de près de 55% sur la semaine, atteignant un pic à 148,995 euros le mégawattheure (MWh) en séance jeudi.

Vers 13H30 GMT, le TTF évoluait à 127,50 euros le mégawattheure (MWh).

(c) AFP

Commenter Le pétrole baisse, le gaz soutenu par les réductions de livraisons russes


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 06 juillet 2022 à 17:23

    Le pétrole sous les 100 dollars, malgré un marché en mal de …

    Londres: Les prix du pétrole poursuivaient mercredi leur déclin après leur chute de la veille, entrainée par les craintes de récession et...

    mercredi 06 juillet 2022 à 16:32

    Le pétrole poursuit sa chute, le Brent passe à son tour sous…

    Londres: Emporté par les craintes de récession, le Brent, référence de l'or noir en Europe, poursuivait sa chute mercredi après de lourdes...

    mercredi 06 juillet 2022 à 15:34

    Comment les prix du pétrole pourraient atteindre 65 dollars

    New York: Selon Citigroup, les prix du pétrole pourraient chuter à 65 dollars le baril d'ici la fin de l'année et à...

    mercredi 06 juillet 2022 à 11:59

    Le pétrole se ressaisit, l'offre de brut restant limitée

    Londres: Les prix du pétrole se reprenaient mercredi après leur chute vertigineuse de la veille, les inquiétudes quant aux baisses d'approvisionnement d'or...

    mercredi 06 juillet 2022 à 09:30

    Le pétrole se reprend après sa chute libre de mardi

    Zurich: Les prix du pétrole repartaient à la hausse mercredi, après leur plongeon de la veille. Les craintes d'une récession dans les...

    mardi 05 juillet 2022 à 21:50

    Le pétrole en chute libre, plombé par les craintes de récess…

    Cours de clôture: Les cours de l'or noir ont plongé mardi, les craintes d'une récession dans les pays consommateurs de brut, qui...

    mardi 05 juillet 2022 à 18:36

    Les craintes de récession font chuter pétrole, euro et Bours…

    Paris: La crainte d'une "récession à venir" était de retour mardi sur les marchés financiers où actions, pétrole, euro et livre sterling...

    mardi 05 juillet 2022 à 17:50

    Le pétrole accélère sa chute, le WTI sous les 100 dollars, l…

    Londres: Le pétrole accélérait son plongeon mardi, le Brent de la mer du Nord dévissant de près de 10% et son homologue...

    mardi 05 juillet 2022 à 17:30

    Le pétrole perd 5% emporté par les craintes de récession, le…

    New York: Les deux références du pétrole dévissaient mardi de plus de 5%, les craintes d'une récession dans les pays consommateurs de...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    📈 En mai 2022, le prix du pétrole rebondit

    Le mercredi 22 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mai 2022, le prix du pétrole en euros repart à la hausse (+10,6 % après −9,2 % en avril).Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) se replient pour la première fois depuis novembre 2021 (−3,7 % après +1,7 %), sous l'effet du net recul de ceux des matières premières industrielles (−9,1 % après −1,7 %). Les prix des matières premières alimentaires, pour leur part, ralentissent (+1,1 % après +5,1 %). Le augmente à nouveau très fortement En mai 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord...

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite