Menu
A+ A A-

Le dollar fort et l'arrêt d'un terminal gazier font reculer le pétrole

cours du petroleCours de clôture: Les cours de la variété de référence du pétrole américain, le West Texas Intermediate (WTI), ont baissé mardi, dans le sillage du gaz naturel aux Etats-Unis, en raison de l'arrêt prolongé d'un terminal, dont le gaz non exporté inondera le marché américain.
Le prix du baril de WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie. pour livraison en juillet a cédé 1,97%, pour clôturer à 118,93 dollars. Quant au baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord, avec échéance en août, il a lui limité ses pertes à 0,89%, pour finir à 121,97 dollars.

"Traditionnellement, les matières premières souffrent quand le dollar se renforce et que la Fed (banque centrale américaine) remonte ses taux", a rappelé Bill O'Grady, de Confluence Investment Management, "mais le pétrole avait ignoré ça pour l'essentiel jusqu'ici."

Mais avec la perspective, anticipée par le marché, d'une hausse, plus vue depuis près de 30 ans, de 0,75 point de pourcentage du taux de la Fed mercredi, qui a envoyé le dollar et les rendements obligataires en orbite, l'or noir a fini par être rattrapé par la crispation généralisée.

"On s'inquiète que cela n'affecte l'économie", a expliqué l'analyste, "ce qui serait mauvais pour les matières premières."

Les opérateurs ont aussi répercuté l'annonce de l'arrêt prolongé du terminal gazier de la société Freeport LNG, à Quintana Island, non loin de Houston.

Frappé par une explosion, puis un incendie, ce terminal qui est aussi une usine de liquéfaction du gaz naturel, sera finalement à l'arrêt durant 90 jours, soit beaucoup plus que les trois semaines annoncées initialement par Freeport LNG.

En outre, le site, qui assure en temps normal l'exportation de près de 60 millions de mètres cubes de gaz naturel liquéfié (GNL) par jour, ne retrouvera sa pleine capacité qu'en fin d'année.


La nouvelle a provoqué l'effondrement des cours du gaz naturel aux États-Unis, qui ont perdu jusqu'à 18,5% mardi. Le marché a ainsi encaissé le fait que les volumes non exportés allaient être disponibles pour le marché américain.

En Europe, c'est le phénomène inverse qui s'est produit. Le TTF néerlandais, référence du marché européen du gaz naturel, a ainsi bondi jusqu'à 100 euros le mégawattheure (MWh), pour la première fois depuis trois semaines, et fini en hausse de 13%.

Les cours européens étaient déjà sous pression car l'Europe cherche, depuis plusieurs mois, à réduire ses importations de gaz russe pour sanctionner l'invasion de l'Ukraine.

La situation explique que, côté pétrole, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., variété européenne, ait accusé un repli bien moindre que le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie..

"C'est une très mauvaise nouvelle pour l'Europe", a lancé Bill O'Grady.

Ces facteurs ont fait passer au second plan le rapport mensuel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui a, pour la première fois, acté la perspective d'une baisse de production de la Russie sur l'année 2022, de 250.000 barils par jour.

(c) AFP

Commenter Le dollar fort et l'arrêt d'un terminal gazier font reculer le pétrole



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    samedi 18 mai 2024 à 15:00

    💶 Pétrole : maintien des financements, grâce aux rendements

    Analyse: Selon l’Agence internationale de l’énergie, les scénarios d’élimination du pétrole et du gaz (et la neutralité en émissions de carbone) requiert bien...

    vendredi 17 mai 2024 à 22:31

    Pétrole: les feux près des sables bitumineux du Canada font …

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont fini en hausse vendredi, après une journée en dents de scie, poussés notamment par...

    vendredi 17 mai 2024 à 13:10

    Le pétrole hésite, pris dans de forts vents contraires

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient vendredi, pris entre d'un côté une baisse de l'inflation américaine et des incendies menaçant l'offre canadienne...

    vendredi 17 mai 2024 à 10:50

    Totalénergies encourage ses actionnaires à soutenir Patrick …

    Paris: Le géant pétrolier Totalénergies encourage ses actionnaires à voter lors de l'assemblée générale, "afin de soutenir" la stratégie du groupe "face...

    jeudi 16 mai 2024 à 22:00

    Le pétrole en hausse après la diminution des stocks et des i…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont avancé jeudi, soutenus par le repli des stocks américains de brut, l'espoir d'un rebond...

    jeudi 16 mai 2024 à 12:15

    Le pétrole pris entre baisse des stocks et révision de crois…

    Londres: Le pétrole restait stable jeudi, pris entre repli de l'inflation et des stocks de brut aux Etats-Unis, et un tassement attendu...

    mercredi 15 mai 2024 à 21:25

    Le pétrole monte et poursuit son mouvement de balancer, aidé…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse, mercredi, poursuivant leur mouvement de balancier observé depuis deux semaines, stimulés par...

    mercredi 15 mai 2024 à 21:20

    🛢️ Baisse plus importante qu'attendu des stocks de brut

    New York: Les stocks commerciaux de pétrole brut se sont contractés de 2,5 millions de barils la semaine dernière, soit nettement plus...

    mercredi 15 mai 2024 à 13:28

    Les pétroliers estiment que le monde aura longtemps besoin d…

    Paris: Les patrons de Totalenergies, Exxonmobil et Qatarenergy réunis au Forum économique du Qatar ont assuré mercredi que le monde aura besoin...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Lundi 13 mai 2024 JPMorgan, l'une des plus grandes banques américaines, est le premier soutien financier mondial des énergies fossiles, avec un investissement d'environ 41 milliards de dollars l'année dernière, représentant une augmentation de 5,4 %.

    La course aux 100 dollars le baril de pétrole Brent est lancée

    Le jeudi 28 septembre 2023

    Paris: Alors que la hausse des prix du pétrole se poursuivait jeudi après l'envol affiché la veille au soir, le baril de Brent de la mer du Nord a désormais lancé la course vers les 100 dollars. L'or noir se négocie actuellement à ses plus hauts niveaux depuis près d'un an.

    Lire la suite

    💶 Les plus grandes transactions dans le secteur du pétrole et du gaz depuis le début du siècle

    Le mercredi 11 octobre 2023

    Paris: La major américaine de l'énergie Exxon Mobil a déclaré qu'elle allait acquérir Pioneer Natural Resources dans le cadre d'une opération évaluée à 59,5 milliards de dollars, afin de plus que doubler sa présence dans le bassin permien, la plus grande zone de schiste des États-Unis.  Une fois l'opération réalisée, il s'agirait de la plus importante acquisition d'Exxon depuis celle de Mobil en 1998, qui s'élevait à 81 milliards de dollars. Voici les principales opérations réalisées dans le secteur mondial du pétrole et du gaz depuis les années 2000.

    Lire la suite

    📉 Le pétrole restera volatil en 2024, selon BofA

    Le vendredi 05 janvier 2024

    New York: Les compagnies pétrolières et les raffineurs américains devraient être confrontés à une nouvelle période difficile en 2024, ont écrit les analystes de Bank of America (BofA) dans une note vendredi, qui s'attendent à ce que le baril de Brent atteigne 80 dollars en moyenne cette année.

    Lire la suite