Menu
A+ A A-

Biden a mis sur la touche les partenaires énergétiques mondiaux avec une libération d'urgence record de pétrole

cours du petroleWashington: En mars, les États-Unis ont annoncé un déblocage record de leurs réserves d'urgence de pétrole brut sans consulter leurs partenaires de l'Agence internationale de l'énergie, ce qui les a poussés à faire de même avec leurs propres déblocages, selon deux sources bien informées sur le sujet.
Une action unilatérale de Washington pour régler les problèmes d'approvisionnement ou de prix à l'échelle mondiale risque de miner la relation des États-Unis avec l'AIE, le chien de garde mondial de l'énergie qui supervise normalement les libérations internationales des stocks d'urgence, et pourrait soulever des questions sur la pertinence continue du groupe.

L'AIE, dont le siège est à Paris et qui regroupe 31 pays pour la plupart industrialisés, a été créée après le choc pétrolier de 1973 pour assurer un approvisionnement continu en énergie à ses membres en cas d'embargo, de guerre ou de tempête dévastatrice.

Les membres du groupe s'inquiètent du fait que le président américain Joe Biden utilise la réserve stratégique de pétrole (SPR) pour juguler une inflation nationale galopante pour des raisons politiques, au lieu de protéger les pays consommateurs d'une rupture d'approvisionnement mondiale, selon les sources qui ont refusé d'être identifiées en raison de la sensibilité du sujet.

"L'AIE a été embarrassée par le communiqué (américain) qui, au départ, a été fait essentiellement de manière unilatérale par les États-Unis", a déclaré une source familière de la diplomatie entourant le communiqué.

"Les membres de l'AIE s'accordent à dire que nous devons coopérer dans leur ensemble", a déclaré une autre source, cette fois d'un pays membre de l'AIE, qui a dit que l'annonce des États-Unis avait été une surprise.

L'AIE a déclaré à Reuters qu'elle avait été en contact étroit avec tous les pays membres, y compris les États-Unis, dans la perspective de ses deux annonces de libération de stocks cette année : "Cette consultation ainsi que les décisions d'action collective ont été menées conformément aux procédures de l'AIE."

Le ministère américain de l'Énergie a déclaré que les États-Unis avaient été en "contact fréquent" avec l'AIE et ses États membres sur la sécurité énergétique avant l'annonce, mais a confirmé que sa décision de libérer le pétrole était "indépendante" de l'AIE.

Elle n'a pas précisé si les États-Unis avaient partagé à l'avance le moment et le volume de sa libération.

"Les États-Unis et d'autres pays membres de l'AIE peuvent et ont, indépendamment, libéré du pétrole de leurs réserves stratégiques, indépendamment de toute action collective de l'AIE", a déclaré le ministère dans une déclaration à Reuters.

La Maison Blanche n'a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire de Reuters.


OPTIQUES ÉTRANGÈRES

En cause, l'annonce faite par les États-Unis le 31 mars qu'ils allaient libérer 180 millions de barils du SPR au rythme de 1 million de barils par jour pour faire baisser la flambée des prix de l'énergie dans le monde et remédier à la réduction de l'approvisionnement en pétrole de la Russie depuis son invasion de l'Ukraine en février.

Les sources ont déclaré à Reuters que Washington n'avait pas informé l'AIE ou ses membres de l'annonce de cette décision - une rupture avec les précédents - et que le volume record, plus de trois fois supérieur à tous les précédents prélèvements sur le SPR, était une surprise.

L'annonce américaine est intervenue un jour avant que les membres de l'AIE ne se réunissent pour discuter d'une libération coordonnée. Après la réunion, qui était présidée par la secrétaire américaine à l'énergie Jennifer Granholm, l'AIE a annoncé qu'une libération coordonnée avait été convenue, mais n'a donné aucun détail sur les volumes.

À ce moment-là, les dirigeants de l'AIE ont entamé des réunions bilatérales avec d'autres membres pour rassembler des contributions, selon les deux sources. Après une semaine de diplomatie, elle a obtenu des engagements de ses membres non américains pour libérer 60 millions de barils supplémentaires combinés.

Ce chiffre de 60 millions de barils était toutefois relativement faible. Selon les règles de l'AIE, la contribution d'un pays membre à une libération d'urgence coordonnée doit correspondre approximativement à la proportion de sa consommation de pétrole au sein du groupe.

Les États-Unis représentant environ la moitié de la consommation des membres, la contribution de l'AIE aurait dû correspondre à peu près au tirage américain.

"Ce n'était pas faisable", a déclaré la source familière avec la diplomatie. "C'était impossible car personne ne disposait de tels stocks".
"L'optique de la libération effectuée à 75 % aux États-Unis et à 25 % dans le reste du monde est tout simplement étrange" a ajouté la source.
L'annonce de l'AIE a passé sous silence ce décalage, en détaillant une libération de 120 millions de barils, dont 60 millions provenant des États-Unis au cours des deux premiers mois - ignorant de fait le fait que les États-Unis avaient l'intention de maintenir l'écoulement du pétrole pendant quatre mois supplémentaires.

Le communiqué de l'administration Biden marquait la deuxième fois en six mois qu'elle signait un retrait important du SPR sans la bénédiction de l'AIE.

En novembre, les États-Unis s'étaient engagés à libérer 50 millions de barils pour juguler la hausse des prix due à un rebond soudain de la demande après les jours les plus sombres de la pandémie de COVID-19.

Si certains membres de l'AIE, comme la Corée du Sud, la Grande-Bretagne et le Japon, ont contribué à cette libération, l'agence elle-même s'est abstenue car elle ne voyait pas de perturbation majeure de l'approvisionnement à traiter à ce moment-là.

Après l'invasion de la Russie, cependant, les pays membres de l'AIE ont jugé bon d'organiser une libération coordonnée. Le 1er mars, ils ont annoncé une libération de 60 millions de barils - dont la moitié en provenance des États-Unis - pour contrer les perturbations probables de l'approvisionnement en provenance de Russie, l'un des principaux producteurs mondiaux de pétrole et de gaz.


CRITIQUES INTÉRIEURES

Les adversaires républicains de M. Biden l'ont critiqué pour sa décision de libérer les 180 millions de barils des stocks américains, arguant que cette décision était politique et qu'il devrait plutôt encourager la production pétrolière nationale.

Les prix record de l'essence aux États-Unis sont considérés comme une vulnérabilité majeure pour le parti démocrate de M. Biden à l'approche des élections de mi-mandat en novembre.

M. Biden a fait campagne en promettant d'éliminer progressivement les combustibles fossiles pour aider à lutter contre le changement climatique, mais son administration n'a pas réussi à imposer des restrictions à l'industrie et a, ces derniers mois, exhorté les foreurs à accélérer la production pour faire baisser les prix.

(c) Reuters

Commenter Biden a mis sur la touche les partenaires énergétiques mondiaux avec une libération d'urgence record de pétrole


    Les Réserves de pétrole

    -Voir toutes les actualités sur les réserves de pétrole

    vendredi 08 avril 2022

    L'AIE va libérer 120 millions de barils sur une période de s…

    Paris: L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a confirmé jeudi les contributions des pays membres à la deuxième action collective visant à libérer...

    mercredi 06 avril 2022

    Les pays riches vont puiser 120 millions de barils dans leur…

    Paris: Les pays développés membres de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) vont puiser 120 millions de barils de pétrole supplémentaires dans leurs...

    vendredi 01 avril 2022

    Biden assure que plus de 30 pays vont puiser dans leurs rése…

    Washington: Le président américain Joe Biden a assuré vendredi que "plus de 30 pays" allaient suivre les Etats-Unis et puiser dans leurs...

    jeudi 31 mars 2022

    Washington va puiser comme jamais avant dans ses réserves st…

    Washington: Le président américain Joe Biden, confronté à une inflation record minant sa popularité, va puiser comme jamais dans les immenses réserves...

    jeudi 31 mars 2022

    Washington va puiser dans les réserves de pétrole pour lutte…

    Washington: L'administration de Joe Biden, pour faire baisser les prix de l'énergie et calmer l'inflation, pourrait passer à la vitesse supérieure et...

    jeudi 31 mars 2022

    Washington envisage le plus grand prélèvement jamais effectu…

    Washington: L'administration Biden envisage de libérer jusqu'à 180 millions de barils de sa réserve stratégique de pétrole (SPR) sur plusieurs mois, ont...

    Le pétrole aux Etats-Unis

    Voir toutes les nouvelles du pétrole aux Etats-Unis

    mardi 10 mai 2022

    Les États-Unis ont demandé à la société brésilienne Petrobra…

    Rio de Janeiro: En mars, des responsables du gouvernement américain ont demandé à la compagnie pétrolière publique brésilienne Petrobras si elle pouvait...

    jeudi 21 avril 2022

    Hydrocarbures russe: Janet Yellen inquiète des répercussions…

    Washington: Une interdiction par l'Europe des importations de gaz et pétrole russes risque de faire flamber les prix de l'énergie dans le...

    vendredi 01 avril 2022

    Biden assure que plus de 30 pays vont puiser dans leurs rése…

    Washington: Le président américain Joe Biden a assuré vendredi que "plus de 30 pays" allaient suivre les Etats-Unis et puiser dans leurs...

    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mercredi 18 mai 2022 à 21:21

    Net recul pour le pétrole, la santé de l'économie mondiale p…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont été aspirés mercredi par un vent d'anxiété sur les marchés financiers, nourri par des...

    mercredi 18 mai 2022 à 18:28

    Le pétrole dévisse, rattrapé par l'inflation

    New York: Les prix du pétrole flanchaient mercredi, rattrapés par les tensions inflationnistes dans le monde et les craintes d'une récession, qui...

    mercredi 18 mai 2022 à 17:33

    USA: baisse inattendue des stocks de pétrole, la demande est…

    NYC / Stocks aux USA: Les réserves commerciales de pétrole brut aux Etats-Unis ont fortement reculé la semaine dernière, selon les chiffres...

    mercredi 18 mai 2022 à 11:11

    Le pétrole grimpe avant les réserves de brut américaines

    Londres: Les prix du pétrole étaient en hausse mercredi, poussés par les risques de rupture d'approvisionnement en hydrocarbures russes et de bons...

    mardi 17 mai 2022 à 21:56

    Le pétrole recule, ouverture au Venezuela et possible revire…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole se sont repliés mardi, avec la perspective, encore lointaine, d'une possible reprise des exportations vénézueliennes...

    mardi 17 mai 2022 à 16:26

    Sanctions: la Russie va devoir réorganiser son secteur des h…

    Moscou: La Russie va devoir réorganiser son secteur énergétique face aux sanctions européennes, a jugé mardi Vladimir Poutine, mais il a estimé...

    mardi 17 mai 2022 à 16:05

    TotalEnergies: nouvelle exploitation dans le Golfe du Mexiqu…

    Paris: Le groupe pétrolier français TotalEnergies a annoncé mardi qu'il démarrerait en 2025 l'exploitation du champ de Ballymore situé au large du...

    mardi 17 mai 2022 à 15:56

    Impossible pour certains pays de l'UE d'abandonner le pétrol…

    Moscou: Le président russe Vladimir Poutine a déclaré mardi qu'il était impossible pour certains pays européens d'abandonner rapidement le pétrole russe, comme...

    mardi 17 mai 2022 à 11:32

    Le pétrole se stabilise, le projet d'embargo de l'UE toujour…

    Londres: Les prix du brut étaient en pause mardi, les négociations de l'Union européenne autour d'un embargo sur le pétrole russe étant...

    Toute l'actualité du pétrole et des cours du baril

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Mardi 17 mai 2022 La Hongrie a chiffré lundi à 15-18 milliards d'euros le coût d'un arrêt de ses achats de pétrole russe pour expliquer sa demande d'exemption des approvisionnements par oléoduc du projet d'embargo pétrolier de l'UE.

    📈 En mars 2022, les prix du pétrole accélèrent fortement

    Le mardi 26 avril 2022 - Analyses des prix du pétrole

    En mars 2022, le prix du pétrole en euros accélère vivement (+24,7 % après +11,6 % en février). Les prix en euros des matières premières importées (hors énergie) accélèrent fortement eux aussi (+9,3 % après +3,8 %), qu'il s'agisse des prix des matières premières industrielles (+10,9 % après +5,1 %) ou de ceux des matières premières alimentaires (+7,7 % après +2,6 %). Le prix du pétrole accélère très fortement En mars 2022, le prix en dollars du baril de pétrole brut de la mer du Nord (Brent) bondit (+21,1 % après +11,9 %), s’établissant en moyenne à 117,2...

    Lire la suite

    🇪🇺 D'où proviennent les importations de pétrole de l'Union européenne (UE) ?

    Le lundi 28 mars 2022 - Analyses des prix du pétrole

    La Russie n'est pas seulement l'un des plus grands exportateurs de produits énergétiques au monde (le deuxième exportateur mondial de pétrole brut), mais elle est aussi le plus grand fournisseur de ces combustibles en Europe.Un examen plus approfondi des importations d'énergie révèle que la Russie est le principal fournisseur en pétrole brut de l'Union européenne (ainsi que de charbon et de gaz naturel).

    Lire la suite

    📅 Les dates qui ont vu le pétrole flamber à plus de 100 dollars

    Le jeudi 24 février 2022 - Analyses des prix du pétrole

    Le prix du baril de pétrole a dépassé les 100 dollars jeudi pour la première fois en plus de sept ans, après que le président russe Vladimir Poutine a annoncé une "opération militaire" en Ukraine. Retour sur les précédents épisodes lors desquels le baril a franchi le seuil symbolique des 100 dollars.

    Lire la suite