Menu
A+ A A-

Le pétrole Brent au-dessus de 110 dollars, poussé par le projet d'embargo

cours du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole se sont envolés mercredi, sous l'effet de la présentation d'un projet d'embargo de l'Union européenne sur les importations russes, qui laisse présager des tensions accrues sur l'offre.
Le contrat de référence pour le prix du baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord, avec échéance en juillet, a gagné 4,92% pour finir à 110,14 dollars, son plus haut niveau depuis deux semaines et demi. Le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain pour livraison en juin, a lui pris 5,27%, à 107,81 dollars.

Pour Andy Lipow, du cabinet Lipow Oil Associates, "le marché s'est relancé avec la baisse des stocks américains" de produits pétroliers, mais surtout "la décision de l'UE d'aller vers un embargo sur le pétrole russe".

La Commission européenne a transmis, dans la nuit de mardi à mercredi, aux pays membres une proposition de nouvelles sanctions contre la Russie, qui contenait la suspension totale des importations de brut dans les six mois et des produits raffinés d'ici fin 2022.

Lors d'une première réunion mercredi, plusieurs Etats membres ont exprimé leur "préoccupation" vis-à-vis du projet, a confié un diplomate européen à l'AFP.

Bien que s'étant vue proposer une dérogation, comme la Slovaquie, la Hongrie a d'entrée rejeté le texte, qu'elle dit ne pas pouvoir soutenir "dans sa forme actuelle", selon le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto.

"Dans la mesure où l'unanimité est requise (pour adopter le projet), il est probable que cela aboutisse à une version très édulcorée, compte tenu de la position actuelle de la Hongrie", a estimé, dans une note, Bjornar Tonhaugen, analyste du cabinet Rystad Energy.

Les opérateurs s'inquiétaient au moins autant d'un autre volet du projet qui prévoit l'interdiction pour les navires européens de transporter du pétrole ou des produits raffinés russes.


"Ces sanctions sur les navires devraient peser sur les exportations russes beaucoup plus tôt que le délai de six mois évoqué par l'Union européenne", avertit Andy Lipow.

Leur spectre pourrait, en outre, aller au-delà des seules cargaisons vers l'UE et toucher une bonne partie du transport de pétrole en provenance de Russie, toutes destinations confondues, y compris l'Asie, en bonne partie assuré par des tankers européens.

Pour Andy Lipow, les cours ont aussi été renforcés par la baisse marquée des stocks américains de brut (-1,8 million de barils en net), le recul des réserves stratégiques faisant plus que compenser l'augmentation des stocks commerciaux (+1,3 million), selon le rapport hebdomadaire de l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA).

Autre élément de soutien au marché, la diminution importante des stocks d'essence et de produits distillés, principalement du gasoil, déjà à des niveaux faibles, du fait du ralentissement du raffinage.

Les stocks pourraient encore se replier d'ici fin mai, prévient Andy Lipow, car de nombreuses raffineries américaines font l'objet d'opérations de maintenance.

Les intervenants attendaient avec flegme la réunion des ministres membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés de l'accord OPEP+, jeudi.

"Le marché a déjà intégré l'idée qu'ils vont simplement continuer à suivre leur plan", qui prévoit une augmentation d'environ 400.000 barils par jour d'un mois sur l'autre.

(c) AFP

Commenter Le pétrole Brent au-dessus de 110 dollars, poussé par le projet d'embargo



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 12 avril 2024 à 21:50

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    New York: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective d'une...

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    vendredi 12 avril 2024 à 16:57

    Le pétrole au plus haut depuis octobre, le marché scrute les…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le...

    vendredi 12 avril 2024 à 12:47

    Le pétrole soutenu par le risque géopolitique, le marché scr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le conflit...

    vendredi 12 avril 2024 à 11:21

    La croissance de la demande de pétrole continue de "s'e…

    Paris: L'appétit du monde pour le pétrole "continue de s'essouffler" sous l'effet de l'électrification du parc automobile et de la fin du...

    jeudi 11 avril 2024 à 16:10

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    jeudi 11 avril 2024 à 15:00

    Le pétrole oscille, entre le risque géopolitique et les stoc…

    New York: Les prix du pétrole hésitaient jeudi, pris entre les feux croisés de facteurs baissiers, comme la hausse des stocks hebdomadaires...

    jeudi 11 avril 2024 à 12:05

    Le pétrole grimpe avec le risque géopolitique malgré les sto…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, les investisseurs ayant les yeux rivés sur les possibles perturbations de l'approvisionnement en raison de...

    jeudi 11 avril 2024 à 10:35

    ExxonMobil réduit ses activités en France et supprime 677 em…

    Paris: Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé jeudi une réduction de ses activités à Port-Jérôme (Normandie), qui "devrait entraîner la suppression...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📈 Le prix du baril dépassera-t-il les 100$ ? Il l'a déjà fait dans certains marchés

    Le mardi 19 septembre 2023

    Londres: Alors que les opérateurs de marché se focalisent sur la hausse du prix du Brent, qui se rapproche des 100 dollars le baril, certaines références de brut se négocient déjà au-dessus de ce seuil, illustrant les inquiétudes sur le manque d'offre de pétrole.

    Lire la suite

    🛢️ Pour l'Opep, le pétrole a encore des décennies de croissance devant lui

    Le lundi 09 octobre 2023

    Paris: Pas de répit dans la demande d'or noir: l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'attend à une hausse continue de la demande mondiale de pétrole d'ici à 2045, selon de nouvelles projections à rebours des efforts requis pour limiter le réchauffement planétaire.

    Lire la suite

    📊 Pourquoi le baril devrait rester cher pour des années

    Le jeudi 24 novembre 2022

    La semaine dernière, le prix du gaz pour livraison immédiate est descendu dans le négatif pendant quelques minutes… Le gaz arrive en quantité inédite par mer. En raison du manque de capacité des infrastructures, et les soucis dans l'industrie, le gaz ne trouve pas du tout d’acheteur en ce moment. Mais le pétrole offre un marché différent. Il a besoin de moins d’infrastructures que le gaz (plus dur à transporter et à décharger). Pour cette raison, le pétrole n’a pas connu les fluctuations du même niveau que celles du gaz cette...

    Lire la suite