Logo

Le pétrole se stabilise, les vents contraires se neutralisent

cours du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé sur une note contrastée mercredi, proches de leurs niveaux de clôture de la veille, pris dans des courants contraires liés à la demande qui ont fini par le neutraliser.
Le prix du baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en juin a cédé 0,41% et fini à 106,80 dollars.

A New York, le baril de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain avec échéance en mai, dont c'était le dernier jour d'utilisation comme contrat de référence, a lui gagné 0,18%, à 102,75 dollars.

"Je suis surpris que nous n'ayons pas eu plus de réaction" à la publication du rapport sur les stocks américains, a commenté James Williams, du cabinet WTRG Economics.

Les réserves commerciales de brut américain ont reflué de 8,02 millions de barils durant la semaine achevée le 15 avril, selon l'Agence américaine d'information sur l'énergie (EIA), une surprise pour les analystes qui tablaient sur une hausse de 3 millions.

Pour Matt Smith, analyste de Kpler, ce nouveau mouvement brutal d'une ampleur inhabituelle est lié à l'accélération de l'activité des raffineries américaines, à des importations relativement modérées et à un bond des exportations.

La hausse de 30% de ces dernières (par rapport à la moyenne des quatre semaines précédentes) est, selon lui, "tirée par l'Europe", qui se tourne vers le pétrole américain pour compenser la baisse des exportations russes.

Signe que la demande accélère aux États-Unis, le prix de l'essence a recommencé à grimper, après plusieurs semaines de repli.


Mais le marché avait encore en tête la révision à la baisse, mardi, de l'estimation de la croissance mondiale par le Fonds monétaire internationale (FMI), de 4,4% à 3,6%, selon Carsten Fritsch, analyste de Commerzbank.

Plus encore que ce chiffre, ou la guerre en Ukraine, "le premier facteur qui empêche les prix de monter sont les confinements en Chine", a fait valoir James Williams.

Craig Botham, économiste du cabinet Pantheon Macroeconomics, a souligné que la paralysie de plusieurs grandes villes du pays, en particulier Shanghai, commence déjà à produire des effets sur certains des grands partenaires asiatiques de la Chine.

Le Japon a notamment vu ses exportations vers la Chine se tasser nettement en mars.

"Il est possible qu'on voie s'installer une humeur baissière du fait de la situation de la demande", estime Michael Lynch, président du cabinet Strategic Energy Economic Research (SEER).

(c) AFP

Commenter Le pétrole se stabilise, les vents contraires se neutralisent

graphcomment>