Logo

Le pétrole dévisse après l'annonce de Biden, qui va libérer 180 millions de barils

cours de cloture du petroleCours de clôture: Les cours du pétrole ont plongé jeudi après l'annonce du président des États-Unis Joe Biden, qui s'est engagé à puiser plus de 180 millions de barils dans les réserves stratégiques américaines pour soulager le marché.
Le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai, dont c'était le dernier jour d'utilisation, a lâché 4,88% pour terminer à 107,91 dollars.

À New York, le baril de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.), avec échéance le même mois, a lui chuté de 6,99%, à 100,28 dollars.

Joe Biden a indiqué, lors d'un discours à la Maison Blanche, qu'un million de barils seraient injectés quotidiennement au cours des six prochains mois, soit plus de 180 millions de barils, "afin d'augmenter l'approvisionnement (...) jusqu'à ce que la production accélère, plus tard cette année".

Il s'agit de la plus importante ponction dans les réserves stratégiques américaines, dont le niveau était déjà au plus bas depuis près de 20 ans (mai 2022).

"La dernière utilisation des réserves (50 millions de barils annoncés en novembre) n'était pas assez conséquente et a été complètement occultée", a rappelé Matt Smith, analyste du cabinet Kpler. "Donc cette fois, ils ont voulu frapper fort."

Pour autant, "est-ce vraiment la peine de lâcher un million de barils par jour pour n'obtenir qu'une baisse de 5 dollars (le baril) ?", s'est-il interrogé. "On aurait pu penser qu'une annonce comme celle-là aurait suscité plus de réaction" des cours.


"Si cette utilisation des réserves va certainement aider à détendre le marché à court terme, cela n'apporte pas de solution à long terme", a également tempéré, dans une note, Bart Melek, de TD Securities.

Pour lui, cette initiative pourrait "accroître, à l'avenir, les risques structurels liés aux capacités inutilisées", a-t-il poursuivi.

Selon Matt Smith, ces nouveaux barils issus des réserves stratégiques pourraient arriver sur le marché "d'ici une semaine ou deux". Pour autant, acheminer de tels volumes en continu "pourrait être délicat" techniquement, prévient-il.

L'annonce de Joe Biden a relégué au second plan la décision des membres de l'Organisation des pays producteurs de pétrole (OPEP) et de leurs alliés de l'OPEP+.

À l'issue de leur réunion, les alliés ont décider de relever leur production quotidienne de 423.000 barils, maintenant le cap défini en juillet dernier, malgré les appels à une augmentation supérieure alors que le baril se maintient au-dessus de 100 dollars.

"C'était déjà intégré par le marché", selon Matt Smith.

(c) AFP

Commenter Le pétrole dévisse après l'annonce de Biden, qui va libérer 180 millions de barils

graphcomment>