Logo

Les prix du pétrole repartent de l'avant, après leur chute de mardi

cours du petroleZurich: Les prix du pétrole se ressaisissaient mercredi, après avoir plongé dans le rouge la veille pour un deuxième jour consécutif face aux progrès annoncés dans les négociations entre l'Ukraine et la Russie et aux confinements ordonnés en Chine. En attendant la "réduction de l'activité militaire" prévue par Moscou à l'issue des discussions, la prudence reste de mise tant à Kiev que dans les capitales occidentales.
Vers 08h25, le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord, la référence européenne, pour livraison en mai, se négociait à 111,81 dollars, en hausse de 1,43%. La veille au soir il valait 110,23 dollars, un cours en repli de 2%. Quant aux 159 litres de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain pour livraison le même mois, ils valaient 105,86 dollars, en progression de 1,55%, après avoir perdu mardi soir 1,62% à 104,24 dollars après un bref passage sous le seuil symbolique de 100 dollars.

"La première réunion en deux semaines entre la Russie et l'Ukraine pour discuter de la paix a affecté le sentiment du marché", a indiqué Vinicius Romano de Rystad Energy, alors que la Russie s'est engagée à "réduire considérablement" les activités militaires dans la capitale ukrainienne, Kiev. Le chef de la délégation russe, Vladimir Medinski, a fait état de "discussions substantielles", après cette nouvelle session de pourparlers organisée en Turquie.

"C'est la première fois dans ce conflit que nous voyons des indications d'un quelconque assouplissement de l'action militaire du côté russe", a noté auprès de l'AFP Bjarne Schieldrop, analyste chez SEB. Les conditions sont désormais "suffisantes" pour une première rencontre entre le président ukrainien Volodymyr Zelensky et son homologue russe Vladimir Poutine depuis le début de l'invasion russe, le 24 février, a également affirmé mardi le négociateur en chef ukrainien.

Les cours de l'or noir ont fortement chuté en journée face à ces bonnes nouvelles, perdant jusqu'à 5%, mais ils ont regagné un peu de terrain une fois que le vent d'optimisme s'est apaisé, notamment lorsque le président américain Jo Biden a déclaré que les Occidentaux attendaient de voir si la Russie "tenait parole" sur la réduction de son activité militaire.

"Nous pouvons dire que les signaux que nous entendons dans les négociations sont positifs, mais ils ne font pas oublier les explosions ou les obus russes", a affirmé mardi M. Zelensky dans un message-vidéo. Et après environ cinq semaines de guerre, des milliers de victimes et des millions de réfugiés, la prudence reste également de mise au sein de l'état-major ukrainien.

Pour Craig Erlam, analyste chez Oanda, l'avancée des négociations éloigne notamment le spectre d'un embargo européen sur les hydrocarbures russes, apaisant ainsi les craintes sur l'approvisionnement en or noir.

En parallèle, le confinement de la moitié de Shanghai, combinée à l'augmentation des cas de Covid-19 en Chine, a ravivé les craintes que la nouvelle crise sanitaire s'étende et pèse davantage sur la demande chinoise de pétrole, a expliqué Ipek Ozkardeskaya, analyste pour la banque en ligne Swissquote.


Shanghai, métropole de 25 millions d'habitants, est devenue ces derniers jours l'épicentre chinois d'une nouvelle vague de contaminations, liée au variant Omicron.

(c) AFP

Commenter Les prix du pétrole repartent de l'avant, après leur chute de mardi

graphcomment>