Menu
A+ A A-

Les prix du pétrole stables, après les sommets de Bruxelles

cours du petroleZurich: Les prix du pétrole demeuraient quasiment stables vendredi, après le repli accusé la veille, aucune des rencontres internationales tenues à Bruxelles n'ayant pour l'heure débouché sur des sanctions européennes contre les hydrocarbures russes. Les dirigeants occidentaux envisagent en revanche des mesures visant à augmenter l'offre d'or noir.
Vendredi vers 07h50, le baril de Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai notait à 119,38 dollars, en hausse de 0,29%. Jeudi soir les 159 litres se négociaient à 119,03 dollars, en repli de 2,11%. En l'espace d'une semaine, ils ont toutefois bondi de près de 11% et de 22% sur un mois, sans compter un envol de 84% sur un an.

Quant au baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain pour livraison le même mois, il valait vendredi 112,54 dollars, en progression de 0,18%, après avoir cédé la veille 2,26% à 112,34 dollars. En variation hebdomadaire, le cours affiche une hausse de 8,7% et de près de 20% et 84% sur respectivement un mois et une année.

La série de grands rendez-vous internationaux - un sommet de l'Otan, un sommet du G7 et le sommet de l'Union européenne (UE) - où les différents chefs d'État et de gouvernement ont décidé jeudi de nouvelles salves de sanctions contre Moscou n'a pas alarmé les marchés de l'or noir. Washington a visé le monde politique russe, des oligarques et l'industrie de défense, en réponse à l'invasion de l'Ukraine.

Nouvelles sanctions

Les États-Unis ont notamment ordonné un gel des avoirs américains de 328 députés de la Douma, le parlement russe, et de l'institution elle-même ainsi que de 48 "grandes entreprises publiques" du secteur de la défense. Les dirigeants des pays du G7 et de l'Union européenne veulent également continuer à empêcher la banque centrale russe d'utiliser les réserves internationales, y compris en or, afin de bloquer le financement de la guerre.

Mais les sanctions ne comprennent pour le moment "pas d'embargo pétrolier de la part de l'UE, car un certain nombre de pays fortement dépendants du pétrole russe, comme l'Allemagne, s'y sont opposés", explique Carsten Fritsch, analyste chez Commerzbank.

Les importations russes assurent à l'Europe 40% de ses besoins en gaz naturel et 30% pour le pétrole.

Par ailleurs, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) qui regroupe une trentaine de pays pour la plupart importateurs de pétrole, envisage, selon son directeur Fatih Birol, de libérer une nouvelle tranche de ses réserves d'urgence afin d'être moins dépendants du pétrole russe.

Cette perspective a fait baisser les cours jeudi: "le marché anticipait qu'il y aurait un second tirage sur ces réserves", a indiqué Andrew Lebow de Commodity Research Groupe. "Ils n'ont pas encore cité de volume, on ne sait pas si ce sera à nouveau 60 millions de barils, mais ce qui sera clé pour l'Europe qui a notamment besoin de diesel", a indiqué l'analyste.

Production canadienne en hausse

Les membres de l'AIE avaient déjà relâché début mars quelque 60 millions de barils, soit 4% de ces stocks. Autre nouvelle de nature à tempérer la hausse des cours, Le Canada, quatrième producteur mondial de pétrole, a annoncé jeudi une augmentation d'environ 5% de ses exportations de pétrole pour répondre "aux demandes d'aide" de ses "alliés, aux prises avec des pénuries" en raison du conflit en Ukraine.


Enfin, en parallèle, "des nouvelles contradictoires sur la perspective d'un accord sur le nucléaire iranien ont perturbé les marchés", a indiqué Michael Hewson, analyste pour CMC Markets. Les États-Unis avaient affirmé lundi être "prêts à prendre des décisions difficiles" pour sauver l'accord visant à empêcher l'Iran de se doter de l'arme nucléaire.

Mais cet optimisme semble s'être dissipé: Washington évoque à nouveau ouvertement la possibilité d'un échec des négociations, menaçant l'Iran de recourir à un plan B aux contours encore vagues. "Un accord de ce genre n'est ni imminent ni certain", a toutefois estimé mardi le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price.

Une issue positive des négociations entraînerait la levée des sanctions contre l'Iran et permettrait son retour à pleine capacité d'exportation sur le marché du pétrole.

(c) AFP

Commenter Les prix du pétrole stables, après les sommets de Bruxelles



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    vendredi 12 avril 2024 à 21:40

    Le pétrole à un sommet de plus de cinq mois, le Moyen-Orient…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole sont montés vendredi à un sommet de plus de cinq mois, dopés par la perspective...

    vendredi 12 avril 2024 à 16:57

    Le pétrole au plus haut depuis octobre, le marché scrute les…

    Londres: Les prix du pétrole grimpaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le...

    vendredi 12 avril 2024 à 12:47

    Le pétrole soutenu par le risque géopolitique, le marché scr…

    Londres: Les prix du pétrole montaient vendredi, soutenus par le risque géopolitique, les investisseurs craignant des perturbations de l'approvisionnement mondial si le conflit...

    vendredi 12 avril 2024 à 11:21

    La croissance de la demande de pétrole continue de "s'e…

    Paris: L'appétit du monde pour le pétrole "continue de s'essouffler" sous l'effet de l'électrification du parc automobile et de la fin du...

    jeudi 11 avril 2024 à 16:10

    L'Opep maintient ses prévisions de progression de la demande…

    Vienne: L'appétit pour les transports, notamment aériens, devrait continuer à soutenir la demande mondiale d'or noir en 2024, indique jeudi l'Opep dans...

    jeudi 11 avril 2024 à 15:00

    Le pétrole oscille, entre le risque géopolitique et les stoc…

    New York: Les prix du pétrole hésitaient jeudi, pris entre les feux croisés de facteurs baissiers, comme la hausse des stocks hebdomadaires...

    jeudi 11 avril 2024 à 12:05

    Le pétrole grimpe avec le risque géopolitique malgré les sto…

    Londres: Les prix du pétrole progressaient jeudi, les investisseurs ayant les yeux rivés sur les possibles perturbations de l'approvisionnement en raison de...

    jeudi 11 avril 2024 à 10:35

    ExxonMobil réduit ses activités en France et supprime 677 em…

    Paris: Le géant pétrolier américain ExxonMobil a annoncé jeudi une réduction de ses activités à Port-Jérôme (Normandie), qui "devrait entraîner la suppression...

    mercredi 10 avril 2024 à 20:55

    Le pétrole en hausse malgré le bond des stocks et l'inflatio…

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont enregistré un gain, mercredi, la menace d'une escalade entre Iran et Israël l'emportant sur...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Jeudi 28 mars 2024 La banque internationale Standard Chartered estime que le resserrement des marchés pétroliers continuera à alimenter la hausse des prix du pétrole et prévoit que le Brent atteindra une moyenne de 94 dollars le baril au cours du deuxième trimestre 2024.

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📈 L'Opep+ garde son cap pour soutenir les prix du pétrole

    Le mercredi 04 octobre 2023

    Vienne: Un panel de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et de leurs alliés (Opep+) a recommandé mercredi de maintenir la stratégie actuelle de baisse de production, renforcée par les coupes saoudiennes et russes, dans le but de soutenir les cours.

    Lire la suite

    🇨🇳 Augmentation de la demande de pétrole chinoise et future hausse du prix du baril

    Le jeudi 23 mars 2023

    New York: Les analystes de Goldman Sachs ont prédit une augmentation des prix du pétrole dans les 12 prochains mois en raison de l'augmentation de la demande en Chine, qui devrait atteindre plus de 16 millions de barils par jour au cours de cette période.

    Lire la suite