Logo

Le pétrole calme avant une série de sommets internationaux déterminants

cours du petroleLondres: Les prix du pétrole marquaient une pause après une semaine de hausse, alors que les yeux du marchés sont rivés sur une série de sommets internationaux qui pourraient déboucher sur de nouvelles sanctions occidentales contre Moscou.
Vers 11H30 GMT (12H30 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai cédait 0,26% à 121,28 dollars et le baril de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison le même mois perdait 0,40% à 114,47 dollars.

"Après une période de forte volatilité, le marché pétrolier profite d'un moment de calme", commente Victoria Scholar, analyste chez Interactive investor.

Cette pause pourrait être de très courte durée, les facteurs haussiers se multipliant. Un sommet de l'Otan, un sommet du G7 et le sommet de l'Union européenne se tiennent jeudi, où les différents chefs d'État et de gouvernement pourraient prévoir une nouvelle salve de sanctions contre Moscou, à la suite de l'invasion de l'Ukraine.

Le président américain Joe Biden, qui participe à ces trois rendez-vous, a déjà annoncé que les Occidentaux allaient adopter "de nouvelles sanctions contre la Russie et renforcer" celles déjà en place.

"Celles-ci ne comprendront probablement pas d'embargo pétrolier de la part de l'UE, car un certain nombre de pays fortement dépendants du pétrole russe, comme l'Allemagne, s'y sont opposés", explique Carsten Fritsch, analyste chez Commerzbank.

Les importations russes assurent à l'Europe 40% de ses besoins en gaz naturel et 30% pour le pétrole.

Les inquiétudes autour du gaz naturel se sont toutefois "partiellement dissipées après que le Qatar a accepté de fournir du gaz à l'Europe", indique Ipek Ozkardeskaya, analyste chez Swissquote, "mais cet accord est une solution à long terme et le sevrage du pétrole russe ne sera pas immédiat".


Le chef de l'État russe Vladimir Poutine a annoncé mercredi que la Russie n'accepterait plus de paiements en dollars ou en euros pour les livraisons de gaz à l'UE.

Autre élément de soutien au marché: la chute inattendue des stocks américains de pétrole brut et d'essence. La baisse a atteint 6,7 millions de barils en une semaine, en combinant les réserves stratégiques et commerciales.
"Avec la diminution des stocks américains et les pourparlers de paix entre la Russie et l'Ukraine au point mort, nous pourrions assister à une poursuite de la hausse des prix" poursuit Victoria Scholar.

(c) AFP

Commenter Le pétrole calme avant une série de sommets internationaux déterminants

graphcomment>