Logo

Le pétrole prolonge sa hausse, les négociations patinent en Ukraine

cours du petroleLondres: Les cours du pétrole poursuivaient leur hausse vendredi, consolidant leur prix au dessus des 100 dollars le baril, dopés par la guerre en Ukraine qui se poursuit et l'enlisement des négociations entre Moscou et Kiev.
Vers 10H40 GMT (11H40 HEC), le baril de BrentBRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. de la mer du Nord pour livraison en mai prenait 1,01% à 107,72 dollars.

Le baril de West Texas Intermediate (WTIWTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) pour livraison en avril gagnait 1,13% à 104,14 dollars.

"L'incertitude créée par la perspective d'un conflit prolongé, qui pourrait conduire à des sanctions plus strictes sur les exportations de pétrole russe, est à l'origine de la dernière escalade des prix", explique Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

"Les pourparlers entre la Russie et l'Ukraine se sont enlisés, dissipant une partie de l'espoir du début de semaine que les efforts diplomatiques pourraient conduire à une désescalade du conflit", poursuit-il.

Le président russe a accusé vendredi l'Ukraine de "faire traîner" les pourparlers sur le conflit et a estimé que Kiev avait des demandes "pas réalistes".

L'armée russe et ses alliés séparatistes combattent désormais dans le centre-ville de Marioupol, un port ukrainien stratégique assiégé dans le sud-est du pays, a annoncé vendredi le ministère russe de la Défense.

Les environs de l'aéroport de Lviv, dans l'ouest de l'Ukraine, ont été touchés vendredi matin par des "missiles" russes, selon le maire de la ville.


Par ailleurs, "les prévisions de mercredi de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont probablement eu un impact considérable", affirme Carsten Fritsch de Commerzbank.

Dans son rapport mensuel, l'agence estime que 3 millions de barils par jour de pétrole russe pourraient être indisponibles à partir d'avril, un volume qui pourrait augmenter si les sanctions contre Moscou deviennent plus sévères.

La Russie est le deuxième exportateur mondial de brut.

L'AIE a par ailleurs vendredi appelé à réduire rapidement la consommation de pétrole, face au risque de choc causé par l'invasion russe en Ukraine.

Elle a également renouvelé un appel du pied à l'Organisation des pays exportateurs de pétrole et ses alliés (OPEP+) à "soulager le marché", soit augmenter significativement leur production de brut.

Mais si les deux références de l'or noir "semblent reprendre leur ascension", "la reprise du pétrole pourrait toutefois être limitée par les derniers confinements en Chine, qui risquent de réduire la demande de cette matière première", tempère Han Tan, analyste chez Exinity.

La Chine est le premier importateur d'or noir.

Le président chinois Xi Jinping a ordonné jeudi de poursuivre la politique du zéro Covid, au moment où la Chine est confrontée à son pire regain épidémique depuis la première vague de 2020, douchant les espoirs d'assouplissement des mesures de restriction.

(c) AFP

Commenter Le pétrole prolonge sa hausse, les négociations patinent en Ukraine

graphcomment>