Menu
A+ A A-

Le pétrole Brent clôture en-dessous de 100 dollars, 1ère depuis trois semaines

cours du petroleCours de clôture: Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai a clôturé mardi en-deçà de 100 dollars pour la première fois depuis le deuxième jour de l'invasion de l'Ukraine, il y a presque trois semaines, dans un marché préoccupé par un ralentissement économique en Chine.
Le prix de référence pour cette variété de pétrole a reculé de 6,53%, pour terminer à 99,91 dollars, tandis que le baril de West Texas Intermediate (WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie.) américain pour livraison en avril a lui cédé 6,37%, à 96,44 dollars.

"Après avoir chuté de plus de 20% par rapport aux sommets de la semaine dernière, le pétrole brut est entré dans le territoire du marché baissier", a commenté Fawad Razaqzada, analyste chez ThinkMarkets.

"C'est la Chine qui a eu le plus gros impact" sur les prix mardi, a fait valoir Stephen Schork analyste et auteur du Schork Report. La décision de la Chine d'ordonner le confinement de dizaines de millions de personnes pour contenir des foyers de Covid "suscite clairement des inquiétudes sur le marché quant à la demande."

La Chine est, de très loin, le premier importateur mondial de pétrole, avec un peu plus de 10 millions de barils par jour.

"Le risque sur la demande chinoise est réel", a abondé, dans une note, Louise Dickson, analyste du cabinet Rystad Energy, qui a évoqué une baisse potentielle de la consommation d'un demi-million de barils par jour liée aux confinements.

L'analyste prévient néanmoins que si, à court terme, un ralentissement de la demande chinoise est de nature à faire baisser les cours de l'or noir, elle pourrait, à plus long terme, aggraver les problèmes d'approvisionnement avec de nouvelles fermetures d'usines et générer davantage d'inflation.

"La Chine a, par le passé, montré sa capacité à contenir rapidement la propagation (du virus), et l'impact sur la demande d'énergie ne s'est manifesté qu'à court terme", fait valoir Bart Melek, responsable de la stratégie matières premières chez TD Securities.


En attendant le rebond

Les cours de l'or noir ont aussi redescendu en réaction aux espoirs "que les pourparlers entre la Russie et l'Ukraine puissent conduire à une désescalade du conflit", selon Ricardo Evangelista, analyste chez ActivTrades.

Une résolution du conflit en Ukraine "pourrait conduire à des sanctions moins sévères à l'encontre de la Russie et alléger les pressions sur l'offre", poursuit-il.

La Russie est le deuxième exportateur de pétrole brut au monde.

"Le marché était en surchauffe", selon Stephen Schork. "Il avait grimpé tellement vite qu'il était mûr pour un repli, une correction."

Le 7 mars dernier, les cours avaient atteint un record depuis 2008, à 139,13 dollars pour le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole. et 130,50 pour le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie..

Si les deux références de l'or noir ont dévissé depuis avec une décrue de la "prime de risque" sur l'approvisionnement représentée par la guerre en Ukraine, ils restent en hausse de plus de 46% sur un an.

Selon M. Schork, après s'être replié de près de 22% en une semaine, le Brent BRENT Le Brent ou brut de mer du nord, est une variation de pétrole brut faisant office de référence en Europe, coté sur l'InterContinentalExchange (ICE), place boursière spécialisée dans le négoce de l'énergie. Il est devenu le premier standard international pour la fixation des prix du pétrole., comme le WTI WTI Le West Texas Intermediate (WTI), aussi appelé Texas Light Sweet, est une variation de pétrole brut faisant office de standard dans la fixation du cours du brut et comme matière première pour les contrats à terme du pétrole auprès du Nymex (New York Mercantile Exchange), la bourse spécialisée dans l'énergie., approche d'une zone de résistance technique, entre 90 et 100 dollars, qui pourrait permettre un rebond.

Autre facteur contribuant à la baisse mardi: la Russie a assuré avoir reçu de Washington la garantie que les sanctions la visant à cause de l'Ukraine ne concerneraient pas sa coopération avec Téhéran, semblant lever un obstacle à la relance de l'accord sur le nucléaire iranien.

Une issue positive des négociations entraînerait la levée des sanctions contre l'Iran, membre fondateur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

La participation au marché de l'Iran est fortement limitée depuis 2018 et le rétablissement des sanctions économiques américaines par l'administration de Donald Trump.

Un retour de l'Iran à pleine capacité d'exportation pourrait renverser l'état actuel de l'offre mondiale d'or noir. En 2020, le pays produisait près de 2 millions de barils par jour mais n'en exportait que 404.500, d'après le site de l'OPEP.

(c) AFP

Commenter Le pétrole Brent clôture en-dessous de 100 dollars, 1ère depuis trois semaines



    Communauté prix du baril


    Les dernières actualités des prix du pétrole

    mardi 18 juin 2024 à 22:30

    Le pétrole poursuit l'élan de la veille et termine en hausse

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont terminé en hausse mardi, sur la lancée de la remontée de la veille, les...

    mardi 18 juin 2024 à 17:15

    Le pétrole se reprend, les appréhensions sur la demande s'ap…

    New York: Les cours du pétrole remontent mardi, les analystes misant sur une reprise de la demande à la saison estivale, qui...

    mardi 18 juin 2024 à 12:20

    Le pétrole en petite baisse, appréhensions sur la demande

    Londres: Les cours du pétrole s'affaissaient légèrement mardi, retombant après leur poussée de la veille, de nouveau plombés par des inquiétudes sur...

    mardi 18 juin 2024 à 11:30

    ⛽️ Les prix des carburants continuent de baisser, le diesel …

    Carburants: Les prix des carburants ont continué leur tendance baissière pour la 8ème semaine d'affilée, avec un gazole qui bien qu'en légère hausse, s'affiche...

    lundi 17 juin 2024 à 21:30

    Le pétrole se cabre, les achats spéculatifs reprennent

    Cours de clôture: Les cours du pétrole ont sursauté, lundi, dans un marché pourtant privé de nouvelles d'importance, à cause d'un mouvement...

    lundi 17 juin 2024 à 16:00

    💶 Dévaluation de devise : protection des actions du pétrole …

    Paris: Dans son service d’investissement, Henry Bonner introduit ce mois-ci une nouvelle recommandation à ses abonnés : un producteur de pétrole et de...

    lundi 17 juin 2024 à 13:25

    Le pétrole hésite, entre usines chinoises au ralenti et espo…

    Londres: Les cours du pétrole hésitaient lundi, pris entre les feux d'une production industrielle ralentie en Chine, mauvais signal pour la demande en...

    vendredi 14 juin 2024 à 22:05

    Le pétrole indécis, entre inflation, évolution des taux et s…

    Cours de clôture: Les prix du pétrole ont hésité vendredi pour terminer en léger repli, cherchant des signes favorables du côté de...

    vendredi 14 juin 2024 à 14:25

    Le pétrole hésite, entre possibles baisses de taux et stocks…

    Londres: Les prix du pétrole oscillent vendredi, portés par le renforcement des attentes de réductions des taux d'intérêts américains, susceptibles de favoriser...

    Toute l'actualité du baril et des cours du pétrole

    Les analyses des Prix du pétrole les plus récentes

    Chiffres du jour

    Vendredi 14 juin 2024 Les cours du pétrole pourraient enregistrer une hausse hebdomadaire malgré des données mitigées sur la demande, soutenus par des prévisions positives par Goldman Sachs et des nouvelles sur le ralentissement des véhicules électriques, compensant les divergences entre l'OPEP et l'AIE.

    🛢️ Pour l'Opep, le pétrole a encore des décennies de croissance devant lui

    Le lundi 09 octobre 2023

    Paris: Pas de répit dans la demande d'or noir: l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) s'attend à une hausse continue de la demande mondiale de pétrole d'ici à 2045, selon de nouvelles projections à rebours des efforts requis pour limiter le réchauffement planétaire.

    Lire la suite

    📊 Historique des prix du pétrole

    Le vendredi 17 juin 2022

    Dans le cadre de l'invasion de l'Ukraine par la Russie le prix du pétrole, corrigé de l'inflation, a atteint son plus haut niveau depuis sept ans. La Russie est l'un des plus grands producteurs de pétrole brut au monde, et de nombreux pays ont annoncé une interdiction des importations de pétrole russe dans le cadre de la guerre. Cela a entraîné des incertitudes en matière d'approvisionnement et, par conséquent, une hausse des prix. Comment la hausse des prix se compare-t-elle aux événements politiques et économiques précédents ? Examinons les prix historiques...

    Lire la suite

    📉 Citi prédit une baisse de 20% du prix du pétrole d'ici 2025, sous les 60 dollars

    Le jeudi 13 juin 2024

    New York: Les analystes de Citi, l'une des plus grande institution financière au monde, prévoient une chute significative des cours du pétrole d'ici 2025, anticipant que le prix du baril de Brent descendra à 60 dollars, soit une diminution de plus de 20 % par rapport aux prévisions actuelles.

    Lire la suite