ne peut pas se permettre" un embargo"/>
Logo

Énergie russe: la Bulgarie ne peut pas se permettre un embargo

prix du petrole SofiaSofia: La Bulgarie, très dépendante du gaz et du pétrole russes, s'est déclarée mercredi réticente à une interdiction des importations d'énergie fossile en provenance de Russie, après des réserves similaires émises par l'Allemagne et les Pays-Bas.
"Nous soutenons pleinement les sanctions existantes (...) mais nous ne pouvons pas nous permettre de stopper les importations de pétrole et de gaz", a déclaré à des journalistes le Premier ministre Kiril Petkov, en marge d'une session du Parlement.

Si l'Union européenne devait se prononcer pour un embargo, "nous nous retrouverions en grande difficulté", a-t-il averti.

La Bulgarie reçoit 77% de ses besoins en gaz du géant russe Gazprom, via le gazoduc Turkstream.

Ce pays, traditionnellement proche de Moscou, a récemment commencé à diversifier ses sources d'approvisionnement en énergie et reçoit depuis début 2021 du gaz azéri de la mer Caspienne. Mais les travaux de construction d'un nouveau gazoduc ont pris du retard et les livraisons restent minimes en passant par une autre installation.

Le géant pétrolier russe Loukoïl possède par ailleurs sur le sol bulgare une importante raffinerie, la plus grande des Balkans.

Enfin, la seule centrale nucléaire bulgare est dotée de réacteurs russes et dépend du combustible russe.

La Bulgarie doit faire de sa diversification énergétique "la priorité numéro un", mais il lui faudra des années et en attendant, "nous sommes très dépendants" de Moscou, a souligné M. Petkov.

Lundi, le chancelier allemand Olaf Scholz avait également marqué son désaccord avec un éventuel embargo, estimant que l'approvisionnement de l'Europe "ne (pouvait) pas être assuré autrement pour le moment".

Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a de son côté fait valoir que la transformation du secteur de l'énergie "prendrait du temps", mettant en garde contre "des risques non gérables" pour les économies européennes.

Les États-Unis, moins dépendants des hydrocarbures russes que l'Europe, font pression sur leurs partenaires européens pour lancer des sanctions contre le secteur énergétique russe qui toucheraient au coeur les revenus de la Russie, espérant faire plier Moscou et l'inciter à cesser son offensive en Ukraine.

L'UE décidera de façon "unie" en cas d'embargo américain, a affirmé jeudi le gouvernement français, qui assure la présidence tournante de l'Union.

(c) Afp

Commenter Énergie russe: la Bulgarie "ne peut pas se permettre" un embargo

graphcomment>